BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 1 Novembre 2014
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 12/17/2012 6:04:51 AM ]  APANEWS

Burkina-Faso - Societe

Deux cas de violence postélectorale, à la Une des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè, dans leurs livraisons de ce lundi, ont largement évoqué des cas de violences postélectorales dont l’un s’est déroulé à Téma-Bokin (nord du Burkina Faso) où des militants de deux partis politiques se sont affrontés jeudi dernier.


« Crise post-électorale à Téma Bokin : Dix blessés et une population sur le qui-vive », titre le quotidien gouvernemental Sidwaya qui revient ainsi sur l'affrontement entre les militants du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et ceux de l'Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), parti de l'opposition.

Selon le journal, tout serait parti d'une marche organisée par les proches de l'UNIR/PS sur la préfecture de Bokin pour traduire leur désaccord avec un jugement rendu par le tribunal administratif de Yako (chef lieu de la province du Passoré dont relève le village).

L'UNIR/PS) avait formulé un recours près ledit tribunal pour l'annulation des résultats dans quelques bureaux de vote. Le tribunal a prononcé, dans la matinée du 13 décembre, la forclusion du dossier, parce que n'ayant pas été déposé dans les délais requis par la loi », écrit Sidwaya.

Le quotidien précise que l'UNIR/PS a promis de se pourvoir devant le Conseil d'Etat, mais que malgré cette décision, la violence a été constatée sur le terrain.

Le quotidien privé, Le Pays arbore à sa Une : « Violences postélectorales de Bokin : + L'UNIR/PS ne laissera pas voler sa victoire + », relayant ainsi, les propos du président du parti, Me Béléwendé Stanislas Sankara, tenus samedi lors d'un point de presse à Ouagadougou .

L'Observateur Paalga, quotidien privé, relate un autre cas de violence après les élections en affichant à sa Une du jour : « Commune rurale Pobè Mengao : Un conseiller municipal UPR froidement abattu ».

Mady Konfé, élu conseiller municipal du village de Pobé Mengao, chef-lieu d'une commune rurale dans la province du Soum (extrême nord du Burkina), a été froidement abattu dans la nuit du jeudi 13 décembre 2012 aux environs de 21 heures 30 mn par un individu du nom de Issouf Konfé.

Selon la source du journal, le défunt conseiller municipal a été récemment élu sous la bannière de l'Union pour la république, (UPR), parti de la mouvance présidentielle, alors que son bourreau est membre du CDP, parti au pouvoir.

Le présumé assassin, qui serait un vieil ami de la victime, est actuellement entre les mains de la gendarmerie, informe L'Observateur.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 BURKINA-FASO
Le lieutenant colonel Isac Yacouba Zida s’installe à la présidence du Faso Le numéro 2 de la Garde de sécurité présidentielle (RSP) burkinabè, le lieutenant colonel Isaac Yacouba Zida, s’est installé très tôt samedi à la présidence du Faso, après avoir déclaré sur les antennes de la chaîne de télévision privée BF1, "assumer les responsabilités de Chef de l’Etat de transition » suite à la démission, la veille, du président Blaise Compaoré.
Les Etats-Unis appellent à une transition "pacifique" au Burkina Faso Les Etats-Unis ont appelé vendredi à une transition "pacifique" au Burkina Faso, mais ont refusé de qualifier la prise de pouvoir par l'armée de coup d'Etat.
Manifestation contre la désignation du général Honoréau poste de chef de l'Etat Après la chute du régime de Blaise Compaoré, plusieurs milliers de personnes continuent de protester contre la désignation du général de division, Honoré Nabéré Traoré, au poste de chef de l'Etat, et réclame un autre général à la retraite du nom Kouamé Lougué à la tête de la transition, dans la ville de Ouagadougou, capitale burkinabè, a constaté vendredi Xinhua sur place.
Le chef d'état-major de l'armée dirige le pays après la démission de Compaoré Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré a démissionné de ses fonctions, vendredi, après 27 ans de règne, au lendemain d'une insurrection populaire contre son régime. Le chef d'état-major des armées, le général Honoré Nabéré Traoré, assure désormais la gestion du pays.
Liesse à Ouagadougou après la démission de Blaise Compaoré Les Ouagalais ont bruyamment et de diverses manières laissé exploser leur joie, peu après que Blaise Compaoré a annoncé vendredi en début d’après-midi qu’il quittait le pouvoir après 27 ans de règne.
Les manifestants exigent "la démission pure et simple" du président Compaoré Au lendemain d'une journée d'insurrection populaire contre la révision consitutionnelle à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, qui a fait officieusement une trentaine de morts, les manifestants demandent vendredi la " démission pure et simple" du président Blaise Compaoré alors que celui-ci propose la formation d'un gouvernement de transition.
Compaoré propose un dialogue constructif Suite aux manifestations violentes qui ont bloqué le vote des députés sur le projet de loi sur la révision constitutionnelle, le président burkinabé Blaise Compaoré a appelé dans la nuit de jeudi à vendredi toutes les parties à mettre en avant l'intérêt supérieur de la nation.
Blaise Compaoré déclare avoir compris les aspirations des Burkinabè au changement « J'ai entendu le message. Je l'ai compris et pris la juste mesure des fortes aspirations au changement », a déclaré jeudi soir Blaise Compaoré, dans une allocution télévisée, sous la pression de la rue qui le somme de quitter le pouvoir qu’il occupe depuis 27 ans.
L'UA exprime son inquiétude sur la situation au Burkina Faso L'Union africaine (UA) s'est déclarée jeudi vivement préoccupée par l'évolution de la situation au Burkina Faso.
La presse ivoirienne pro-Gbagbo se réjouit du ‘'coup d'Etat'' contre Blaise Compaoré La presse ivoirienne, notamment celle proche de l’ancien Chef de l’Etat Laurent Gbagbo, s’est réjoui dans sa parution de vendredi sur l’ensemble du territoire national, du ‘’coup d’Etat’’ perpétré, jeudi, contre le Président Burkinabè Blaise Compaoré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous