BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 8/2/2017 10:43:05 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Politique et hausse tarifaire des transferts d’argent en couverture des journaux camerounais

L’envoi par le gouvernement d’une mission d’explication sur la crise anglophone aux États-Unis, mais aussi l’augmentation controversée des tarifs de transfert, décidée par l’opérateur de téléphonie Orange, occupent une place de choix dans les journaux camerounais parus mercredi.


«Crise anglophone : Paul Biya veut négocier avec les États-Unis» est le titre qui barre la couverture du Messager, d’après qui le chef de l’État vient de dépêcher une délégation à Washington pour expliquer, aux officiels américains, les tenants et les aboutissants ayant entraîné la paralysie, depuis octobre 2016, des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

La crise anglophone s’invite effectivement aux États-Unis, opine InfoMatin pour qui il s’agit avant tout de fournir des clarifications aux Camerounais résidant en Amérique du Nord et aux autorités du pays de l’oncle Sam, «où résident les activismes les plus virulents contre le régime de Yaoundé», «d’où viennent les initiatives les plus osées, allant jusqu’à la proclamation d’une pseudo république d’Ambazonie», ces agitateurs qui, de leur lointain exil, font feu de tout bois pour s’acheter une légitimité à moindres frais et prônent ouvertement la partition du Cameroun».


Il n’est pas exclu, ajoute la publication, que les envoyés spéciaux du gouvernement, à l’occasion, expriment leur étonnement quant au silence que certains qualifient de bienveillant, des dirigeants américains face à ces appels publics et ostentatoires à la haine.

Le gouvernement réagit ainsi aux multiples pressions exercées autour de cette question par certains élus américains, la dernière sonnette d’alarme, rappelle le bihebdomadaire Repères, ayant été tirée par deux membres du Congrès qui notent que la situation a dégénéré en 2016 quand des milliers de membres de la communauté anglophone se sont mobilisés pour exiger le changement de la politique gouvernementale qui les marginalise.


C’est sans doute pour couper l’herbe sous les pieds de ses détracteurs que le président Biya, ose La Nouvelle Expression, «veut négocier» à la fois avec les États-Unis qui hébergent ses contempteurs et les membres de la diaspora considérés comme modérés.

En attendant la sortie de crise, c’est le ministre de la Jeunesse et de l’Éducation civique, Monouna Foutou, qui vient d’interdire à son personnel, à en croire Repères, l’usage du terme «régions ou zones anglophones» pour désigner les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Selon cette publication, dans un contexte de revendications sécessionnistes des populations des deux régions indiquées, la sortie de ce membre du gouvernement suffit pour justifier l’option de l’apaisement et «du vivre ensemble » prise par le gouvernement de la République.

Mais tout ceci suffira-t-il pour faire reprendre les cours à la rentrée prochaine ? s’interroge Le Jour qui fait état d’une situation qui continue de susciter de vives inquiétudes, au moment où plusieurs promoteurs annoncent la réouverture de leurs établissements en septembre prochain.

A cheval entre l’économie et le social, InfoMatin se fait l’écho d’une grogne générale contre Orange Money, l’augmentation tarifaire de l’opérateur de téléphonie mobile sur les transferts d’argent, depuis la veille, ayant déchaîné le mécontentement chez les usagers.

Sans rien expliquer quant aux raisons de cette évolution, l’opérateur a redécoupé la tranche des montants et introduit des frais à l’envoi, y compris vers ses propres clients : «Pour beaucoup, l’opérateur français a bien préparé son coup en commençant par appâter ses abonnés à travers un service rapide et efficace, avant de lui imposer ses tarifs que plusieurs personnes interrogées ne sont pas prêtes à supporter.»

Les transferts d’argent par voie électronique seront désormais plus chers, résume l’œil du Sahel qui s’est attelé à décortiquer le nouveau barème.

Accusé d’arnaque et sous la menace d’un boycott massif de son service de transfert électronique d’argent, Orange, selon Le Soir, a engagé une campagne d’explication de sa hausse tarifaire.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous