BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 19 Janvier 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/15/2014 11:56:44 AM ]  XINHUANET

Sénégal - Humanitaire

Le Sénégal ouvre partiellement ses frontières avec les pays touchés par Ebola

Cette rencontre a permis aux jeunes de se concerter entre eux, d’échanger et d’identifier les meilleures pratiques afin de pouvoir influencer les politiques publiques, explique à Magharebia Khalid Chahid, un participant.


"Tous les participants ont appelé à davantage de coordination entre les organisations des jeunes pour une véritable implication de la jeunesse dans la chose publique'', indique-t-il.

"Nous avons exprimé notre grand regret quant à la marginalisation des jeunes dans les politiques publiques, mais en même temps, nous avons décidé de nous mobiliser autour d'une plateforme unifiée à même de donner du sens à notre action associative'', précise Hanane Azrih, un autre participant.

Abdelhak Azari, étudiant, estime quant à lui que les mesures adoptées dans le cadre de la nouvelle constitution en faveur de l'intégration des jeunes dans la vie publique n'ont pas été prises au sérieux par les partis politiques.

"L'élite aux commandes des partis n'arrive toujours pas à concevoir que la jeunesse est une force de productivité, de créativité et une source de valeur ajoutée", ajoute-t-il.

Youssef Hachiri, un autre participant, estime pour sa part que les partis politiques ont renoncé à leur rôle d'encadrement des jeunes : "C'est pour cette raison que cette initiative des jeunes de travailler la main dans la main s'avère aujourd'hui stratégique pour amener les organisations politiques et l'Etat à placer la jeunesse au cœur des politiques publiques."

Certains responsables tentent toutefois de contrebalancer cette impression selon laquelle les jeunes ne sont pas associés à l'élaboration des politiques.

Le secrétaire général du Parti pour le progrès et le socialisme (PPS), Mohamed Nabil Benabdellah, précise que son parti accorde une importance primordiale à la jeunesse.

"Le PPS prépare une réunion pour encadrer l'organisation de la jeunesse dans le but de lui garantir son rayonnement d'antan en matière d'encadrement et de formation des jeunes, et de permettre au parti de disposer d'une jeunesse capable de défendre ses positions dans la société", explique-t-il.

Pour sa part, le ministre de la Jeunesse et des Sports Mohamed Ouzzine relève : "La question de la jeunesse se taille une place importante dans les priorités du gouvernement, qui veille à associer les jeunes à l'élaboration des stratégies visant la promotion de leur condition et leur inclusion sociale à travers différents programmes."

Au Maroc, les jeunes âgés de 15 à 29 ans représentent plus de 30 pour cent de la population.

Adoptée en 2014, la Stratégie nationale intégrée de la jeunesse prévoit quelque soixante-deux mesures d'urgence à l'horizon 2016 et soixante-quinze mesures complémentaires à l'horizon 2020.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 SÉNÉGAL
Les décisions de Macky Sall suite au drame de Boffa alimentent les quotidiens La presse sénégalaise parvenue jeudi à APA traite en priorité des mesures prises en Conseil des ministres, hier, par le Chef de l’Etat Macky Sall, suite au drame de Boffa où 14 personnes parties chercher du bois ont été tuées le 06 janvier 2018 par des hommes armés.
La politique et la justice en couverture des quotidiens sénégalais Des sujets politiques et judiciaires dominent la Une des quotidiens sénégalais parvenus mercredi à APA.
Politique et justice à la une des quotidiens sénégalais Les manœuvres en vue de l’élection présidentielle de 2019 sont largement évoquées ce mardi par les quotidiens sénégalais qui s’intéressent également à l’affaire Khalifa Sall, le maire de Dakar, emprisonné et dans l’attente de son procès pour détournement de l’enveloppe de la caisse d’avance mise à sa disposition.
La traque des tueurs de Boffa et la politique dominent la Une des quotidiens sénégalais Les interpellations dans le cadre du carnage de Boffa (Sud) le 06 janvier 2018 ayant fait 13 morts, ainsi que la politique font les choux gras des quotidiens sénégalais parus lundi.
La colère contre les propos de Trump en exergue dans les quotidiens sénégalais La colère du Sénégal et des pays africains contre les propos du président américain, Donald Trump, qualifiant l’Afrique et Haïti de «pays de merde», alimente les quotidiens sénégalais parus samedi.
Les quotidiens sénégalais aux couleurs de la rentrée des Cours et Tribunaux L’ouverture de l’année judiciaire, présidée jeudi à Dakar, par le président de la république, Macky Sall, qui dit prêt à aller le plus loin possible dans la modernisation de la Justice, fait les choux gras des quotidiens sénégalais parus vendredi.
La disparition du khalife général des mourides Sidy Moctar Mbacké toujours à la Une Les quotidiens sénégalais parus jeudi continuent de traiter de la disparition dans la nuit de mardi à mercredi du 7ème Khalife général des mourides, Serigne Sidy Moctar Mbacké, révélant ainsi ses derniers instants non sans faire le portrait du nouveau Khalife, Serigne Mountakha Mbacké.
Les quotidiens en deuil suite au décès du khalife des mourides, Serigne Sidy Moctar Mbacké Les quotidiens sénégalais parus mercredi se mettent en deuil suite au rappel à Dieu, la nuit dernière, du 7ème khalife général des mourides, Serigne Sidy Moctar Mbacké, né en 1925.
La tuerie de Boffa toujours en exergue dans les quotidiens sénégalais Le carnage de samedi dernier dans la forêt de Boffa à Ziguinchor (Sud), où des hommes armés supposés appartenir au Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (Mfdc, rébellion) ont tué 13 jeunes partis chercher du bois, se paie toujours la Une des quotidiens sénégalais parus mardi.
Les quotidiens endeuillés par le carnage de 13 jeunes en Casamance (Sud) La presse sénégalaise parue lundi se met en deuil, suite au carnage du 06 janvier 2018 dans la forêt de Borofaye à Ziguinchor (Sud), où 13 jeunes partis chercher du bois ont été tués par des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc, rébellion), amenant l’Etat a décréter deux jours de deuil national.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous