BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 16 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 11/17/2017 11:54:06 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais

L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.


En raison de l’heure tardive à laquelle le feu s’est déclaré au «Palais de verre de Ngoa-Ekellé», InfoMatin semble avoir ravi la vedette à ses confrères qui, dans un reportage poignant, restitue l’ambiance ayant régné autour de l’édifice en flammes : «Les flammes, dont l’origine reste à élucider, réduisent entièrement en cendres les quatre premiers étages où sont logés et le cabinet du secrétaire général et les services financiers et les salles qui abritent les différentes commissions.»

Le feu aurait toutefois épargné la salle principale où se tiennent les plénières et dont la cérémonie inaugurale, pour la troisième et dernière session ordinaire de l’année, a eu lieu mardi dernier, rappelle la publication qui s’étonne au passage que les sapeurs-pompiers, dont une base se trouve pourtant à quelques mètres, soient arrivés 30 minutes après que l’alerte.

«En rappel, l’institution, que préside depuis mai 1992 Cavaye Yeguie Djibril, connaît son deuxième incendie, le premier s’étant produit voici deux décennies. À l’époque, on évoquait comme cause un court-circuit sur les installations électriques de l’édifice. Deux bureaux étaient alors partis en fumée, dans un contexte de suspicions tous azimuts.»

Cet incendie n’est pas le premier qui touche cette partie des bâtiments administratifs de l’institution, confirme le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune (CT), même si celui d’hier soir aura sans doute causé le plus de dégâts.

Difficile pour l’instant, poursuit le journal, de donner les causes de l’incendie qui a ravagé cinq étages du bâtiment administratif de l’Assemblée nationale hier soir, même s’il convient de noter que l’intervention prompte des équipes des sapeurs-pompiers de la ville de Yaoundé, épaulées par celles de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, a permis de circonscrire les flammes et empêcher qu’elles n’atteignent l’hémicycle, centre névralgique des travaux de la session en cours.

Il sera néanmoins difficile, pour les élus actuellement en session d’examen de la Loi de finances pour l’exercice 2018, de pouvoir travailler dès ce matin dans les salles de commission qui se trouvent dans le bâtiment qui a été touché.

Quelques heures avant le sinistre, rappelle The Guardian Post, c’est une passe d’armes qui a opposé, dans le même hémicycle, le président de la Chambre basse, Cavaye Yeguie Djibril et le groupe parlementaire du Front social démocratique (SDF, opposition), qui avait bruyamment boycotté la séance inaugurale pour exiger l’introduction aux débats de la crise qui, depuis plus d’un an, agite les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Aux élus protestataires venus à sa rencontre, le titulaire du perchoir a sèchement répondu : «Je n’accepterai pas que la crise anglophone se déporte à l’Assemblée nationale !»

Et Cameroon Tribune d’enfoncer le clou : «Le SDF est-il interdit de débat au parlement ? Non ! Les dispositions de l’article 35 de la Constitution sont d’ailleurs claires sur ce point en ce qui concerne le contrôle de l’action gouvernementale à travers les questions orales ou écrites, voire la constitution des commissions d’enquête.»

Il existe un cadre réglementaire bien indiqué, à travers lequel les revendications du SDF peuvent être présentées, de même que des mesures ont été prises par les pouvoirs publics en vue de résoudre la crise que vivent ces deux régions depuis un peu plus d’un an.

Par ailleurs, ajoute CT, c’est l’ensemble de l’opinion nationale qui a émis le vœu de l’ouverture d’un dialogue dans ce sens, toutes choses qui ne sauraient donc justifier la politique de la chaise vide observée de la part du SDF, chacun des acteurs politiques concernés devant en outre pouvoir mettre un peu d’eau dans son vin.

Et la formation d’opposition semble avoir compris qu’il faisait fausse route, si l’on en croit Mutations qui évoque un «rétropédalage» de ses élus, finalement revenus à de meilleurs sentiments.

«C’est la guerre à l’ENAM» est toutefois le titre principal dudit journal : en quelques heures seulement, les résultats des admissibilités dans cette grande école, en charge notamment de la formation des administrateurs civils et des spécialistes des régies financières, proclamés par son directeur général Linus Toussaint Mendjana, ont été annulés par sa tutelle.

Les résultats desdites admissibilités, diffusés au journal de 17 heures de la radio nationale, ont été annulés et rapportés au journal de 20 heures, sur les mêmes ondes, «pour violation de la réglementation en vigueur», étaye InfoMatin

Avant cette flagrante violation des textes, le même Mendjana avait déjà fait l’objet de plusieurs rappels à l’ordre et par sa tutelle et par les services du Premier ministre.

Le bras de fer entre Michel Ange Angouing et Linus Toussaint Mendjana semble bien parti pour durer, constate Le Messager, alors que son confrère Le Quotidien de l’économie y voit «un désaveu» cinglant, infligé au second qui l’a bien cherché en violant outrageusement les règles et procédures dans la gestion des concours administratifs.

Pour arbitrer ce genre de conflit, ajoute Le Jour, il n’est pas exclu que le sommet de l’État décide de sacrifier un des protagonistes, le plus exposé étant évidemment le directeur général rebelle, qui risque gros dans cette affaire.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous