BETA
Recherche personnalisée
English
Mardi, 25 Septembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/20/2017 12:15:10 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Incendie à l’Assemblée, crise anglophone et Mugabe en couverture des quotidiens camerounais

L’incendie, survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au siège de l’Assemblée nationale est revenu hanter les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au même titre que l’escalade de la violence dans les régions anglophones où persistent des revendications sécessionnistes, sans oublier la situation confuse au Zimbabwe où le vieux président, Robert Mugabe, ne cède pas à la contestation de la rue et d’une partie de son armée.


Avec cette accroche : «Assemblée nationale : ce qui a brûlé, ce qui reste», Le Jour a entrepris une expertise sur les décombres du «Palais de verre de Ngoa-Ekellé» : à part l’hémicycle proprement dit, qui ne représente pas grand-chose par rapport à l’ensemble, le siège de la Chambre basse ne représente plus rien.

Les flammes ont ainsi ravagé le 7ème étage abritant les bureaux de tous les réseaux parlementaires, le 6ème où était logée la direction des affaires générales, le 5ème avec sa direction du budget et de la solde, tandis que les bureaux du 1er vice-président, du secrétaire général adjoint et du groupe parlementaire du Front social démocratique (SDF, opposition) au 4ème, ne sont plus qu’un tas de ruines, les mêmes qu’on retrouve un palier plus bas.

La preuve, justement, qu’il y a péril en la demeure est que, selon L’œil du Sahel, «l’Assemblée nationale n’a plus de fichier du personnel.

En dépit des affirmations du gouvernement écartant la piste criminelle, il subsiste effectivement, pour The Guardian Post, plusieurs questions qu’il faudrait élucider pour espérer convaincre.

Les parties du bâtiment s’étant enflammées auraient, glisse La Météo, été préalablement arrosées d’un liquide inflammable d’origine pétrolière, toute chose qui pourrait justifier la rapide propagation des flammes et l’ampleur de celles-ci.

Et parmi les personnes «à qui profite le crime», le journal cite pêle-mêle «celles qui ambitionnent de faire accélérer le lancement des travaux de construction du nouveau siège de l’auguste institution, afin de percevoir de juteuses rétro-commissions» sur les 8,2 milliards FCFA du coût final provenant d’un don chinois, mais ces députés qui remettent leur mandant en jeu l’année prochaine et qui ne sont point assurés d’être reconduits, et qui ont tout intérêt à créer la paralysie en espérant une prorogation de leur mandat.

Toujours est-il que, selon le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, la session budgétaire va se poursuivre normalement : en attendant les conclusions des services techniques sur la fonctionnalité des deux salles de commissions, l’hémicycle, qui a été préservé, abritera aussi bien les travaux des commissions que les séances plénières.

C’est le moment que choisit le même journal pour revenir sur l’hommage, rendu samedi à Bamenda, aux quatre éléments des forces de défense tués en service commandé par des séparatistes anglophones.

Faisant part de sa peine, face au «meurtre barbare» des gendarmes et du militaire, le chef des armées, Paul Biya a écrit aux familles, une lettre lue durant la cérémonie et dans laquelle le chef de l’État assure que ces soldats «demeureront un exemple à suivre pour leurs camarades et frères d’armes dans la lutte pour la préservation de la paix et de l'intégrité territoriale du Cameroun».

Chaque jour, les faits donnent entièrement raison au chef de l’État, renchérit l’hebdomadaire La Météo qui, commentant un récent du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (Unoca) qui se dit «particulièrement préoccupé par la recrudescence des violences dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, y compris celles visant les populations civiles et les agents de l’Etat, souligne que l’homme a déjà déclaré, avec emphase, que le Cameroun est un et indivisible.

Il apparaît, clairement, que The Guardian Post n’a pas lu le dernier communiqué de l’organisme onusien sous le même angle, qui constate, entre les lignes, que c’est en réalité d’un rappel à l’ordre qu’il s’agit, l’ONU finissant par se lasser de la désinvolture du pouvoir face à une situation qui prend chaque jour de l’ampleur.

Et la preuve que l’apaisement n’est pas pour bientôt, c’est que 15 activistes armés, se réclamant de la «République d’Ambazonie», viennent d’être interpellés dans la localité de Muyuka (Sud-Ouest) alors que, dans le même temps et selon ce qui apparaît de plus en plus comme une guérilla urbaine, les forces de sécurité ont encore échangé des coups de feu avec ces résistants à Bamenda.

Sous le titre «Paul Biya annoncé à Bamenda», Repères semble répondre à une critique récurrente en affirmant que le chef de l’État, dont les services annoncent une descente dans le foyer même de la contestation sécessionniste, «entend apporter un message d’apaisement aux populations dont différents courants séparatistes, tendent à amplifier l’insécurité».

«A l’occasion, le chef de l’exécutif camerounais devrait aussi, au cours des audiences, écouter les forces vives dans la perspective d’un dialogue plus large», pronostique la publication, non sans rappeler qu’il y a un an en effet, différentes voix s’étaient élevées pour appeler le président de la République à aller à la rencontre des compatriotes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais en vain.

«Comme aucun peuple ne l’aurait souhaité nulle part, voici le peuple camerounais qui chaque jour, et cela depuis des temps déjà, fait face à toutes sortes d'atrocités, de violences macabres et de pyromanie inouïe, s’emporte le quotidien InfoMatin. Toutes situations qui résultent des agressions armées, des attentats terroristes menés par les ennemis du Cameroun, et aussi hélas, des manquements de quelques compatriotes. Ceci ébranle et met sérieusement à mal les efforts de développement et la sérénité sociale.»

Au sujet de la situation confuse au Zimbabwe, Cameroon Tribune indique que le vieux leader Robert Mugabe a été exclu de son parti et remplacé par l’ex-vice-président du pays, Emmerson Mnangagwa dont le limogeage, justement, la semaine dernière, est la cause de l’imbroglio politique que vit en ce moment le pays.

Mugabe refuse de démissionner, malgré sa destitution de fait, s’étrangle The Post cependant que, pour The Guardian Post, cette attitude honteuse devrait constituer une alerte aux présidents à vie et pères de la nation du continent africain.

Mugabe plie mais ne rompt pas, constate aussi InfoMatin : «Malgré son exclusion de son propre parti, la Zanu-PF et les pressions de l'armée, de la rue et de son parti, ainsi que la menace d’une procédure de destitution enclenchée ce jour par son parti, le nonagénaire ne démissionne pas de la présidence de la République.»

«Mugabe : ce n’est pas encore la fin !» s’exclame The Sun, le titre ayant été surmonté d’une photo du leader zimbabwéen avachi, croulant sous ses 93 ans.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Les journaux camerounais à fond dans la campagne électorale Sons, couleurs et saveurs de la campagne pour l’élection présidentielle du 7 octobre sont au menu des journaux camerounais parus mardi.
Les journaux camerounais au rythme de la campagne présidentielle Le début, samedi dernier de la campagne pour l’élection présidentielle du 7 octobre, est en vedette dans les journaux camerounais parus lundi.
La campagne pour la présidentielle bat déjà son plein dans les journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi commentent, avec emphase, l’élection présidentielle du 7 octobre dont la campagne débute samedi.
La grogne autour du financement de la campagne présidentielle mobilise les journaux camerounais Le coup de sang des partis de l’opposition, dont les candidats sont engagés pour l’élection présidentielle du 7 octobre prochain et qui refusent de percevoir une avance du financement public de leur campagne, trône en bonne place dans les journaux camerounais parus jeudi.
Un vent de malaise s’affiche en couverture des journaux camerounais Un vent de malaise s’affiche en couverture des journaux parus mercredi, qu’il s’agisse de l’interminable et violente crise sécessionniste anglophone ou de l’élection présidentielle.
Le départ massif des populations des régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Le départ massif des populations des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, plus que jamais otages ou victimes collatérales des combats entre les séparatistes et forces de défense et de sécurité, fait les choux gras des journaux camerounais parus lundi.
La presse camerounaise à fond dans la politique Les journaux camerounais parus vendredi s’intéressent particulièrement aux faits à caractère politique, et l’imminence de l’élection présidentielle n’y est certainement pas pour rien.
Crise anglophone et présidentielle font de la résistance en couverture des journaux camerounais L’escalade de la crise sécessionniste dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, suivie d’une tentative de reprise en main par le pouvoir de Yaoundé, font les choux gras des journaux camerounais parus jeudi à côté de l’actualité liée à l’élection à la magistrature suprême du 7 octobre prochain.
Présidentielle sur fond de crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi scrutent avec inquiétude l’ambiance sécuritaire autour de l’élection présidentielle du 7 octobre prochain, à l’heure où la crise sécessionniste prend de l’ampleur dans les régions anglophones.
La nouvelle escalade de la crise anglophone au menu des journaux camerounais Plus que le livre controversé inscrit au programme des classes de 5ème, et bien loin du bien décevant match nul de la sélection de football en déplacement samedi aux Comores, c’est davantage la nouvelle escalade de la crise anglophone qui tient le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus lundi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous