BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 27 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 2/20/2017 11:30:01 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Crise anglophone, économie et CEMAC au menu des journaux camerounais

La crise sociopolitique dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest côtoie, ce lundi dans les journaux camerounais, les sujets à caractère économique ainsi que l’annonce, en fin de semaine en Guinée Équatoriale, de l’effectivité immédiate de la libre circulation des personnes et des biens au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).


«Crise anglophone : politiques et société civile recherchent des solutions», titre le bihebdomadaire Repères qui explique que différentes personnalités s’activent actuellement pour proposer des voies de sortie de crise, suite à la suspension du dialogue entre les membres du Consortium de la société civile anglophone et les différents comités mis en place par le gouvernement.

Sous l’égide de l’ancien Premier ministre Simon Achidi Achu, révèle Le Jour, des parlementaires membres du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), originaires de la région du Nord-Ouest, se sont réunis pour demander non seulement la libération des détenus jugés dans le cadre de cette crise, mais aussi l’accélération de la décentralisation.

Pour le nouvel hebdomadaire The Horizon, même les conseillers francophones du président de la République essayent aujourd’hui de convaincre Paul Biya que cette crise constitue une opportunité pour reconstruire le pays.

The Sun, sur le même thème, finit par mettre un nom sur l’un desdits conseillers : Christian Penda Ekoka. Pour ce dernier, «le soulèvement anglophone est l'occasion de réévaluer les institutions actuelles».

The Post, pour sa part, affirme avoir déniché une lettre reçue par le Premier ministre, Philemon Yang, de la part d’enseignants francophones en poste dans la région qui affirment que leur vie est en danger, eux qui pensent pourtant contribuer à la construction d’un système scolaire anglo-saxon.

Ainsi, grâce à leur contribution au bilinguisme, les élèves francophones écrivent mieux l'anglais dans un climat où les syndicats d'enseignants anglophones, plutôt que d’encourager cette action, en sont plutôt hostiles alors que la plupart de leurs membres ont des faux diplômes.

On a beaucoup parlé ces dernières semaines de l’anglais et du français qui seraient les socles de notre culture, analyse le bihebdomadaire L’Essentiel, mais « on a oublié le socle véritable de nos coutumes, de nos traditions, de nos mœurs, de notre gastronomie, de nos valeurs et de notre identité, venant de plus de 200 ethnies ».

Les colons allemands, anglais et français ont trouvé au Cameroun ce ciment sociétal qui ne doit disparaître sous aucun prétexte, même si les citoyens ont accepté des modèles importés.

Sur le front de l’économie, Repères souligne les bons comptes de la direction générale des impôts (DGI) pour l’exercice 2016, avec des recettes non pétrolières de 1585,5 milliards FCFA collectés pour un objectif de 1715 milliards FCFA au départ, soit un taux de réalisation de 101,3%.

Cette performance, complète Le Quotidien de l’Économie, est d’autant plus à saluer que cette administration est confrontée aux affres de la guerre contre la secte islamiste Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord frontalière avec le Nigeria, par laquelle l’administration tire régulièrement une partie non négligeable de ses recettes.

La même publication, au sujet du sommet de la CEMAC, tenu pendant le week-end à Djibloho (Guinée Équatoriale), glose sur l’annonce de l’instauration immédiate de la libre circulation des personnes et des biens dans la sous-région.

N’ayant pas respecté leur parole par le passé, les chefs d’État de Guinée Équatoriale et du Gabon, présentés comme les fossoyeurs de l’intégration sous-régionale, ont promis une fois de plus de se plier à la volonté de leurs peuples.

Ici s’agit en réalité, commente Le Jour, d’un banal paragraphe dans le communiqué final de la 13ème conférence des dirigeants de la CEMAC et qui concerne une affaire qui aurait dû être effective depuis le 1er janvier 2014 mais s’est heurtée à l’attitude de la Guinée Équatoriale et du Gabon.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous