BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 22 Juillet 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/10/2018 10:58:02 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Politique et économie à l’affiche des journaux camerounais

Le sort du président sortant du Sénat, une instance qui, pour être au complet, attend la nomination de 30 «honorables» après que 70 de ses sièges ont été pourvus, côtoie, dans les journaux camerounais de mardi, le clair-obscur régnant à la compagnie nationale de transport aérien.


Cinquante-huit sénateurs, ayant perdu leur siège lors des élections du 25 mars dernier, sont désormais, selon La Nouvelle Expression, accrochés aux lèvres du chef de l’État pour retrouver leur écharpe, au terme du décret présidentiel attendu, et qui nommera 30 autres personnalités pour compléter les 100 sièges de la Chambre haute.

Les grandes manœuvres battent ainsi leur plein, dans cette course à la reconduction ou à la cooptation, constate The Guardian Post qui cite ici et là des cas de lobbying, de traitrise, de chasse aux sorcières et de racket au sein du pouvoir de Yaoundé.

Pendant ce temps, c’est le sort du président de ladite Chambre, Marcel Niat Njifenji, qui est en jeu selon Le Messager : face aux multiples revendications des Anglophones qui s’estiment marginalisés dans les grands postes de pouvoir, le président Biya pourrait bien être tenté de sacrifier un de ses fidèles.

L’homme, acquiesce Aurore Plus, est même plus proche de la voie de sortie que de la reconduction : «Le bail de Marcel Niat Njifenji, 84 ans, en dehors de son état de santé fortement déclinant, aura aussi été marqué par des scandales de népotisme, de favoritisme, de tribalisme, d’autoritarisme et de gaspillage du bien public. Paul Biya doit avoir tiré la leçon des conséquences de l’acte ayant consisté à imposer un non-élu à la tête d’une institution qui se veut prestigieuse. La non-apparition du nom de M. Niat, dans la liste attendue, serait déjà un signe fort d’une série de bouleversements de l’appareil institutionnel.»

M. Niat n’est ni un prétexte ni un pot de fleurs, corrige InfoMatin : de par la Loi fondamentale, c’est le président du Sénat qui exerce, de plein droit jusqu'à l'élection du nouveau président de la République, l’intérim en cas de vacance de présidence de la République pour cause de décès, de démission ou d'empêchement définitif constaté par le Conseil constitutionnel.

Et, bien que visiblement usé, l’homme tient pourtant, insiste la publication, actuellement la corde et ne saurait être considéré comme un faire-valoir. Dans l’attente de la nomination des 30 sénateurs du quota présidentiel à l’issue des sénatoriales du 25 mars, et en espérant y figurer de nouveau et rempiler au perchoir, c’est lui le véritable dauphin constitutionnel de Paul Biya, autant que ce dernier l’a lui-même été d’Ahmadou Ahidjo.

Entre autres raisons qui militent pour la reconduction de Marcel Niat, L’Épervier cite les «grands succès» remportés par la mandature finissante dont 90 projets de loi examinés et adoptés en 5 ans, en dépit d’une période d’expérimentation pendant laquelle rien n’était joué d’avance.

«Le bureau sortant mérite une fois de plus la confiance du chef de l’État pour un nouveau mandat, car Marcel Niat Njifenji est assurément le meilleur risque.»

S’il y a du clair obscur au Parlement, le ciel semble par contre plus dégagé pour la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co) qui, selon Le Quotidien de l’Économie, et citant son directeur général Ernest Dikoum, a traversé avec succès la zone de turbulences financières et peut aujourd’hui fonctionner avec ses propres ressources.

C’est «une publicité mensongère» qui est faite sur les états financiers de la compagnie aérienne nationale, répond en écho L’Indépendant : non seulement la direction générale et son conseil d’administration sont à couteaux tirés, quant aux orientations managériales, mais en plus des cas de «mafia» sont signalés en interne au même moment que la flotte est menacée d’avaries.

Camair-Co, affirme le journal, malgré une «embellie trompeuse», est bien partie dans son envol pour la faillite programmée qui la mènera au crash en bout de piste.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La présidentielle sur fond de controverses en couverture des journaux camerounais Les grandes manœuvres politiques et politiciennes, autour des candidatures à l’élection présidentielle du 7 octobre prochain, passionnent les journaux camerounais parus jeudi.
Diversité de sujets à la Une des quotidiens marocains Les journaux camerounais parus mercredi consacrent une place de choix à des sujets liés à l’économie interne, à la future élection présidentielle ainsi qu’à la sempiternelle crise anglophone.
Washington demande une enquête sur les tueries attribuées à l’armée camerounaise Le porte-parole du Département d’État américain, Heather Nauert a appelé, dans une déclaration publiée mardi, le gouvernement camerounais à «enquêter de manière approfondie et transparente» sur les événements décrits dans une vidéo, montrant de présumés soldats du pays en train d’exécuter sommairement deux femmes et leurs enfants dans la région de l’Extrême-Nord.
Paul Biya, candidat à l’élection présidentielle, en couverture des journaux Une image trône en couverture quasiment de tous les journaux camerounais parus lundi : celle du chef de l’État sortant, Paul Biya, qui vendredi dernier a annoncé à travers un tweet sa candidature pour le scrutin à la magistrature suprême du 7 octobre prochain.
Politique et insécurité en couverture des journaux camerounais La visite officielle du président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, retient de nouveau l’attention des journaux camerounais parus vendredi, sans pour autant occulter les nouvelles peu rassurantes sur le front de la crise sécessionniste anglophone.
La politique à l’affiche dans les journaux camerounais La politique fait les choux gras des journaux camerounais parus jeudi, à la faveur de la visite officielle dans le pays du président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, sur fond de crise sécessionniste anglophone aiguë, de veille électorale pour la présidentielle et de prorogation du mandat des députés et conseillers municipaux.
Hécatombe routière et présidentielle en couverture des journaux camerounais Les lendemains du dramatique accident de la route survenu vendredi dernier sur la route nationale numéro 4 continuent de préoccuper les journaux camerounais parus mercredi, en même temps qu’ils campent sur la veillée d’armes pour l’élection présidentielle.
Hécatombe sur la route et crise anglophone à la Une des journaux camerounais Un nouveau drame sur les routes du pays, qui s’ajoute à l’enfer de la crise sécessionniste anglophone, est en bonne place dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi.
La crise anglophone fait de la résistance en couverture des journaux camerounais Entre plan d’urgence humanitaire et poursuite des violences sur le terrain, la crise sécessionniste dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest relègue au second plan les autres aspects de l’actualité dans les journaux camerounais parus vendredi.
Foot et crise anglophone à la une des journaux camerounais Les nombreux incidents émaillant les chantiers de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football messieurs de l’année prochaine, ainsi que l’interminable guerre sécessionniste en zone anglophone, font l’essentiel du menu des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous