BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 5/15/2017 11:14:41 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Vent de fronde en couverture des journaux camerounais

Les journaux camerounais parus lundi se sont appesantis sur le front du boycott de la Fête nationale du 20 mai par plusieurs formations de l’opposition, les enjeux du prochain Conseil supérieur de la magistrature ainsi que le nouvel appel à la grève lancé par le syndicat des médecins du pays.


La célébration, samedi prochain, des 45 ans d’unité nationale divise, constate Le Jour qui a interrogé plusieurs leaders politiques et de la société civile, une bonne majorité déplorant notamment l’apathie du gouvernement à résoudre la crise anglophone, qui dure depuis un semestre.

Et déjà, complète The Guardian Post, plusieurs partis de l’opposition sont vent debout, qui comptent bien dénoncer cette inertie en appelant au boycott massif des festivités à travers le pays.

Elles sont déjà sept, précise The Voice, à avoir effectivement choisi l’abstention afin de mettre la pression sur le pouvoir de Yaoundé.

La Fête nationale, le 20 mai, analyse Intégration, est devenue au fil des ans une sorte de «carrefour des luttes et du chantage» entre acteurs politiques.

Au Front social démocratique (SDF), premier parti de l’opposition parlementaire, bien que ne niant pas l’effectivité de l’unité nationale, les dirigeants, selon The Horizon, sont d’avis que cette notion est aujourd’hui mise à rude épreuve par un régime qui a fini par saper tous les fondements du vivre-ensemble.

Les enjeux du prochain Conseil supérieur de la magistrature, convoqué par le président Biya pour le 7 juin prochain, ont également préoccupé Le Jour qui, en chœur avec L’œil du Sahel, annonce d’ores et déjà de profonds bouleversements dans ce corps de métier, secoué lui aussi par une crise générationnelle.

«Paul Biya va sévir», confirme Émergence qui prévoit déjà plusieurs cas de radiation, de mise à la retraite et de redéploiement des magistrats, dans un contexte marqué par la crise anglophone

Une autre situation qui s’envenime, signale Le Quotidien de l’Économie, c’est le bras de fer entre les médecins et le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda : les premiers demandent l’annulation de la décision du membre du gouvernement portant affectation disciplinaire de certains responsables syndicaux, et promettent de poursuivre le combat pour la promotion et la défense des droits et intérêts des personnels de la santé.

L’attitude du ministre de la Santé est en contradiction avec l’esprit de la célébration récente de la 131ème édition de la Fête du travail, placée sous le thème «Dialogue social, croissance économique et cohésion nationale», dans la mesure où on ne saurait parler de dialogue social dans un contexte où les travailleurs sont persécutés à chaque fois qu’ils posent des problèmes ou revendiquent leurs droits».

Mama Fouda, selon The Sun, pour avoir procédé à des affectations disciplinaires de leaders syndicaux, va désormais avoir du mal à démontrer son souci de dialogue et de résolution de problèmes qui n’ont que trop duré.

Cette mesure maladroite est à annuler au plus vite, tranche Émergence qui fait état de risques de radicalisation des protestataires à l’appel du Syndicat des médecins du Cameroun, qui revendique de meilleures conditions de vie et d’exercice et a de nouveau décidé d’un arrêt de travail du 15 au 17 mai 2017.

Pendant ce temps, signale le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, le Cameroun cherche sa formule dans la logique de la «Santé pour tous», avec un document cadre en élaboration et qui sera proposé dès novembre 2017 au terme d’une démarche participative et consultative.

Afin d’assurer une offre de qualité en soins de santé à tous les Camerounais, sans avoir à se heurter aux difficultés financières, le concept, qui diffère de l’assurance maladie universelle, va permettre de réduire les inégalités d’accès aux soins de santé dans les ménages à travers une couverture fiable, équitable et financièrement soutenable où chaque individu est appelé à contribuer en fonction de ses capacités.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous