BETA
Recherche personnalisée
English
Lundi, 19 Février 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/4/2013 6:25:54 PM ]  Lanouvelletribune

Bénin - Sport

Au nom du foot et du fric

Cessez de regarder le football comme un simple jeu. Seuls des supporters accrochés à leur passion du " douzième homme" sont et restent les dindons de la farce. La vérité, c'est que le football, en ce monde complexe et globalisé, générant et gérant des intérêts colossaux, est d'abord et avant tout une denrée hautement stratégique.


Il impacte fortement les pouvoirs d'Etat, la finance internationale. Il a investi, depuis, les puissants réseaux souterrains transnationaux, organisés en de puissantes confréries et coteries.

Le spectacle sur le rectangle vert. Un spectacle ponctué de tacles et d'attaques, de tirs cadrés ou non cadrés, de dribbles et de buts. A la joie ou au désespoir des spectateurs. Mais c'est ailleurs que tout se discute. C'est ailleurs que tout se décide. A l'abri des regards. Hors de portée des non initiés. C'est en cela que Michel Platini, pourtant homme du sérail, est une exception. Son angélisme plutôt touchant, comme on peut en juger, lui a fait tenir le point de vue ci-après (Citation) : "Le football est un jeu avant un produit, un spectacle avant un business, un sport avant un marché" (Fin de citation).

Il se trouve que les exceptions ni ne démentent ni n'infirment. Elles confirment la règle générale. C'est dans l'ordre normal des choses que l'on trouve des gens aux mains pures, même dans les porcheries les plus sales. Les enfants de chœur seront toujours utiles pour les besoins d'une célébration. Et il n'y a pas mieux que des eunuques pour assurer la garde des femmes dans les harems. Que disent les faits ? Que montrent-ils ?

La première remarque à faire est relative à la place et au rôle de l'argent dans le football moderne. C'est incontestablement une affaire de gros sous. Nul n'entre ici s'il n'est milliardaire. Tout au moins, s'il ne pense et ne raisonne en milliards ! Ce qui fait, ipso facto, de l'argent le maître étalon à l'aune duquel s'évalue et s'apprécie tout. Du salaire des acteurs que sont les joueurs à l'organisation du football, ce sont des sommes astronomiques qui s'alignent ou qui sont en jeu.

Cette seule donnée suffit à expliquer pourquoi les milieux du football, au plan international notamment, ont et auront toujours tout le mal du monde pour se défaire de l'image d'une mafia tentaculaire, forte de ses hautes et basses oeuvres. Des procès publics révèlent des cas de corruption d'officiels siégeant dans les plus hautes instances. Des cas de résultats de matchs trafiqués ou fixés à l'avance, à coups d'espèces sonnantes et trébuchantes, sont monnaie courante. Ne parlons pas des dessous de tables destinés à assurer le secret de ce qui se dit et s'échange au-dessus des tables. L'argent a la capacité et la qualité sans pareille d'une huile qui graisse à merveille. Il fait ainsi tourner plus d'un, tels des satellites, autour de l'astre majeur qu'est devenu le football.
D'où les hautes instances du football tiennent-elles tant de force et de pouvoir ? Elles ont réussi à faire des Etats des grands contributeurs, mais sans grands pouvoirs. Comment ? L'organisation d'une coupe du monde par exemple, implique tout naturellement l'Etat du pays d'accueil. Pour mettre les petits plats dans les grands, il faut d'abord mettre la main à la proche. Des milliards pour construire les infrastructures nécessaires et indispensables. Encore des milliards pour rendre agréable le séjour des milliers d'hôtes venus des quatre coins de la planète. La sécurité de ceux-ci exigera quelques autres milliards supplémentaires. Et toujours des milliards à inscrire aux rubriques "Pour mémoire" (PM), "Divers" et "Extra".

La collusion des milieux dirigeants du football mondial avec les milieux des pouvoirs d'Etat n'est que manifeste. Il y a pour ces derniers un orgueil national à accueillir un événement sportif international. Une coupe du monde, c'est une destination qui est valorisée. C'est un gros point qui est marqué, en termes de géopolitique et de géostratégie.

Mais les milieux dirigeant du football mondial traceront tout aussitôt une ligne rouge. Les Etats ont tout à donner au football. Mais ils n'ont pas un mot à dire sur sa gestion. Pour une fois, le bailleur n'est pas le décideur. Il court même le risque d'une suspension de toutes les compétitions internationales. La messe est ainsi dite. La peur s'installe. Il n'y a plus qu'à se ranger et qu'à se taire. Les Malinké disent : "On a peur du chien à cause de son maître et non à cause de ses dents". Heureux foot. Il frime et frappe par le fric.


 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 BÉNIN
Politique, société et diplomatie à la une des quotidiens Béninois La démission d'un conseiller de la cour constitutionnelle, les observations de la conférence épiscopale et la participation du chef de l'État au sommet de l'Union Africaine font la une des quotidiens béninois.
Société et santé à la une des journaux béninois Les journaux béninois ont abordé ce jeudi de nombreux sujets dont la décision de l’Etat, prise en conseil des ministres, de faire bénéficier d’une assurance quelque 351.000 paysans.
Rencontre Talon-Syndicats et marche de l’opposition au menu des journaux Les journaux béninois ont traité de divers sujets dont la rencontre prévue entre le chef de l’Etat, Patrice Talon, et les centrales syndicales au sujet des derniers mouvements de grève et la marche du Front pour le Sursaut Patriotique.
Le rejet de la loi sur le droit de grève au menu des quotidiens béninois Le rappel à l’ordre par la Cour constitutionnelle des députés béninois qui ont voté la suppression du droit de grève, fait la une des quotidiens de ce jour.
Politique, social et santé au menu des quotidiens béninois Les journaux béninois parus ce jeudi au Bénin traitent de politique, de dialogue social rendu nécessaire par la série de grèves en cours et de santé à travers la détection de cas de fièvre hémorragique à virus Lassa.
La grève générale et la présentation de vœux du chef de l’Etat font la une des journaux béninois La grève générale dans l’administration publique lancée par les centrales et confédérations syndicales est diversement appréciée par les quotidiens béninois de ce jour.
L’embrassement du front social à la une de la presse béninoise L’ébullition notée sur le fonds social et qui augure d’une semaine difficile pour le gouvernement fait la une des journaux parus ce lundi au Bénin.
Social et sécurité au menu des quotidiens béninois Le Retrait du droit de grève et la nomination des directeurs de la Police Républicaine sont au menu des journaux béninois parus vendredi.
La fête du Vodum au menu des quotidiens béninois La fête du Vodum célébrée hier, mercredi au Bénin, est le sujet principal traité par les tabloïds béninois de ce jeudi.
La grève dans le secteur judiciaire au menu des quotidiens béninois Les quotidiens béninois parus ce mardi ont essentiellement traité de l’impact de la grève dans le secteur judiciaire et du non-respect de la décision de la Cour Constitution portant sur l’installation du cos-Lépi par l’Assemblée nationale.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous