BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 16 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/14/2018 11:04:20 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La presse camerounaise à fond dans la politique

Les journaux camerounais parus vendredi s’intéressent particulièrement aux faits à caractère politique, et l’imminence de l’élection présidentielle n’y est certainement pas pour rien.


Bien que dans la mouvance de cette actualité, Mutations et L’essentiel commencent par rendre un hommage à un héros national qui, en chœur, rappellent qu’il y a 60 ans, jour pour jour que Ruben Um Nyobè, le secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (UPC), une formation qui exigeait du colonisateur une «vraie libération» du pays, alors âgé de 45 ans, était abattu par des soldats français dans son maquis dans le département de la Sanaga-Maritime.

Dans la première publication citée l’historien et chercheur Achille Mbembe lui consacre toute une tribune, qualifiant le regretté instituteur de métier de «martyr de l'indépendance» du Cameroun.

Mais L’essentiel a tôt fait de revenir aux questions d’une actualité marquée par la guerre féroce des sécessionnistes dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : à travers des tracts et les réseaux sociaux, ces miliciens menacent de multiplier les attaques pour empêcher toute manifestation publique dans cette partie du pays, avec pour objectif clair de perturber l’élection présidentielle du 7 octobre.

Et il ne fait aucun doute qu’ils trouveront à qui parler sur leur chemin, le gouvernement ayant affirmé qu’aucun désordre ne sera toléré, et annonçant une vaste opération de ratissage des forces de défense et de sécurité.

La preuve que la sécurité n’est pas un vain mot est ici apportée par Le Jour, évoquant le séjour annoncé, pour le lancement de sa campagne, du candidat à sa propre succession Paul Biya à Maroua, chef-lieu d’une région de l’Extrême-Nord devenue, depuis bientôt 4 ans, le terrain de chasse de la secte islamiste Boko Haram.

La localité, malgré la saison de pluies, se pare de ses plus beaux atours à travers des travaux de réhabilitation d’infrastructures qui, regrette toutefois le quotidien à capitaux privés, contraignent les populations à des restrictions dans leurs déplacements.

Serein, mais toujours silencieux, Paul Biya réussit tout de même, note L’Épervier, à semer la zizanie dans les rangs de ses adversaires : si sa victoire ne fait l’ombre d’aucun doute, ceux d’en face, incapables de se donner un candidat unique, se déchirent déjà autour de programmes tirés par les cheveux, attendant la proclamation des résultats finaux pour crier à la «victoire volée», ainsi qu’ils le firent en 1992.

L’opposition est effectivement «en désordre de bataille», convient La Nouvelle Vision : «Incapables de s’entendre sur une candidature unique pour l’élection présidentielle, les adversaires de Paul Biya font le jeu du pouvoir.»

Et pendant leur guerre d’ego, le président-candidat engrange des soutiens, constate le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, qui applaudit des deux mains le soutien franc et massif apporté à sa politique, la veille lors d’une manifestation à Yaoundé, la capitale du pays, du Mouvement des jeunes patriotes républicains qui s’est engagé à être le porte-parole de Paul Biya aux quatre coins du pays pendant la campagne de propagande.

Il convient toutefois de relativiser cet enthousiasme, tempère Le Messager, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), «en quête de sérénité», montrant quelques signes de fébrilité dans ses propres rangs s’agissant de sa stratégie de campagne.

Serein, vraiment serein et sûr de lui, Paul Biya ? s’interroge The Guardian Post, qui fait dire à l’ancien secrétaire général de la présidence de la République, Titus Edzoa, par ailleurs auteur d’un récent livre-réquisitoire contre le système intitulé «Cameroun, combat pour mon pays», que Paul Biya perdrait une élection présidentielle libre et transparente.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous