BETA
Recherche personnalisée
English
Mardi, 21 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 7/3/2017 10:47:15 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Santé et économie en couverture des journaux camerounais

Le menu des journaux camerounais parus ce lundi tourne autour de la polémique sur la rupture des kits de dialyse pour les insuffisants rénaux, mais aussi des préoccupations à caractère économique.


Voici donc, s’étonne le bihebdomadaire Repères, que les insuffisants rénaux broient de nouveau du noir, alors que les mêmes dialysés avaient déjà exprimé leur ras le bol en octobre 2016, revendiquant bruyamment une meilleure prise en charge de leurs séances d’hémodialyse.


Mais la nouvelle rupture des stocks ne rend point malade le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, qui a fait des promesses pour soulager les patients alors que plus personne n’y croit.

Pour le quotidien à capitaux privés Émergence, le ministre vient de faire une «promesse ferme» aux malades, puisqu’il a affirmé par voie de communiqué qu’une expédition par avion cargo, parallèlement à un important envoi par voie maritime devrait, «sous une semaine», transporter une dizaine de tonnes de composants de kits de dialyse dans le pays afin de faire face aux difficultés rencontrées dans la chaîne d’approvisionnement.

«Crise de dialyse : André Mama Fouda demande à la mort d’attendre», constate La Nouvelle Expression, qui glose bruyamment le communiqué du membre du gouvernement et sa promesse de se pencher sur le sort des désespérés sous sept jours, alors que beaucoup risquent d’ici là de passer de vie à trépas.


La même publication, lorgnant du côté de la sphère socio-économique, a suscité la réaction du Front social démocratique (SDF) et du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), deux partis politiques de l’opposition, en rapport avec le programme triennal de réformes économiques et financières que le pays vient de conclure avec le Fonds monétaire international (FMI), et le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne sont point tendres avec le pouvoir de Yaoundé, accusé d’avoir volontairement replongé le pays dans le marasme et la précarité.


Des solutions existent pourtant, «pour sortir des griffes du FMI en 2019», souffle Intégration, qui a interrogé plusieurs spécialistes sur le sujet mais demeure pessimiste quant à la volonté du gouvernement de s’émanciper de la tutelle de la communauté financière internationale.

Célèbre présentateur de la télévision nationale dans les années 80 et 90, Eric Chinje, aujourd’hui reconverti dans l’encadrement des médias africains, est interrogé par Mutations et donne son sentiment sur la conduite des affaires publiques.

«Les gens autour du président ne l’ont pas servi, mais le président est un dirigeant qui doit s’assurer que les gens ont fait ce qu’il veut. Et sur ce point, Monsieur Biya est incapable d’assurer l’exécution de ses ordres et sa volonté. Si autour de lui, il y a des fainéants, des gens incapables, et que lui n’a pas la possibilité de se faire respecter, il y a problème.»

Même au Groupement interpatronal du Cameroun (GICAM), qui au passage vient de se donner un nouveau bureau exécutif, on n’est guère tendre avec ledit gouvernement pour ce qui concerne le climat des affaires, constate Le Quotidien de l’Économie qui a recueilli les «pratiques qui plombent le dynamisme des entreprises».

Entre autres freins à l’épanouissement, la publication cite le commerce illicite qui fait de la résistance, la pression fiscale, le rallongement des délais de paiement des prestations ainsi que les lourdeurs dans les procédures du commerce extérieur.

Mais ceci n’empêche manifestement pas des investisseurs étrangers de frapper aux portes du pays à l’instar du président Afrique de la firme américaine General Electric, Jay Ireland, qui a été reçu vendredi dernier par le chef de l’État Paul Biya.

Selon le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, l’hôte du Palais de l’unité est venu réitérer la volonté de son groupe d’investir massivement pour l’amélioration des conditions de vie des populations camerounaises.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Incendie à l’Assemblée, crise anglophone et Mugabe en couverture des quotidiens camerounais L’incendie, survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au siège de l’Assemblée nationale est revenu hanter les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au même titre que l’escalade de la violence dans les régions anglophones où persistent des revendications sécessionnistes, sans oublier la situation confuse au Zimbabwe où le vieux président, Robert Mugabe, ne cède pas à la contestation de la rue et d’une partie de son armée.
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
Un triple infanticide émeut les journaux camerounais L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous