BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 24 Septembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/12/2015 11:54:34 AM ]  XINHUANET

Gabon - Societe

Les déchets de fer deviennent de l'or

Longtemps considérés comme de simples ordures qui pourrissaient derrière les maisons ou remplissaient les poubelles, les déchets de fer sont désormais devenus de l'or au Gabon grâce à la naissance d'un petit réseau local de transformation.



Le tournant a été amorcé vers la fin des années 1990. Des petits jeunes ont commencé à sillonner les quartiers avec un vieux sac en bandoulière pour récolter de la ferraille. Appareils électroménager, carcasses de voitures, vieux morceaux de tôle et autres étaient collectés par ces petits "récupérateurs" aux allures de personnes ayant raté leur vie.
Toute la ferraille récupérée était préalablement stockée dans les environs de la décharge publique de Mindoubé, dans le 5e arrondissement de Libreville. Selon des témoignages de spécialistes, le métier de récupérateur de ferraille serait d'ailleurs né sur cette décharge, qui reçoit quotidiennement tous les rebuts de la capitale.
Unique décharge publique de la capitale, Mindoubé accueille tous les déchets de Libreville, sans tri préalable. En 2013, la Société de valorisation des ordures ménagères du Gabon (SOVOG) estimait la quantité de déchets déversés à Mindoubé entre 250 et 300 tonnes par jour.
Les premiers récupérateurs, généralement des immigrés venus d'Afrique de l'Ouest et de quelques pays voisins comme le Cameroun, ont découvert cette décharge qui fût pour eux comme un "gisement d'or" à ciel ouvert.
"Ils rassemblaient la ferraille sur d'immenses dépôts sous le regard dédaigneux des riverains", se souvient Alain Moukouata, jeune étudiant qui a grandi dans les alentours de la décharge.
"Les carcasses de voitures, les vieilles machines à laver, les morceaux de tôle ou les vielles marmites étaient découpés, aplatis puis chargés dans des conteneurs avant d'être transportés au port pour un voyage vers l'Asie", ajoute M. Moukouata.
Dans les ménages, ces récupérateurs venaient soulager les familles des objets encombrant.
"C'était un moyen de retourner vers l'Asie les produits en fin de cycle dans notre pays", s'amuse à croire Emmanuel Ndong, enseignant de langue française dans un lycée.
Ce pédagogue estime que le Gabon, qui reçoit des pays européens et américains les machines à laver de seconde main et autres ustensiles de cuisine qui viennent terminer leur cycle de vie dans le pays, avait enfin trouvé une opportunité de réexporter cette misère, qui est de surcroît dangereuse pour l'environnement.
Au contraire, "c'était la belle époque", se souvient Adrien, un des plus anciens collecteurs de fer. Cet originaire du Cameroun affirme qu'il revendait le kilogramme de ferraille à 80 francs CFA chez l'un des deux principaux grossistes du secteur. Ses recettes hebdomadaires variaient entre 80.000 et 150.000 francs CFA.
"Le grossiste revendait aux Indiens au prix de 125 francs CFA le kilogramme", ajoute-t-il.

CRÉATION D'USINES ET DE MAINS-D'ŒUVRE
En 2008, le gouvernement gabonais réuni en conseil des ministres a pris une décision assez surprenante pour le commun des mortels.
L'exportation de fer de récupération et d'autres dérivés de fer est interdite sinon soumise à une autorisation préalable. Le pays ne disposait d'aucune industrie dans le secteur pour recycler la ferraille qui polluait l'environnement derrière les maisons ou sur l'unique décharge publique de la capitale.
Il a fallu attendre 2014 pour voir la première usine nationale de recyclage des rebuts ferreux. La Chaudronnerie du Gabon (CDG) a vu le jour dans la Zone économique spéciale de Nkok, à une trentaine de kilomètres de Libreville. Sa production actuelle est de 5.000 tonnes de fer à béton par mois.
Dans le même périmètre est déjà sortie de terre une autre usine de transformation de fer. Les Aciéries du Gabon (ADG) ambitionnent produire jusqu'à 60.000 tonnes de fer à béton par an.
Ces deux usines accentuent la chasse aux déchets de fer dans les villes et villages du Gabon. Des gros porteurs sillonnent les anciens chantiers forestiers pour démonter les vieux engins à chenilles et bulldozers abandonnés par les forestiers.
Tous les jours, des camions lourdement chargés pénètrent la Zone économique spéciale de Nkok pour livrer leur marchandise, qui est ensuite stockée à ciel ouvert avant de subir la transformation.
"Le Gabon était un pays fournisseur de matières premières, et il mettra maintenant sur le marché des produits semi-finis", a déclaré avec fierté le porte-parole de la présidence, Alain Claude Bilié By Nzé, dans une conférence de presse après une visite de la future usine des ADG.
La production locale est destinée naturellement au marché local, qui dépendait exclusivement des importations il y a une année seulement.
"Le surplus sera bien entendu exporté vers les pays de la sous-région dont la consommation de fers à béton a considérablement augmenté à cause de nombreux chantiers de développement", explique pour sa part Drissa Sabri, directeur technique des ADG.
Les deux usines ont créé 400 emplois directs et plusieurs autres indirects, notamment dans le secteur de la collecte. Au Gabon, le chômage frappe 20 à 30% de la population active. Fin

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 GABON
Les Etalons juniors battent en amical leurs homologues du Gabon Les Etalons juniors du Burkina Faso ont battu mardi, au stade Issoufou Joseph Conombo, les Panthères U20 du Gabon par 1 but à 0 en match amical aller comptant pour les préparatifs de la CAN U20 de leur catégorie, a-t-on constaté.
Fin de l'opération de révision de la liste électorale L’opération de révision de la liste électorale entamée le 29 octobre s’est achevée dimanche en prélude à l’élection présidentielle prévue en 2016 au Gabon, a annoncé lundi dans un communiqué, le ministère gabonais de l’Intérieur.
Gabon Annulation de la coupe d ' Afrique des clubs champions masculins de volley-ball de la zone 4 La 2ème édition de la Coupe d’Afrique des clubs champions masculins de volley-ball de la zone 4, prévue du 11 au 15 novembre prochain, à Libreville, a été annulée, a-t-on appris auprès de l’organisation.
Le bâtiment de guerre français ''Le Mistral'' attendu à Libreville Le bâtiment de projection de commandement de la marine française ‘’Le Mistral’’ accostera ce mardi pour une seule journée au large de Libreville, a-t-on appris auprès du service de presse de l’ambassade de France au Gabon.
Le Gabon table pour une croissance de 4,2% en 2015 Le gouvernement gabonais table sur un taux de croissance de 4,2% en 2015, a annoncé jeudi, le ministre de l’Economie, Régis Immongault
Le Kenyan Luke Kibet, champion du monde, prendra part au 3e Marathon du Gabon Le Kenyan Luke Kibet, champion du monde, prendra part à la 3ème édition du Marathon du Gabon qui aura lieu du 28 au 30 novembre à Libreville, rapporte un communiqué officiel.
Deux commerçantes condamnées à 3 mois de prison pour avoir manifesté nues Deux commerçantes gabonaises interpellées par la police le 17 octobre dernier pour avoir manifesté nues contre les violences policières, ont été condamnées jeudi à trois mois de prison avec sursis et une amende de 50 000 FCFA, a appris Xinhua de source judiciaire.
Démarrage du championnat national de football de le 28 novembre prochain La Ligue nationale de football (LINAF), institution chargée d'organiser le championnat national de 1ère division, a annoncé mardi que le championnat démarrera le 28 novembre prochain.
CHAN 2016 : le Gabon qualifié malgré une défaite à domicile contre le Tchad L'équipe nationale de football du Gabon s'est qualifiée pour la phase finale du Championnat d'Afrique des nations (CHAN) qui se jouera à Kigali, au Rwanda, en 2016, malgré une défaite samedi à domicile (0-1) contre le Tchad.
5 milliards de FCFA pour une nouvelle usine d'eau potable à Libreville La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a engagé un investissement de 5 milliards de FCFA (environ 8,3 millions USD) pour finaliser les travaux de construction d'une nouvelle usine d'eau potable, a annoncé vendredi Patrice Fonlladosa, PCA de la SEEG, filiale du groupe français Véolia.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous