BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 16 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 3/5/2018 11:40:53 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les journaux camerounais aux couleurs du réaménagement gouvernemental

Le réaménagement gouvernemental, intervenu vendredi soir à travers plusieurs décrets du président Biya, retient l’attention des journaux camerounais parus lundi.


Voici donc un président, constate La Voix du Centre, qui est resté égal à lui-même à travers un timing que personne n’aurait prédit, mais aussi en confiant les clés de certains départements à des hommes pas toujours sous le feu des projecteurs.

Le chef de l’État, applaudit le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune (CT), a encore réussi à surprendre tout le monde vendredi soir en signant une série de décrets qui injectent du sang neuf au sein de l’équipe gouvernementale.

Les actes présidentiels de vendredi ont eu quelque peu l’effet d’une bombe au sein de l’opinion, renchérit InfoMatin : dans un premier temps, ce remaniement, qui était pourtant attendu depuis longtemps, a surpris plus d’une personne, les Camerounais ayant donné l’air d’avoir oublié qu’ils avaient souhaité, à un moment donné, au réajustement de qu’il est désormais convenu d’appeler «l’équipe Yang IV», du nom du Premier ministre Philemon Yang.

Ces décrets, constate CT, brillent, une fois de plus, par leur pertinence et leur opportunité, le meilleur exemple étant sans doute la création d’un département ministériel entièrement dédié à la Décentralisation et au Développement local.

«Au cours des derniers mois, la problématique de la décentralisation a souvent occupé le débat, notamment à la faveur de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. L’analyse de la situation et les doléances récurrentes entendues au cours des concertations débouchent donc sur cette nouveauté. On en attend une autre dimension de la décentralisation, bien au-delà des intentions, bien plus loin que les premiers pas déjà faits en la matière.»

Ce remaniement est tout aussi particulier, convient InfoMatin, avec la nomination de Paul Atanga Nji au poste de ministre de l’Administration territoriale et de Pauline Nalova Lyonga Egbe à la tête des Enseignements secondaires, deux natifs de la zone dite anglophone.

Au total, a calculé The Guardian Post, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest anglophones héritent de 10 portes sur un total de 65 membres.

«Et c’est la première fois que des Anglophones occupent ces deux ministères au Cameroun, étaye InfoMatin. Ce qui fait donc dire à certains observateurs que le président de la République a, une fois encore, apporté une réponse aux revendications des ressortissants de cette partie du Cameroun, qui non seulement dénonçaient leur ‘’marginalisation’’ mais en plus revendiquaient la présence des leurs à la tête de ministères de souveraineté.»

«Biya gâte les Anglophones avec des portefeuilles attrayants» ; «Biya cajole les Anglophones avec deux ministères clés», titrent en chœur The Median et The Post, qui ne voient, derrière ces promotions, qu’un écran de fumée dont les effets ne peuvent être qu’éphémères.

Qu’ils se nomment Paul Atanga Nji, Paul Tasong, Pauline Nalova Lyonga Egbe ou encore Paul Elung Che, il s’agit, selon The Sun, essentiellement d’Anglophones qui doivent leur ascension non pas à leur compétence : ils sont récompensés pour leur loyauté au président Biya.

Il s’agit essentiellement d’un «gouvernement de crise et des élections, soutient Expression Économique : à travers le profil général de la nouvelle équipe, le président Biya veut pacifier le front de la contestation sécessionniste dans les zones anglophones, et en même temps se garantir une réélection sans fioritures en octobre prochain.

Dans son «bastion naturel» des régions du Centre, de l’Est et du Sud, Paul Biya, selon L’Essentiel, a redistribué les cartes et injecté du sang neuf dans sa machine politique.

L’homme est effectivement dans ses «petits calculs», approuve L’œil du Sahel qui ne voit pas, en dehors d’une stratégie égoïste dédiée à son propre maintien, en quoi ce réaménagement gouvernemental sera bénéfique pour le Cameroun.

C’est un tsunami qui a secoué et emporté plusieurs chefs de départements ministériels, notamment Edgar Alain Mebe Ngo’o des Transports, Basile Atangana Kouna de l’Eau et de l’Energie, Philip Ngolle Ngwesse des Forêts et de la Faune, Michel Ange Angouing de la Fonction publique et de la Réforme administrative, sans oublier Martin Belinga Eboutou le ministre-directeur du cabinet civil de la présidence de la République, énumère Repères.

Mutations, sous le titre «La chute du parrain», s’intéresse de son côté au désormais ex-directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou, devenu l’ombre du chef de l’État depuis des décennies et qui cède la place à un proche de la famille présidentielle, Samuel Mvondo Ayolo, jusqu’ici ambassadeur du Cameroun en France.

Pour Ladies, c’est d’un repos bien mérité, et non d’une sanction qu’il s’agit, l’homme qui murmurait à l’oreille du président étant par ailleurs en butte à des problèmes de santé auxquels sa sortie des affaires devrait lui permettre de mieux s’attaquer.

Pour L’Indépendant, non seulement Paul Biya a réussi le tour de force de se débarrasser de faucons réputés intouchables, mais en plus il a conforté les équilibres numériques et ethniques tout en repositionnant l’élite anglophone.

Au rang des priorités de l’équipe Yang IV, énumère Le Financier d’Afrique, figurent le suivi du plan triennal de développement conclu avec le Fonds monétaire international (FMI), la poursuite des réformes budgétaires et l’exécution des projets de 2ème génération, autant de défis qui ne laissent aucun répit au nouvel exécutif.

Le Quotidien de l’Économie est loin de partager cet optimisme, pour qui la permutation intervenue aux ministères des Finances (MINFI), de l’Économie, du Plan et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT), entre Alamine Ousmane Mey et Louis Paul Motaze, est «un chassé-croisé contreproductif» : à la lumière de leurs états de services au cours du septennat finissant, le profil des deux hommes ne peut garantir une reprise de la croissance désormais remise aux calendes grecques.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous