BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 16 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/19/2018 11:26:48 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Un vent de malaise s’affiche en couverture des journaux camerounais

Un vent de malaise s’affiche en couverture des journaux parus mercredi, qu’il s’agisse de l’interminable et violente crise sécessionniste anglophone ou de l’élection présidentielle.


C’est une «alerte rouge» qui s’affiche en grande manchette du quotidien à capitaux privés L’Épervier, qui fait état d’un «plan secret» dressé par les sécessionnistes qui ensanglantent les régions anglophones depuis bientôt 2 ans, et qui comptent, en dehors de la capitale, Yaoundé, semer la terreur dans les 9 autres chefs-lieux de région.

Ces actions violentes et simultanées, insiste le journal, sont imminentes et visent, en premier lieu, à perturber les opérations de vote sur toute l’étendue du territoire.

Et c’est sans doute pour bien montrer qu’ils n’ont peur de rien, ni de personne, que les activistes séparatistes ont, selon Mutations, semé la panique, la veille, autour de la résidence du gouverneur du Nord-Ouest à Bamenda, Adolphe Lele Lafrique à travers plusieurs coups de feu tirés en l’air.

Il n’est pas impossible que ce soit une espèce d’entrée en matière, suppute la publication, rappelant que cette autorité fait actuellement l’objet de menaces de mort de la part des combattants «Ambazoniens», depuis qu’il a réinstauré le couvre-feu dans son unité de commandement.

L’heure est grave, renchérit Le Jour qui se penche pour sa part sur le quotidien miséreux des déplacés de cette crise anglophone qui a déjà coûté la vie à 400 civils en un an : généralement à l’étroit dans leurs familles d’accueil en zone francophone, souvent sans moyens de subsistance, ils ont tout le mal du monde à s’intégrer dans leur nouvel univers et ne sont pas certains de retrouver leur patrimoine abandonné dans la panique.

Dans la capitale régionale du Sud-Ouest aussi, le phénomène des «villes mortes» se ressent avec de plus en plus de dureté, constate le bihebdomadaire Ouest-Littoral, relatant la vie de plus en plus dure des résidents qui ne songent plus qu’à partir.

Partir, mais pour où ? se demande The Guardian Post, révélant que les gouverneurs des régions anglophones, à l’instar d’Adolphe Lele Lafrique, viennent d’instituer formellement des laissez-passer, une forme de restriction de mouvements pour de paisibles citoyens pris entre les assauts sécessionnistes et les manœuvres répressives des forces de défense et de sécurité.

Pendant ce temps, où est passé le fameux Plan d’urgence humanitaire annoncé à grand renfort de publicité par le gouvernement ? s’interroge pour sa part Ouest-Échos : alors que la région voisine de l’Ouest fait face à un afflux sans cesse grandissant de réfugiés, que la Croix-Rouge internationale se déploie sur le théâtre des opérations, on ne voit nulle part trace de l’argent collecté dans le cadre dudit plan d’assistance humanitaire.

Des fonds, par contre, sont désormais disponibles pour les 9 candidats engagés dans la course à la magistrature suprême, tout au moins la première tranche du financement public, pour la campagne électorale qui débute samedi prochain, répond en écho le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune.

Relativement à ce début de propagande, The Guardian Post se dit curieux, par avance, de savoir si le Premier ministre, Philemon Yang et l’un de ses prédécesseurs, Peter Mafany Musongue, tous deux fils du Nord-Ouest et dignitaires du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), cèderont aux menaces des sécessionnistes en s’abstenant de battre campagne dans ces zones où les forces ambazoniennes dictent leur loi.

Le temps est venu, lance le quotidien de langue anglaise en guise de défi, pour les barons du régime et leurs courtisans, de prouver au président-candidat, Paul Biya, qu'ils contrôlent toujours leurs régions respectives, même si cela revient à se jeter dans la gueule du loup sécessionniste.

Paul Biya n’a pas seulement à s’inquiéter du déroulement effectif de ses opérations de propagande chez les Anglophones, prolonge L’Épervier : un autre péril est annoncé du côté de la police dont plusieurs éléments, à travers des tracts, menacent de voter pour des candidats de l’opposition pour dénoncer la «gestion chaotique» de leur patron, Martin Mbarga Nguelé, également accusé de tripatouillages de résultats aux différents concours d’entrée dans les écoles de formation, ainsi que d’abus divers dans les décisions punitives des éléments pris en faute.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous