BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 21 Juin 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 9/13/2017 11:14:37 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La politique et la sécurité disputent à la crise anglophone la une de la presse camerounaise

Alors que la crise anglophone continue de les tenir en haleine, les journaux camerounais parus mercredi ne s’intéressent pas moins à d’autres questions à caractère politique et sécuritaire.


Face à l’incertitude grandissante dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, The Guardian Post signale l’«exode massif des Anglophones vers les régions francophones» : hommes d’affaires, étudiants, enseignants et autres travailleuses du sexe se mettent à l’abri, face à la radicalisation du mouvement contestataire porté par les partisans de l’«Ambazonie», une république imaginaire désormais présentée comme indépendante du Cameroun oriental.

Toujours est-il que la même publication, citant quelques observateurs de la chose, évoque une démarche contre-productive, aussi bien pour l’économie que pour l’éducation des enfants, confrontés depuis une année aux «villes mortes» et «école morte», aux actes de vandalisme et de défiance vis-à-vis du régime de Yaoundé.

Dans cette foule de nouveaux «exilés», rapporte Emergence, ce sont les parents d’élèves qui ne cachent plus leur colère, eux qui se considèrent comme principales victimes de l’intransigeance et de la surenchère politique des extrémistes anglophones.

Selon Le Messager, la Grande Bretagne, sollicitée pour son soutien dans cette initiative, vient de rejeter la requête du Southern Cameroon National Congress (SCNC), autre mouvement anglophone réclamant la sécession du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, rappelant que le pays s’est engagé dans la voie de l’Etat unitaire depuis 1961 et invitant ses promoteurs à créer un parti politique pour légitimer leur combat.

Mais le Foreing Office, le ministère britannique n’est pas plus tendre avec le gouvernement, qu’il invite à instaurer un dialogue franc et inclusif afin de trouver une solution durable à a crise anglophone.

La Grande Bretagne est furieuse contre la sécession, résume pour sa part Emergence qui se fait également l’écho du même revers subi par les «Ambazoniens».

Ce dossier, mais également les questions liées au respect des droits de l’homme et des libertés par le Cameroun, devrait, selon L’œil du Sahel, être évoqué au cours de la 72ème session de l’Assemblée général des Nations Unies à New York (Etats-Unis), à laquelle Paul Biya prendra part en début de semaine prochaine.

Et il n’est pas exclu, renchérit InfoMatin, que le chef de l’Etat procède à un grand chambardement au sein des institutions avant ce déplacement, lui qui, depuis lundi, a reçu en file indienne dignitaires du régime, probables membres du gouvernement et hauts gradés de la sécurité mais «préserve le suspense quant à la finalité de ce branle-bas».

Paul Biya consulte effectivement, appuie Le Point Hebdo, qui lui aussi a remarqué une procession de limousines à la présidence de la République depuis quelques jours, l’ambiance étant rythmée par le ballet de limousines déposant ou réembarquant leurs illustres passagers.

Mais que faisait donc le commandant de brigade de gendarmerie de Fotokol avec 4208 téléphones portables dans son bureau ? Telle est la question qui taraude L’œil du Sahel qui fait état de l’interpellation musclée de cet homme en tenue, en pleine région de l’Extrême-Nord où sévit la secte islamiste Boko Haram, cachant à peine ses soupçons de collusion entre le gradé et les terroristes.

Selon la même publication, Salam Institute, un centre de formation aux métiers des technologies de l’information et de la communication (TIC), encadre actuellement plus de 400 jeunes contre la secte islamiste Boko Haram avec, pour principaux modules la radicalisation, l’apatridie et les réseaux sociaux en rapport avec le terrorisme.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Cyber sécurité, justice, politique et économie en couverture des journaux camerounais L’interdiction, par leur hiérarchie aux gendarmes, de se produire sur les réseaux sociaux, deux conflits de famille qui défraient la chronique, la présidentielle qui attise les passions et un front économique en berne, constituent le menu des journaux camerounais parus mercredi sans pour autant évacuer l’interminable conflit sécessionniste dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Crise anglophone, politique et diplomatie s’imposent dans les journaux camerounais Devenue le point de mire de l’actualité, la crise sécessionniste anglophone continue de pimenter le menu des journaux camerounais parus mardi, avec un zeste de politique et d’actualité diplomatique sur les bords.
Crise anglophone et crise familiale au menu des journaux camerounais L’escalade de la violence sécessionniste dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest anglophone revient en force dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi, avec en prime une crise au sein de l’une des familles les plus connues du pays sur fond de guerre de succession et d’élection présidentielle.
Manuels scolaires, crise anglophone et Mondial de foot en Une des journaux camerounais La publication, la veille, de liste des manuels scolaires pour l’année 2018-2019, sur fond de réformes, figure en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi, juste à côté des dernières nouvelles du front séparatiste anglophone dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et de l’échec du Royaume chérifien pour l’organisation de la Coupe du monde de football 2026.
Appels à la candidature de Paul Biya et gouvernance à la Une au Cameroun Les journaux camerounais parus mercredi se penchent sur la gouvernance publique en période d’austérité, mais s’étendent davantage sur les nombreux «appels» à la candidature du chef de l’Etat sortant à l’élection présidentielle prévue en octobre.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais La veillée d’armes électorale, mais également les nouvelles du front sécessionniste dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, constituent les sujets phares des journaux camerounais parus mardi.
Politique, économie et social en couverture des journaux camerounais Des sujets de politique et d’économie intérieures, pas toujours réjouissants, mais également un front social en berne font les choux gras des journaux camerounais parus lundi.
Economie et crise anglophone font de la résistance dans les journaux camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus jeudi continuent de se pencher sur l’ordonnance rectificative du budget de l’État signée par le président de la République, mais également sur les lendemains de la mission d’écoute qui vient de séjourner en zone anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes.
Le budget 2018 et la crise anglophone en couverture des journaux camerounais La rectification, par voie d’ordonnance présidentielle, de la Loi de finances 2018 ainsi que les constats de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM), sur la crise anglophone, sont au menu des journaux camerounais parus mercredi.
La crise anglophone règne dans les quotidiens camerounais L’enlisement des revendications sécessionnistes et la crise humanitaire, dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, retiennent à nouveau l’attention des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous