BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 2/16/2017 10:39:46 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Diversité des titres en couverture des journaux camerounais

La crise identitaire dans la partie anglophone du pays continue de hanter les journaux camerounais parus jeudi, à côté d’autres sujets à caractère social et économique.


Au sujet de la répression contre les meneurs d’un mouvement qui depuis novembre 2016 exige le retour à la République fédérale, voire la sécession d’avec la partie francophone du pays, le quotidien Émergence renseigne qu’au total 82 personnes ont été arrêtées.

Son confrère à capitaux publics, Cameroon Tribune, reprenant à son compte les propos du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, affirme qu’au regard des chefs d’accusation qui pèsent sur certains d’entre eux, on peut se rendre à l’évidence qu’aucune des personnes poursuivies ne l’est pour le simple fait de grève, mais d’avoir instigué ou participé à une manifestation pacifique.

Sans passer par quatre chemins, le bihebdomadaire La Météo affirme que derrière de supposées revendications corporatistes les avocats d’obédience anglophone avaient en réalité planifié une insurrection.

Des réunions sécrètes ont ainsi eu lieu au siège d’une compagnie pétrolière en Arizona, aux Etats-Unis, où a séjourné le président de l’Association des avocats du Nord-Ouest en Amérique du Nord, quelques mois avant le déclenchement des revendications.

«Les initiateurs de ces mouvements vindicatifs sont animés de desseins inavoués qui doivent s’implémenter certes dans un agenda caché, mais cependant bien planifié», affirme la publication qui regrette que quelques compatriotes soient résolument déterminés à déstabiliser le Cameroun, dans un bras de fer qui n’a plus sa raison d’être.

Pendant ce temps, et selon The Guardian Post, la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés propose des solutions à cette crise : elle demande la libération immédiate et sans conditions des leaders et des mineurs détenus, exige que le gouvernement rétablisse la connexion Internet dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, appelle à un dialogue franc conduit par un médiateur indépendant et presse les pouvoir publics de mettre en place le Conseil constitutionnel.

Les choses sont à ce point si compliquées, souffle L’Essentiel, qu’une année scolaire blanche n’est plus à écarter dans les zones de troubles.

Mais cette publication s’attarde davantage sur le dernier palmarès des établissements secondaires aux examens officiels, où une fois de plus les écoles confessionnelles font la course en tête avec des ingrédients pourtant connus de tous : le travail et la discipline.

Revenant sur la catastrophe ferroviaire du 21 octobre 2016 à Eséka, qui a fait officiellement 79 morts et plus de 550 blessés, The Spark constate que beaucoup de questions, notamment celles liées aux causes réelles de l’accident ainsi que celles relevant de la responsabilité des différents acteurs, restent sans réponses.

Et pour l’instant, le peuple attend que des mesures visant à améliorer le système de transport lui soient proposées et que l’assistance aux familles des victimes soit continuelle.

Sur le front de l’économie, Le Jour titre sur les pertes subies par le pays depuis l’entrée en vigueur des Accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne : 220 millions FCFA en 5 mois. Certains spécialistes dénoncent par ailleurs le caractère insidieux de ces accords qui viennent créer un manque à gagner au sein de la population.

Les dernières estimations de l’impact douanier de ces Accords situent ainsi le manque à gagner des recettes de l’Etat autour de 816 milliards FCFA sur toute la période de démantèlement, soit une perte moyenne annuelle de l’ordre de 62,8 milliards FCFA, représentant environ 16% des recettes douanières.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous