BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 21 Juillet 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 7/3/2017 10:47:15 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Santé et économie en couverture des journaux camerounais

Le menu des journaux camerounais parus ce lundi tourne autour de la polémique sur la rupture des kits de dialyse pour les insuffisants rénaux, mais aussi des préoccupations à caractère économique.


Voici donc, s’étonne le bihebdomadaire Repères, que les insuffisants rénaux broient de nouveau du noir, alors que les mêmes dialysés avaient déjà exprimé leur ras le bol en octobre 2016, revendiquant bruyamment une meilleure prise en charge de leurs séances d’hémodialyse.


Mais la nouvelle rupture des stocks ne rend point malade le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, qui a fait des promesses pour soulager les patients alors que plus personne n’y croit.

Pour le quotidien à capitaux privés Émergence, le ministre vient de faire une «promesse ferme» aux malades, puisqu’il a affirmé par voie de communiqué qu’une expédition par avion cargo, parallèlement à un important envoi par voie maritime devrait, «sous une semaine», transporter une dizaine de tonnes de composants de kits de dialyse dans le pays afin de faire face aux difficultés rencontrées dans la chaîne d’approvisionnement.

«Crise de dialyse : André Mama Fouda demande à la mort d’attendre», constate La Nouvelle Expression, qui glose bruyamment le communiqué du membre du gouvernement et sa promesse de se pencher sur le sort des désespérés sous sept jours, alors que beaucoup risquent d’ici là de passer de vie à trépas.


La même publication, lorgnant du côté de la sphère socio-économique, a suscité la réaction du Front social démocratique (SDF) et du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), deux partis politiques de l’opposition, en rapport avec le programme triennal de réformes économiques et financières que le pays vient de conclure avec le Fonds monétaire international (FMI), et le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne sont point tendres avec le pouvoir de Yaoundé, accusé d’avoir volontairement replongé le pays dans le marasme et la précarité.


Des solutions existent pourtant, «pour sortir des griffes du FMI en 2019», souffle Intégration, qui a interrogé plusieurs spécialistes sur le sujet mais demeure pessimiste quant à la volonté du gouvernement de s’émanciper de la tutelle de la communauté financière internationale.

Célèbre présentateur de la télévision nationale dans les années 80 et 90, Eric Chinje, aujourd’hui reconverti dans l’encadrement des médias africains, est interrogé par Mutations et donne son sentiment sur la conduite des affaires publiques.

«Les gens autour du président ne l’ont pas servi, mais le président est un dirigeant qui doit s’assurer que les gens ont fait ce qu’il veut. Et sur ce point, Monsieur Biya est incapable d’assurer l’exécution de ses ordres et sa volonté. Si autour de lui, il y a des fainéants, des gens incapables, et que lui n’a pas la possibilité de se faire respecter, il y a problème.»

Même au Groupement interpatronal du Cameroun (GICAM), qui au passage vient de se donner un nouveau bureau exécutif, on n’est guère tendre avec ledit gouvernement pour ce qui concerne le climat des affaires, constate Le Quotidien de l’Économie qui a recueilli les «pratiques qui plombent le dynamisme des entreprises».

Entre autres freins à l’épanouissement, la publication cite le commerce illicite qui fait de la résistance, la pression fiscale, le rallongement des délais de paiement des prestations ainsi que les lourdeurs dans les procédures du commerce extérieur.

Mais ceci n’empêche manifestement pas des investisseurs étrangers de frapper aux portes du pays à l’instar du président Afrique de la firme américaine General Electric, Jay Ireland, qui a été reçu vendredi dernier par le chef de l’État Paul Biya.

Selon le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, l’hôte du Palais de l’unité est venu réitérer la volonté de son groupe d’investir massivement pour l’amélioration des conditions de vie des populations camerounaises.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais Gouvernance, droits de l’homme et politique constituaient le cocktail proposé par les journaux camerounais parus jeudi.
Les chantiers controversés de la CAN 2019 et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La sortie, la veille du ministre des Sports (Minsep) au sujet des retards accusés par les chantiers d’infrastructures de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, mais aussi des sujets à caractère économique, ont occupé le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus mercredi.
La colère du clergé catholique et les tourments de l’économie et Une de la presse camerounaise Le feuilleton à rebondissements autour de la disparition mystérieuse de l’évêque de Bafia (Centre), Mgr Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux de la Sanaga le 2 juin dernier et dont le clergé a procédé à l’identification du corps la veille, mais aussi les tourments de l’économie nationale s’affichaient en bonne place dans le menu des journaux camerounais parus mardi.
Vent de malaise en couverture des journaux camerounais La tonalité générale des journaux camerounais parus lundi confinait à la sinistrose, que ce soit dans le volet social ou de la gouvernance.
Un vent de sinistrose parcourt la presse camerounaise Que ce soit en économie, sur le front de la politique ou encore du sport, la tonalité des journaux camerounais parus jeudi prêtait généralement au pessimisme.
La guerre de communiqués sur la mort de l’évêque de Bafia passionne les journaux camerounais Reléguant au second plan les autres aspects de l’actualité nationale, la guerre de communiqués entre l’Église catholique et a justice autour de la disparition mystérieuse de l’évêque de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, a de nouveau enflammé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
Examens scolaires, mort mystérieuse d’un prélat et économie en Une des journaux camerounais Une fin d’année scolaire tumultueuse avec une grogne des correcteurs d’examens officiels, la controverse qui s’éternise au sujet de la disparition encore non élucidée de l’évêque de Bafia ainsi que des sujets à caractère économique, ont constitué l’essentiel du menu des journaux camerounais parus mardi.
La diversité s’affiche en couverture des journaux camerounais La réaction du clergé catholique, après la publication du rapport du procureur relevant «l’absence de toutes traces de violence» et concluant à «la noyade» comme «cause probable du décès de l’évêque» de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, mais aussi des sujets à caractère économique et social faisaient les grosses manchettes des journaux camerounais parus lundi.
La politique s’arroge les faveurs des journaux camerounais Des sujets de politique politicienne occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus vendredi.
L’insolite s’affiche en couverture des journaux camerounais Des sujets à caractère insolite, touchant aussi bien la gouvernance que la sécurité et la société, faisaient les manchettes des journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous