BETA
Recherche personnalisée
English
Samedi, 29 Avril 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 6/26/2012 6:34:01 AM ]  ANGOLAPRESS

Comores - Societe

Les dignitaires musulmans essaient d'interdire la mixité sur une plage

L'intervention des gendarmes pour chasser les femmes d'une plage publique proche de Moroni dimanche, à l'instigation des dignitaires musulmans, provoque la colère des jeunes Comoriens qui en appellent au gouvernement pour protéger leur liberté.


Dimanche, les forces de l'ordre ont pris position autour de la place d'Itsandra-Mdjini pour en interdire l'accès aux femmes, a constaté un journaliste de l'AFP. Un semblable incident s'était déjà produit le 27 mai. Sept associations de la ville ont envoyé une lettre aux ministres de l'Education, de l'Intérieur, et au chef de l'Etat Ikililou Dhoinine, exigeant "une réaction rapide".

"L'affaire est très sérieuse et mérite une très grande attention. On se demande si nous ne sommes pas en passe de glisser dans une dictature des notables (...) avec la complicité active ou passive de ceux à qui nous avons confié notre destinée collective", écrivent les auteurs de cette lettre, dont l'AFP s'est procuré une copie.

N'hésitant pas à comparer ces dignitaires aux talibans afghans ou aux shebab somaliens, les signataires dénoncent "la sournoise instrumentalisation de la religion" et demandent à l'Etat de ne "pas laisser gérer sa responsabilité par une notabilité et des activistes religieux (...) contre les femmes et la jeunesse". La plage d'Itsandra-Mdjini, rappelle cette lettre, "a toujours été publique, laïque, et ouverte à tous, sans discrimination d'âge ou de sexe".

Déjà en 2011, les dignitaires religieux musulmans avaient tenté de faire interdire la mixité sur la plage. Un groupe de jeunes avait alors fait irruption dans la principale mosquée de la ville, menaçant de révéler "les frasques" des chefs musulmans concernés. Joint au téléphone par l'AFP, le Dr Mouthar Rachid, ancien ministre et grand notable de la ville refuse de parler de crise. "Nous sommes seulement contre la pagaille engendrée par la mixité de la plage l'après-midi, c'est tout", dit-il.

Le maire de la ville Raouf Mohamed s'est quant à lui refusé à tout commentaire.Riche d'un passé spirituel et religieux, Itsandra est située à un kilomètre au nord de la capitale Moroni. Durant la période coloniale, sa plage et sa mythique guinguette était un lieu de détente prisé.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 COMORES
Tenue du deuxième tour des législatives Le deuxième tour des élections législatives aux Comores se déroule samedi dans 21 sur les 24 circonscriptions électorales du pays.
Les élections législatives se sont déroulées sans incident majeur Les élections législatives des Comores se sont déroulées dimanche sans incident majeur.
Une juge accusée de maltraitance sur une fillette de 14 ans Une des magistrats du tribunal de Moroni (Comores) est au cœur d’une affaire l’inculpant de maltraitance sur une mineure. C’est le quotidien comorien, la Gazette des Comores qui l’a révélé dans ses publications datant du 11 et 12 septembre. Quant à la juge, elle nie toute accusation. Moroni est dans la tourmente, selon Afrik.com
Les dignitaires musulmans essaient d'interdire la mixité sur une plage L'intervention des gendarmes pour chasser les femmes d'une plage publique proche de Moroni dimanche, à l'instigation des dignitaires musulmans, provoque la colère des jeunes Comoriens qui en appellent au gouvernement pour protéger leur liberté.
Une plainte contre le soldat qui a menacé le général Salimou Les avocats du général Salimou Mohamed Amiri, ex-chef d’état-major de l’armée comorienne, viennent de porter plainte contre un sous-officier qui aurait proféré des menaces de mort à leur client, a appris jeudi APA de sources concordantes et dignes de foi.
Les élections présidentielles et des gouverneurs maintenues au 7 novembre et le 26 décembre Les comoriens en âge de voter sont attendus aux urnes, les 7 novembre et 26 décembre prochains, pour élire le président de la République et les gouverneurs des îles.
Le général Salimou Mohamed Amiri démis de ses fonctions de chef d'état-major et placé en résidence surveillée Le ministre de la Défense des Comores a annoncé mardi dans la soirée, le placement en résidence surveillée du général Salimou Mohamed Amiri, le chef d'état-major de l'Armée nationale de développement (And).
L'Asecna ouvre les travaux de son Conseil d' administration et du comité des ministres L'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne (Asecna) tient à Moroni, la 118ème session ordinaire de son Conseil d'administration (CA) et la 52ème réunion du comité des ministres des dix-huit Etats membres de l'Agence ayant en charge le secteur de l'aviation civile.
Le processus d'élection harmonisée du président et des gouverneurs est effectif Tous les acteurs, concernés par la question d'élections harmonisées aux Comores, ont apposé leurs signatures au bas du document sur l'accord de la gestion de la période intérimaire, proposé par l'Union africaine (UA).
Un compromis semble trouvé pour la tenue des élections harmonisées au 26 novembre 2010 Les délégués des trois entités insulaires et le pouvoir central des Comores, assistés des représentants de la communauté internationale, ont repris, dans l' après-midi du mercredi, les discussions sur l'organisation d' élections harmonisées et la gestion de la période intérimaire, suspendues la veille et dont le président Sambi avait annoncé leur échec au cours de son adresse à la Nation dans la soirée de mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous