BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 24 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 8/24/2017 10:44:36 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La mise à l’écart de l’exécutif de la FECAFOOT en couverture des journaux camerounais

La mise à l’écart, la veille au soir par la Fédération internationale de football association (FIFA), du bureau exécutif de la fédération camerounaise de la discipline (FECAFOOT), avec à sa tête Tombi à Roko Sidiki, était en vedette dans les journaux camerounais parus jeudi.


«Tsunami à la FECAFOOT : la FIFA humilie le Cameroun» ; «FECAFOOT : Tombi à Roko est tombé» ; «FECAFOOT : Abdouraman déboulonne Tombi à Roko» ; «Tombi à Roko : la fin !» ; «Football camerounais : la chute de la maison Tombi à Roko» ; «FECAFOOT : retour à la normalisation», titrent respectivement La Nouvelle Expression (LNE), Le Jour, Le Quotidien de l’Économie (LQE), Émergence, L’Essentiel et Mutations.


La FIFA, explique la première publication citée, vient d’imposer à la fédération nationale le respect de ses propres lois et règlements en balayant un bureau exécutif mal élu en 2015 et en annonçant la mise en place d’un comité de normalisation.

En novembre 2015, rappelle LNE, au plus fort de la contestation de l’élection de Tombi à Roko Sidiki et de son bureau, c’est le ministre des Sports, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt qui, s’appuyant sur la loi relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives ainsi que le décret portant organisation de son département, avait adoubé le bureau contesté, affirmant que les dispositions lui «donnent compétence exclusive» de veiller au respect par les fédérations des lois et règlements en vigueur.

Il a bien résisté depuis deux ans, constate Le Jour, pour qui la fin de l’ère Tombi aurait dû intervenir plus tôt : depuis le 12 novembre 2015, date à laquelle la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du pays (CNOSC) avait annulé tout un processus électoral controversé et qui avait abouti, le 28 septembre 2015, à la désignation du bureau exécutif fédéral.

Pour LQE, le vrai vainqueur de la bataille au sein de la fédération s’appelle Abdouraman Hamadou, le président d’Étoile filante de Garoua qui avait pris la tête des frondeurs et saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne (Suisse) aux fins de constater l’illégalité en vigueur à la tête de la FECAFOOT.


A la vérité, analyse Émergence, le sort de M. Tombi a été scellé lors de la réunion de juin dernier à Conakry (Guinée), convoquée par la FIFA qui souhaitait, ainsi, «prendre des mesures afin d’anticiper tout risque qui pourrait mettre en danger le bon fonctionnement de l’administration du football camerounais» et «aider la famille du football camerounais à trouver une solution amiable » à la crise.

La déchéance de Tombi à Roko, renchérit L’Essentiel, sera suivie d’une mission conjointe FIFA/Confédération africaine de football (CAF) qui nommera un comité de normalisation qui, dans un délai de cinq mois, aura à refaire les textes fédéraux et à organiser de nouvelles élections.

Et nous voici repartis pour une période longue, mêlée d’incertitudes et de bagarres intestines en vue de la désignation du nouveau bureau exécutif alors que Tombi à Roko, rappelle Mutations, venait juste d’être nommé vice-président du Comité d’organisation local de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) que le pays accueille en 2019.

«Revoilà la normalisation !» s’exclame le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune : dire que la nouvelle a pris tout le monde de court est un euphémisme, puisque personne ne s’attendait vraiment à ce coup de tonnerre de la FIFA.

Et de rappeler que le Cameroun avait déjà eu droit à un comité de normalisation pour régler la crise en cours à la FECAFOOT en juillet 2013 : prévue pour s’achever en mars 2014, la mission avait finalement duré plus longtemps que prévu, puisque clôturée en septembre 2015.

La dernière décision de la FIFA va, en tout cas, «chambouler le monde du football camerounais dans les prochains jours. Avec comme un air de déjà-vu».

Et InfoMatin de se lancer dans la spéculation, annonçant déjà que les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest réclament l’arrivée de John Begheni Ndeh, un fils du terroir à la tête de la FECAFOOT : une éventualité qui ne serait pas du très mauvais goût, au contraire, par ces temps de crise anglophone où des activistes de ces zones exigent la partition du Cameroun parce que s’estimant marginalisés.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Robert Mugabe s’affiche en couverture des journaux camerounais La démission, la veille du chef de l’Etat zimbabwéen au terme de longs jours de pressions politique et populaire, a inspiré de nombreux commentaires dans les journaux camerounais parus mercredi.
Les migrants africains en Libye, la mal-gouvernance, la crise anglophone au menu des quotidiens camerounais Les scènes d’horreur contre des migrants africains en Libye, l’insécurité, la mal-gouvernance, la crise anglophone ainsi que le vent de marasme dans les clubs de football, meublent la Une des quotidiens camerounais parus ce mardi.
Incendie à l’Assemblée, crise anglophone et Mugabe en couverture des quotidiens camerounais L’incendie, survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au siège de l’Assemblée nationale est revenu hanter les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au même titre que l’escalade de la violence dans les régions anglophones où persistent des revendications sécessionnistes, sans oublier la situation confuse au Zimbabwe où le vieux président, Robert Mugabe, ne cède pas à la contestation de la rue et d’une partie de son armée.
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous