BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/25/2017 11:27:21 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La situation à la Camair-Co, la crise anglophone et la gouvernance en couverture des journaux camerounais

Le limogeage, la veille, du président du conseil d’administration de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), Mefiro Oumarou, les nouvelles du front de la contestation anglophone mais aussi des sujets liés à la gouvernance, ont occupé une place de choix dans les journaux camerounais parus mardi.


«Un nouveau PCA à Camair-Co» ; «Le crash de Mefiro Oumarou» ; «La sortie de piste de Mefiro Oumarou» ; Mebe Ngo’o s’adjuge la tête de Mefiro Oumarou», titrent respectivement Le Jour, Mutations, Le Quotidien de l’Economie (LQE) et Emergence.

Si la première publication se contente de rendre compte d’une session extraordinaire du conseil d’administration sur fond de grand malaise, son confrère rappelle que MefiroOumarou est débarqué au profit de Louis Georges Njipendi Kouotou, originaire comme lui du département du Noun et qui devient le 4ème à occuper ce poste en 6 ans.

Le nouveau PCA, explique Mutations, arrive au moment où la Camair-Co connaît une situation de déliquescence au niveau de son exploitation, sans oublier que le plan de relance proposé par le constructeur Boeing est en pleine implémentation. Pour LQE, le limogé, par ailleurs ministre délégué aux Transport, paie en réalité la crise d’ego de son supérieur, Edgard Alain Mebe Ngo’o, qui avait du mal à supporter qu’un subalterne parle au nom d’une société d’État directement placée sous sa tutelle.

Émergence abonde dans le même sens, pour qui il n’y avait aucune place pour deux caïmans dans le même marigot. Au nouveau PCA, ajoute le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, le ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o a justement prescrit de ramener la confiance et la sérénité au sein de la compagnie aérienne nationale, en veillant à ce que le directeur général bénéficie de «l’indispensable marge de manœuvre nécessaire à un meilleur déploiement».

Au sujet de la crise anglophone, et dans la perspective de l’installation prochaine de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM), le même journal consacre un dossier spécial à la situation sociopolitique vécue dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis octobre 2016, pour constater que celle-ci «est en voie de normalisation grâce au dialogue et aux mesures prescrites par le chef de l’Etat».

Emergence, qui rame totalement à contre-courant de cet optimisme, rappelle, dans un reportage insitu, que les «villes mortes», en vigueur depuis plus de 3 mois, paralysent les Jeux universitaires ouverts voici peu dans la ville frondeuse de Bamenda.

L’ambiance sur place, affirme-t-il, est marquée par un déploiement massif de militaires, gendarmes et policiers sur les lieux sensibles du chef-lieu de la région du Nord-Ouest, et même sur le site des Jeux. Il y a même, rappelle Le Jour, des «exilés de la crise anglophone» : ces centaines d’élèves obligés de quitter le chaudron, et qui essayent tant bien que mal de s’intégrer ailleurs pour sauver leur année scolaire.

«Gouvernance : comment ils piquent dans les caisses publiques» est le titre qui barre la Une de Camer Press, qui passe en revue ces prestataires de services ou gestionnaires des caisses de l’État qui, tous bénéficient, légalement ou illégalement, des deniers publics selon que les textes le leur permettent.

Dans ce contexte, «les stratégies et sanctions des organes en charge de la lutte contre la corruption semblent aussi avoir trouvé leurs limites, au moment où la misère sociale s’accroît de manière exponentielle et que les décisions de justice, spectaculaires pour certains, sont classées dans le registre de l’épuration politique».

L’hebdomadaire Signatures, quant à lui, s’intéresse à ces immeubles qui s’écroulent régulièrement alors que l’État ne semble pas encore vouloir donner un coup de pied dans la fourmilière de la triche et de la contrefaçon, concernant les matériaux de construction.

Dans le pays, analyse la publication, aucun produit entrant dans le bâtiment et les travaux publics n’en est épargné : tôles, fer à béton, parpaings, bois, fils d’attache, fils électrique, tuyaux de plomberie, etc., tout est entaché de faux au détriment de la sécurité des hommes et des biens.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous