BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 2/20/2017 11:30:01 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Crise anglophone, économie et CEMAC au menu des journaux camerounais

La crise sociopolitique dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest côtoie, ce lundi dans les journaux camerounais, les sujets à caractère économique ainsi que l’annonce, en fin de semaine en Guinée Équatoriale, de l’effectivité immédiate de la libre circulation des personnes et des biens au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).


«Crise anglophone : politiques et société civile recherchent des solutions», titre le bihebdomadaire Repères qui explique que différentes personnalités s’activent actuellement pour proposer des voies de sortie de crise, suite à la suspension du dialogue entre les membres du Consortium de la société civile anglophone et les différents comités mis en place par le gouvernement.

Sous l’égide de l’ancien Premier ministre Simon Achidi Achu, révèle Le Jour, des parlementaires membres du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), originaires de la région du Nord-Ouest, se sont réunis pour demander non seulement la libération des détenus jugés dans le cadre de cette crise, mais aussi l’accélération de la décentralisation.

Pour le nouvel hebdomadaire The Horizon, même les conseillers francophones du président de la République essayent aujourd’hui de convaincre Paul Biya que cette crise constitue une opportunité pour reconstruire le pays.

The Sun, sur le même thème, finit par mettre un nom sur l’un desdits conseillers : Christian Penda Ekoka. Pour ce dernier, «le soulèvement anglophone est l'occasion de réévaluer les institutions actuelles».

The Post, pour sa part, affirme avoir déniché une lettre reçue par le Premier ministre, Philemon Yang, de la part d’enseignants francophones en poste dans la région qui affirment que leur vie est en danger, eux qui pensent pourtant contribuer à la construction d’un système scolaire anglo-saxon.

Ainsi, grâce à leur contribution au bilinguisme, les élèves francophones écrivent mieux l'anglais dans un climat où les syndicats d'enseignants anglophones, plutôt que d’encourager cette action, en sont plutôt hostiles alors que la plupart de leurs membres ont des faux diplômes.

On a beaucoup parlé ces dernières semaines de l’anglais et du français qui seraient les socles de notre culture, analyse le bihebdomadaire L’Essentiel, mais « on a oublié le socle véritable de nos coutumes, de nos traditions, de nos mœurs, de notre gastronomie, de nos valeurs et de notre identité, venant de plus de 200 ethnies ».

Les colons allemands, anglais et français ont trouvé au Cameroun ce ciment sociétal qui ne doit disparaître sous aucun prétexte, même si les citoyens ont accepté des modèles importés.

Sur le front de l’économie, Repères souligne les bons comptes de la direction générale des impôts (DGI) pour l’exercice 2016, avec des recettes non pétrolières de 1585,5 milliards FCFA collectés pour un objectif de 1715 milliards FCFA au départ, soit un taux de réalisation de 101,3%.

Cette performance, complète Le Quotidien de l’Économie, est d’autant plus à saluer que cette administration est confrontée aux affres de la guerre contre la secte islamiste Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord frontalière avec le Nigeria, par laquelle l’administration tire régulièrement une partie non négligeable de ses recettes.

La même publication, au sujet du sommet de la CEMAC, tenu pendant le week-end à Djibloho (Guinée Équatoriale), glose sur l’annonce de l’instauration immédiate de la libre circulation des personnes et des biens dans la sous-région.

N’ayant pas respecté leur parole par le passé, les chefs d’État de Guinée Équatoriale et du Gabon, présentés comme les fossoyeurs de l’intégration sous-régionale, ont promis une fois de plus de se plier à la volonté de leurs peuples.

Ici s’agit en réalité, commente Le Jour, d’un banal paragraphe dans le communiqué final de la 13ème conférence des dirigeants de la CEMAC et qui concerne une affaire qui aurait dû être effective depuis le 1er janvier 2014 mais s’est heurtée à l’attitude de la Guinée Équatoriale et du Gabon.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous