BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 19 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 7/12/2017 10:38:27 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La guerre de communiqués sur la mort de l’évêque de Bafia passionne les journaux camerounais

Reléguant au second plan les autres aspects de l’actualité nationale, la guerre de communiqués entre l’Église catholique et a justice autour de la disparition mystérieuse de l’évêque de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, a de nouveau enflammé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.


Ainsi citant le nouveau communiqué publié la veille par la Conférence épiscopale nationale (CENC) sur le sujet, Le Jour bat en brèche les récentes affirmations du procureur général près la cour d’appel du Centre, Jean Fils Ntamack, qui a noté l’«absence de toutes traces de violence» sur le corps.


Pour les évêques, qui maintiennent non seulement leur déclaration du 13 juin, selon laquelle «Mgr Bala a été assassiné», son corps «portait bien des marques de violence».

«L’Église réfute la thèse de la mort par noyade», relaie également L’œil du Sahel avant de s’interroger : «Mais pourquoi le clergé ne demande-t-il pas simplement, au nom de la vérité, que soient rendus publics les trois rapports d’autopsie ? que soient auditionnés les deux collèges de médecins ‘’locaux’’ pour que chaque collège dise ce qu’il a constaté ? qu’une nouvelle autopsie soit pratiquée par un collège de médecins légistes, dont au moins la moitié sera choisie par la CENC ?»

Il s’agit aujourd’hui d’une véritable guerre de communiqués, confirme Émergence pendant que InfoMatin, sur quatre colonnes en couverture mais tout aussi dubitatif, annonce l’intégralité du communiqué censé remettre le procureur Ntamack à sa place.

«L’Église catholique présente ‘’son’’ rapport», insiste La Nouvelle Expression cependant que l’hebdomadaire Le Courrier, lui, voit cette même confession religieuse à l’épreuve du jugement», elle qui se doit tout de même de faire le ménage en son sein où les brebis galeuses sont légion.

«Pour le défunt, on souhaite un repos éternel dans les meilleurs délais, loin de toutes ces supputations et de la manipulation de sa dépouille. A travers ce bras de fer en filigrane, on pourrait se demander qui a raison entre Dieu et les Hommes. On est en plein conflit entre la science et Dieu», se désole Mutations.

Avant de constater la «fissure entre l’État et l’Église catholique», cette publication ne manque pas de s’interroger lourdement : «Qu’est-ce qui n’a pas été satisfaisant dans les premiers rapports ? Fallait-il absolument que des experts internationaux arrivent pour donner une crédibilité à cette autopsie ?»

Après un tel torrent d’interrogations et de critiques, il ne reste visiblement que peu d’espace pour s’intéresser à d’autres sujets.

Mais Le Quotidien de l’Économie s’y est essayé, qui, citant la sortie la veille du gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli, parle de rumeurs «fantaisistes et sans fondement» quant à une éventuelle dévaluation du franc CFA, la monnaie locale.

Les rumeurs sur cette dévaluation sont sans fondement, répond en écho Le Jour alors que son confrère à capitaux publics, Cameroon Tribune, résume la polémique en une formule : «Parité euro/CFA : pas de dévaluation en vue», la baisse des réserves de change ayant considérablement ralenti au sein de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC).

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
Un triple infanticide émeut les journaux camerounais L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais La politique, l’économie et l’intégration sous-régionale constituaient les principaux sujets traités par les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous