BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 16 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 3/14/2018 11:21:35 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Gouvernance et politique en couverture des journaux camerounais

La descente aux enfers de dignitaires du pouvoir tombés en disgrâce depuis le 2 mars, mais aussi la veillée d’armes des élections sénatoriales occupent une place de choix dans les journaux camerounais parus mercredi.


Sa photo trône en couverture de Le Jour, sous le titre : «Après sa sortie du gouvernement : Atangana Kouna interdit de quitter le pays». L’ex-ministre de l’Eau et de l’Énergie, selon le journal mais aussi son confrère The Guardian Post, a été, en même temps que l’ex-secrétaire d’État auprès du ministre des Travaux publics chargé des Routes, Louis Max Ohandja Ayina, sommé de ne pas quitter le pays en même temps que des instructions ont été données dans ce sens aux postes-frontière.


C’est que, répond en écho Le Messager, M. Atangana Kouna est «dans les eaux troubles» : avec son camarade d’infortune, il devrait, bientôt, être rattrapé par son passé d’administrateur provisoire de la Société nationale des eaux du Cameroun (SNEC, mai 2002-mai 2008), d’administrateur provisoire puis de directeur général de la Cameroon Water Utilities Corporation (mars 2006-mars 2012) et de membre du gouvernement (9 décembre 2011-2 mars 2018).

Depuis le 2 mars dernier, rappelle Le Jour, c’était déjà le directeur général de la Cameroon Mobile Telecommunications (Camtel), David Nkoto Emane et plusieurs de ses collaborateurs qui étaient déjà, selon une instruction du délégué général à la Sûreté nationale (police), interdits de sortie du Cameroun.

Mais le début des futurs ennuis judiciaires de ces personnalités n’aurait pas atteint la sphère publique, à travers les réseaux sociaux, sans la complicité de certains pontes du régime, constate Mutations sous le titre : «A qui profitent les fuites ?»

Au sujet des élections sénatoriales du 25 mars, Repères se penche sur des listes du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) menacées de disqualification, du fait de pratiques déloyales auxquelles auraient recouru certains de ses candidats.

En attendant les décisions du Conseil constitutionnel, le spectre de 2013 plane déjà sur les listes indexées, prévient le journal qui rappelle que 4 listes de la formation du président Paul Biya avaient déjà été invalidées lors des premières sénatoriales d’il y a 4 ans.

Le RDPC est-il finalement maudit dans la région de l’Adamaoua ? se demande en effet le bihebdomadaire L’œil du Sahel, se souvenant lui aussi de la mésaventure vécue par la même formation au profit de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) qui, bien qu’allié au gouvernement, n’en mène pas moins une course féroce aux suffrages sur le terrain.

A l’Ouest également, rappelle Ouest-Echos, ça se joue dans un mouchoir de poche entre le RDPC, le Front social démocratique (SDF) et l’Union démocratique du Cameroun (UDC), deux formations de l’opposition ne cachant pas leur détermination à faire mordre la poussière à la première formation citée.

Dans le Sud-Ouest, non loin de là, c’est une atmosphère de panique dans les rangs du parti au pouvoir que décrit The Guardian Post, une majorité de conseillers municipaux, qui constituent le corps électoral pour ce type de scrutin et qui sont rentrés dans la dissidence, vivant le harcèlement permanent de leur hiérarchie pour participer aux meetings et présenter ainsi un visage d’unité.

Ces pressions, explique le quotidien en langue anglaise, sont perçues au sein de l’opinion comme une tentative désespérée de contraindre les conseillers mécontents de la ville de Buea, furieusement contre une liste RDPC qu'ils considèrent comme composée principalement de candidats impopulaires, a rentrer dans le rang.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous