BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 22 Juin 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 1/30/2015 10:32:26 AM ]  XINHUANET

Tchad - Humanitaire

Plus de 14.000 réfugiés nigérians trouvent refuge au Tchad

Des centaines de personnes, fuyant les exactions de la secte Boko Haram au nord-est du Nigéria, affluent chaque jour au Tchad voisin, dans des zones lacustres difficiles d'accès, selon un rapport publié jeudi par le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) au Tchad.


"Entre le 3 et le 20 janvier 2015, plus de 14.000 personnes en provenance du Nigéria ont trouvé refuge dans la région du Lac à l' Ouest du Tchad, fuyant les attaques du groupe islamiste Boko Haram au nord du Nigéria", indique le rapport d'OCHA Tchad, produit avec les partenaires humanitaires et dont Xinhua a obtenu copie.
Avec cette vague d'arrivées (plus de 770 personnes par jour), on compte désormais un nombre total de 16.851 personnes venues du Nigéria au Tchad. Parmi elles, 7.062 ont déjà été enregistrées comme réfugiées par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), auxquelles s'ajoutent quelques 1.113 retournés tchadiens et quelque 400 ressortissants de pays tiers (Cameroun).
La communauté humanitaire au Tchad estime que des afflux supplémentaires de population sont à prévoir, en raison du contexte sécuritaire. La recrudescence des attaques de Boko-Haram au nord du Nigéria (notamment la prise de la localité de Monungo dans l'Etat nigérian du Borno survenue le 25 janvier), ainsi que de possibles tensions autour des élections présidentielles ( prévues en février 2015) pourraient entraîner de nouveaux mouvements de populations vers le Tchad.
Actuellement, les personnes arrivées du Nigéria sont principalement regroupées dans deux sites où se déploie la réponse humanitaire.
D'une part, le site de Ngouboua aussi appelé "Kousseri" héberge 5.043 personnes, et d'autre part le site de Dar-es-Salam (près de Baga-Sola), accueille 1.842 personnes.
Par ailleurs, plus de 7.000 personnes sont toujours bloquées sur de petites îles difficiles d'accès (accueillies dans des communautés hôtes), et attendent d'être regroupées, transférées et assistées.
"A terme, toutes les personnes vivant actuellement sur le site de Ngouboua (Kousseri) seront progressivement relocalisées vers Dar-es-Salam, mais le calendrier des transferts n'est pas encore connu", indique le rapport d'OCHA Tchad.
Entretemps, plusieurs opérations de relocalisation vers Dar-es- Salam ont déjà eu lieu. D'autres groupes de personnes venues du Nigéria ont aussi été transférés cette dernière semaine vers Dar- es-Salam depuis des zones proches de N'Djamena, notamment un groupe mixte de 429 personnes (317 nigérians, 80 camerounais et 32 tchadiens retournés) depuis Klessoum, et 172 réfugiés nigérians relocalisés depuis Koundoul, au sud de la capitale.
Toutes ces personnes ont fait les frais des fouilles et interpellations que les forces de sécurité intérieure du Tchad multiplient, ces dernières semaines, dans la capitale tchadienne et alentours.
"Ces fouilles ne visent aucun groupe social, aucune communauté donnée. Tous ceux qui ont été arrêtés, ce sont des gens qui sont arrivés chez nous avec les exactions de Boko Haram et qui ne se sont pas présentés comme des refugiés", avait expliqué à Xinhua Abdérahim Birémé Hamid, ministre tchadien de l'Intérieur et de la Sécurité publique, niant toute "chasse aux sorcières".
Si la réponse humanitaire se met en place progressivement sur les sites de Ngouboua (Kousseri) et Dar-es-Salam, les besoins demeurent très nombreux.
Selon OCHA, les besoins prioritaires identifiés restent les abris (manque de bâches), la protection (transfert et enregistrement, prévention des violences basées sur le genre, prise en charge des enfants non-accompagnés), la santé ( renforcement des capacités des structures de santé en personnel sanitaire qualifié, en équipements et intrants médicaux, accès aux soins secondaires, santé mentale), l'accès à l'eau potable et aux services d'eau hygiène et assainissement sur les sites, la nutrition, et l'éducation.
"Il reste urgent de relocaliser et d'assister les 7.000 personnes venues du Nigéria qui sont encore bloquées sur des petites îles difficiles d'accès (accueillies dans des communautés hôtes)", plaident les agences humanitaires.
C'est dans l'une de ces zones inaccessibles (le village de Tchoukoutalia qui accueille 350 réfugiés du Nigéria arrivés en 2014) qu'une dizaine de présumés combattants et recruteurs de la secte Boko Haram (issus d'une même communauté lacustre tchadienne partageant une même langue avec des populations nigérienne et nigériane) ont été arrêtés la semaine dernière et déférés devant le parquet de Bol, le chef-lieu de la région du Lac.
Alors que la réponse humanitaire se focalise sur l'assistance aux réfugiés, des inquiétudes persistent concernant la situation humanitaire des populations hôtes, des retournés Tchadiens, des ressortissants des pays tiers, et des déplacés internes.
"Un renforcement de l'appui sociocommunautaire est essentiel pour les quelques 37.000 personnes des communautés hôtes qui vivent dans des conditions précaires", conclut le document d'OCHA Tchad. Fin

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 TCHAD
Fédéralisme et demande sociale au menu des journaux tchadiens Les journaux tchadiens parus cette semaine ont mis l’accent sur notamment le débat instauré au sein de la classe politique autour du projet d’érection du pays en République fédérale, sans oublier la situation difficile que vivent les populations.
La crise financière du Tchad au menu de la presse nationale La crise financière et économique que vit le Tchad fait les choux gras de la presse tchadienne qui qualifie cette passe difficile de période de «vache maigre» pour Idriss Déby et son régime.
Formation d'un gouvernement de 28 membres Le Premier ministre tchadien, Pahimi Padacké Albert, nommé le 8 août dernier par le Président Idriss Déby Itno a formé dimanche son Gouvernement qui comprend 38 membres : 28 ministres et 10 secrétaires d’Etat dont 8 femmes.
Début du vote pour l'élection présidentielle Le vote pour l’élection présidentielle au Tchad où 13 personnalités dont le président sortant, Idriss Déby, sont candidates, a débuté dimanche matin.
Le président Déby limoge son frère cadet des Douanes Le président tchadien Idriss Déby Itno a mis fin aux fonctions de son frère cadet, Saleh Déby Itno, à la tête de la direction générale des Douanes et des Droits indirects, selon un décret publié samedi sur la radiotélévision publique.
Alerte de l'OCHA sur la situation des réfugiés dans la région du Lac Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) a tiré la sonnette d'alarme jeudi sur la situation des réfugiés dans la région tchadienne du Lac.
Le projet du budget 2016 prévoit un déficit de 268 millions USD Le déficit du budget général de l'Etat tchadien pour l'exercice 2016 sera de 134 milliards F CFA (environ 268 millions USD), selon le projet de loi de finances adopté jeudi en conseil de ministres.
Remédier au 'scandale géologique' Depuis plusieurs décennies, des recherches ne cessent de révéler l'existence de métaux de base, lourds et autres sur tout le territoire tchadien. Si la situation actuelle du secteur minier reste peu dynamique dans ce vaste pays d'Afrique centrale, l'Etat a entrepris diverses actions de promotion.
Le Tchad fait la promotion de son énorme potentiel pétrolier et minier Le Tchad est un scandale géologique avec un sol et un sous-sol regorgeant d'immenses richesses qui n'attendent qu'à être exploitées, a déclaré mardi le Premier ministre tchadien, Kalzeubé Payimi Deubet, en ouvrant la 5ème édition de la conférence internationale sur le pétrole, les mines et les énergies au Tchad (CIOME 2015).
41 morts et 48 blessés dans des attentats de Boko Haram Au moins 41 personnes ont été tuées et 48 autres blessées samedi après-midi dans plusieurs attentats à la bombe perpétrés par Boko Haram dans le marché hebdomadaire de la ville de Baga Sola, dans la région du Lac, selon un communiqué du ministre tchadien de la Communication, Hassan Sylla Bakari.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous