BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 23 Aout 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/25/2017 11:27:21 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La situation à la Camair-Co, la crise anglophone et la gouvernance en couverture des journaux camerounais

Le limogeage, la veille, du président du conseil d’administration de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), Mefiro Oumarou, les nouvelles du front de la contestation anglophone mais aussi des sujets liés à la gouvernance, ont occupé une place de choix dans les journaux camerounais parus mardi.


«Un nouveau PCA à Camair-Co» ; «Le crash de Mefiro Oumarou» ; «La sortie de piste de Mefiro Oumarou» ; Mebe Ngo’o s’adjuge la tête de Mefiro Oumarou», titrent respectivement Le Jour, Mutations, Le Quotidien de l’Economie (LQE) et Emergence.

Si la première publication se contente de rendre compte d’une session extraordinaire du conseil d’administration sur fond de grand malaise, son confrère rappelle que MefiroOumarou est débarqué au profit de Louis Georges Njipendi Kouotou, originaire comme lui du département du Noun et qui devient le 4ème à occuper ce poste en 6 ans.

Le nouveau PCA, explique Mutations, arrive au moment où la Camair-Co connaît une situation de déliquescence au niveau de son exploitation, sans oublier que le plan de relance proposé par le constructeur Boeing est en pleine implémentation. Pour LQE, le limogé, par ailleurs ministre délégué aux Transport, paie en réalité la crise d’ego de son supérieur, Edgard Alain Mebe Ngo’o, qui avait du mal à supporter qu’un subalterne parle au nom d’une société d’État directement placée sous sa tutelle.

Émergence abonde dans le même sens, pour qui il n’y avait aucune place pour deux caïmans dans le même marigot. Au nouveau PCA, ajoute le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, le ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o a justement prescrit de ramener la confiance et la sérénité au sein de la compagnie aérienne nationale, en veillant à ce que le directeur général bénéficie de «l’indispensable marge de manœuvre nécessaire à un meilleur déploiement».

Au sujet de la crise anglophone, et dans la perspective de l’installation prochaine de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM), le même journal consacre un dossier spécial à la situation sociopolitique vécue dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis octobre 2016, pour constater que celle-ci «est en voie de normalisation grâce au dialogue et aux mesures prescrites par le chef de l’Etat».

Emergence, qui rame totalement à contre-courant de cet optimisme, rappelle, dans un reportage insitu, que les «villes mortes», en vigueur depuis plus de 3 mois, paralysent les Jeux universitaires ouverts voici peu dans la ville frondeuse de Bamenda.

L’ambiance sur place, affirme-t-il, est marquée par un déploiement massif de militaires, gendarmes et policiers sur les lieux sensibles du chef-lieu de la région du Nord-Ouest, et même sur le site des Jeux. Il y a même, rappelle Le Jour, des «exilés de la crise anglophone» : ces centaines d’élèves obligés de quitter le chaudron, et qui essayent tant bien que mal de s’intégrer ailleurs pour sauver leur année scolaire.

«Gouvernance : comment ils piquent dans les caisses publiques» est le titre qui barre la Une de Camer Press, qui passe en revue ces prestataires de services ou gestionnaires des caisses de l’État qui, tous bénéficient, légalement ou illégalement, des deniers publics selon que les textes le leur permettent.

Dans ce contexte, «les stratégies et sanctions des organes en charge de la lutte contre la corruption semblent aussi avoir trouvé leurs limites, au moment où la misère sociale s’accroît de manière exponentielle et que les décisions de justice, spectaculaires pour certains, sont classées dans le registre de l’épuration politique».

L’hebdomadaire Signatures, quant à lui, s’intéresse à ces immeubles qui s’écroulent régulièrement alors que l’État ne semble pas encore vouloir donner un coup de pied dans la fourmilière de la triche et de la contrefaçon, concernant les matériaux de construction.

Dans le pays, analyse la publication, aucun produit entrant dans le bâtiment et les travaux publics n’en est épargné : tôles, fer à béton, parpaings, bois, fils d’attache, fils électrique, tuyaux de plomberie, etc., tout est entaché de faux au détriment de la sécurité des hommes et des biens.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Comme un vent de diversité dans les colonnes des journaux camerounais La crise anglophone, qui s’éternise et se complexifie, une rentrée scolaire sous haute surveillance mais aussi un zeste d’économie, auront constitué le menu des journaux camerounais parus mardi.
Mission reportée de la CAF, accidents routiers et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus lundi ne pouvaient pas manquer d’épiloguer sur le report sine die, et par surprise, de la mission d’inspection de la Confédération africaine de football (CAF) dans le cadre des préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019, tout comme ils ont amplement commenté la vague d’accidents sur les routes du pays ainsi que d’autres sujets à caractère économique.
Foot, économie et rentrée scolaire en vedette dans les journaux camerounais La rentrée scolaire qui se profile à l’horizon, les sujets à caractère socioéconomique, mais aussi et surtout les débats autour de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019 tiennent le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus vendredi.
Foot, terrorisme et économie à la une des journaux camerounais Les chantiers de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, la lutte contre le terrorisme et les questions socioéconomiques ont les faveurs des journaux camerounais publiés jeudi.
Le discours présidentiel sur la CAN 2019 passionne les journaux camerounais Le discours du chef de l’État de la veille, à l’occasion de la réception au des médaillés des compétitions internationales, et au cours duquel Paul Biya a redit la détermination de son pays à organiser la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, au lendemain de propos plutôt pessimistes sur le sujet du président de la Confédération continentale de la discipline (CAN), Ahmad Ahmad, a passionné les journaux camerounais parus vendredi.
La controverse autour de la CAN 2019 toujours à l’affiche au Cameroun La presse camerounaise, dans ses multiples titres parus jeudi, semblait ne pas encore digérer la récente sortie du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, quant à l’incapacité du pays à organiser la 32ème édition de la Coupe continentale de la discipline (CAN) en 2019.
Un vent d’économie, de crise anglophone et de CAN 2019 en couverture des journaux camerounais La réalisation du budget 2017, la crise anglophone et la polémique au sujet de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019 trônaient en bonne place dans les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
Les propos controversés du président de la CAF et l’économie en couverture des journaux camerounais La récente sortie du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, affirmant que le pays n’était pas en mesure d’accueillir la prochaine édition à 24 équipes de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de la discipline en 2019, mais aussi la polémique sur les nouveaux tarifs appliqués par les opérateurs de téléphonie mobile sur les transferts d’argent, tenaient le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus mardi.
CAN 2019 problématique en couverture des journaux camerounais Plus que les sujets de politique intérieure, liés notamment à la crise anglophone, c’est davantage les récents propos du président de la Confédération africaine de football, Ahmad Ahmad à la télévision burkinabè, pour qui le Cameroun n’est pas prêt à accueillir la Coupe continentale des nations (CAN) en 2019 qui ont déchainé les passions dans les journaux camerounais parus lundi.
Les obsèques mouvementées d’un prélat assassiné et les tribulations d’un ex-patron en une des journaux camerounais Les obsèques mouvementées, la veille à Bafia (Centre) de l’évêque Jean-Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux de la Sanaga le 2 juin denier, mais aussi les nouveaux ennuis de l’ancien directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART), Jean Louis Beh Mengue, font les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous