BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 23 Juin 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/14/2013 11:46:51 AM ]  ANGOLAPRESS

Comores - Societe

Une juge accusée de maltraitance sur une fillette de 14 ans

Une des magistrats du tribunal de Moroni (Comores) est au cœur d’une affaire l’inculpant de maltraitance sur une mineure. C’est le quotidien comorien, la Gazette des Comores qui l’a révélé dans ses publications datant du 11 et 12 septembre. Quant à la juge, elle nie toute accusation. Moroni est dans la tourmente, selon Afrik.com


Une juge réputée et respectée jusqu’ici par toute une population, notamment par la jeune fille de 14 ans qu’elle élevait, est prise dans une affaire l’inculpant de maltraitance. Les accusations se veulent d’autant plus sérieuses puisque c’est le service d’écoute de la Grande Comores qui inculpe la juge Dailati d’avoir abusé d’une petite fille dont elle était la tutrice.
La fillette « adoptive » de 14 ans s’est enfuie lundi soir, fatiguée des coups et blessures dont elle était victime. Moroni est tourmentée par l’affaire.

D’autant plus que la juge accusée dans l’affaire est aussi la sœur du Secrétaire général du gouvernement. « Le procureur de la République, la police nationale et le Secrétaire générale du gouvernement (…) ont usé de tous leurs moyens pour noyer l’affaire, en intimidant la famille qui a accueilli la petite fille ces dernières 48 heures », raconte la Gazette des Comores.
Trop tard l’affaire fait la Une de la presse locale.

La juge était préssentie au service de juge des enfants C’est la seule partie de l’histoire qui est troublante. La juge aujourd’hui accusée de maltraitance sur une mineure de 14 ans était prétendue pour une affectation à la fonction de juge des enfants, un poste vacant. Elle se présentait comme la future protectrice des enfants, mais vraisemblablement elle ne connait rien de l’enfance. En tout cas pas des droits des enfants.

Madame Dailati continue de nier ces accusations, alors que ses détracteurs sont formels. La jeune Faiza Moustoi a été violemment agressée et porte des égratignures attestant de la gravité des coups reçus.

Une magistrature corrompue ?

« Le procureur et le Secrétaire général du gouvernement m’ont menacé, mais je n’ai pas cédé. Ils m’ont ensuite envoyé les policiers. Ces derniers ont enlevé mes trois filles âgées de 22, 19 et 14 ans. Ils les ont gardées à la police depuis mardi », raconte à la Gazette des Comores Maman Anza, la dame qui a accueilli la jeune traumatisée. Aujourd’hui, le directeur du journal
et le journaliste qui a publié l’article ont été convoqués par le procureur de la République pour être entendus. Aux Comores, des affaires similaires restent très rares ou mal connues de la population et suscitent à chaque fois l’indignation des Comoriens. La petite Faiza a accepté de faire part de sa souffrance déclarant : « je m’occupe de tous les travaux domestiques. Je
suis battue au quotidien. A maintes reprises, j’ai demandé à être réinscrite à l’école, car je tiens à reprendre une vie scolaire. Ils ont refusé ». Le quotidien comorien qui tient la source de cette affaire confirme que la petite a été retrouvée dans un état de panique, au bord de la route, en pleures, craignant un retour dans sa famille adoptive.

L’adoption aux Comores est inexistante. Mais sur accord entre deux familles, certains enfants originaires des zones et villes éloignées se voient proposé d’intégrer la capitale pour y poursuivre un parcours scolaire digne.

Cette fois-ci la juge Dailati aurait abusé de la petite Mohélienne (la quatrième île de l’archipel des Comores), venue poursuivre son bout de chemin à Ngazidja (Grande Comores). Contrairement à ce que la juge et son frère auraient souhaité, l’affaire est loin d’être étouffée.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 COMORES
Tenue du deuxième tour des législatives Le deuxième tour des élections législatives aux Comores se déroule samedi dans 21 sur les 24 circonscriptions électorales du pays.
Les élections législatives se sont déroulées sans incident majeur Les élections législatives des Comores se sont déroulées dimanche sans incident majeur.
Une juge accusée de maltraitance sur une fillette de 14 ans Une des magistrats du tribunal de Moroni (Comores) est au cœur d’une affaire l’inculpant de maltraitance sur une mineure. C’est le quotidien comorien, la Gazette des Comores qui l’a révélé dans ses publications datant du 11 et 12 septembre. Quant à la juge, elle nie toute accusation. Moroni est dans la tourmente, selon Afrik.com
Les dignitaires musulmans essaient d'interdire la mixité sur une plage L'intervention des gendarmes pour chasser les femmes d'une plage publique proche de Moroni dimanche, à l'instigation des dignitaires musulmans, provoque la colère des jeunes Comoriens qui en appellent au gouvernement pour protéger leur liberté.
Une plainte contre le soldat qui a menacé le général Salimou Les avocats du général Salimou Mohamed Amiri, ex-chef d’état-major de l’armée comorienne, viennent de porter plainte contre un sous-officier qui aurait proféré des menaces de mort à leur client, a appris jeudi APA de sources concordantes et dignes de foi.
Les élections présidentielles et des gouverneurs maintenues au 7 novembre et le 26 décembre Les comoriens en âge de voter sont attendus aux urnes, les 7 novembre et 26 décembre prochains, pour élire le président de la République et les gouverneurs des îles.
Le général Salimou Mohamed Amiri démis de ses fonctions de chef d'état-major et placé en résidence surveillée Le ministre de la Défense des Comores a annoncé mardi dans la soirée, le placement en résidence surveillée du général Salimou Mohamed Amiri, le chef d'état-major de l'Armée nationale de développement (And).
L'Asecna ouvre les travaux de son Conseil d' administration et du comité des ministres L'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne (Asecna) tient à Moroni, la 118ème session ordinaire de son Conseil d'administration (CA) et la 52ème réunion du comité des ministres des dix-huit Etats membres de l'Agence ayant en charge le secteur de l'aviation civile.
Le processus d'élection harmonisée du président et des gouverneurs est effectif Tous les acteurs, concernés par la question d'élections harmonisées aux Comores, ont apposé leurs signatures au bas du document sur l'accord de la gestion de la période intérimaire, proposé par l'Union africaine (UA).
Un compromis semble trouvé pour la tenue des élections harmonisées au 26 novembre 2010 Les délégués des trois entités insulaires et le pouvoir central des Comores, assistés des représentants de la communauté internationale, ont repris, dans l' après-midi du mercredi, les discussions sur l'organisation d' élections harmonisées et la gestion de la période intérimaire, suspendues la veille et dont le président Sambi avait annoncé leur échec au cours de son adresse à la Nation dans la soirée de mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous