BETA
Recherche personnalisée
English
Lundi, 29 Mai 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 2/6/2017 12:36:01 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les journaux camerounais célèbrent le nouveau sacre des Lions indomptables

En chœur, les journaux camerounais parus lundi ont bruyamment salué le sacre de la sélection nationale, à l’issue de la finale de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football jouée au Gabon.


«Les ‘’Lions’’ puissance 5» ; «Lions indomptables : et de cinq !» ; «Héroïques» ; «Héroïques !» ; «Un outsider sur le toit de l’Afrique» ; «What a wonderful Cameroon !» ; «Indomptables ‘’Lions’’ du Cameroun», titrent respectivement Mutations, Cameroon Tribune, Le Quotidien de l’Economie, Repères, The Guardian Post, L’Essentiel et Intégration.

La première publication citée, en rappelant que le pays vient d’accrocher une 5ème étoile continentale à sa tunique, ne manque pas d’inviter la classe politique à faire comme ces 23 jeunes qui, venus d’horizons divers, sont descendus dans l’arène sans distinction de tribu et avec un seul leitmotiv : faire flotter le plus haut possible, an plan national comme à l’étranger, le drapeau national.

Quand des outsiders deviennent champions, raille The Guardian Post qui rappelle qu’aucun pronostic, aussi optimiste soit-il, n’avait imaginé l’épilogue intervenu en mondovision.

«Et voilà les Lions réconciliés avec leur public ! Leur peuple ! Une équipe sur laquelle on ne pouvait parier un sou à l’entame de la Can, subitement devenue vertueuse et conquérante. C’est cela le Cameroun que nous aimons. Que personne n’aime plus qu’aucun autre Camerounais», s’extasie Repères.

Le Cameroun peut savourer ce cinquième titre (1984, 1988, 2000, 2002 et 2017) qui le place à deux longueurs seulement du rival égyptien, mais qui lui permet de devancer désormais le Ghana et ses quatre trophées, analyse le second qui rappelle que les «Lions indomptables» viennent surtout de prendre leur revanche sur les «Pharaons» après les finales perdues en 1986 et 2008, et surtout après la longue traversée du désert depuis 2002.

Cela s’appelle «l’effet Broos», constate alors le quotidien à capitaux publics : en effet, arrivé dans la discrétion, sur un air de polémique, l’entraîneur Belge marque son territoire par sa personnalité et ses choix osés et, plus qu’une reconstruction, on assiste à une «refondation» des «Lions indomptables» avec un groupe homogène construit autour de joueurs anonymes et qui sont en train d’acquérir leur célébrité grâce au travail.

«Le Cameroun, tel qu’on l’avait connu comme nation solidaire, fière de ses acquis et de son passé, a surgi des gants protecteurs d’un jeune gardien de but et de la pointe de la semelle des attaquants des ‘’Lions indomptables’’», renchérit L’Essentiel qui célèbre ce Cameroun fier et conquérant et ces Camerounais orgueilleux et jaloux de l’honneur de leur pays et qui se sont réveillés.

«Le Cameroun, c’est le Cameroun qui trébuche et se relève de ses crises, de ses échecs et de ses conflits. Le Cameroun que nous aimons et que nous souhaitons garder uni et indivis, c’est finalement le Cameroun qui gagne.»

«Pour la patrie», confirme le bihebdomadaire La Météo : dubitatifs sur les chances de notre équipe nationale à l’entame de la compétition, les Camerounais se sont surpris à voir les poulains d’Hugo Broos aller de victoire en victoire et se retrouver au sommet de la compétition, une brillante prestation avec à la clef un sacre à tout le moins inattendu des Lions et qui s’adosse essentiellement sur l’esprit de solidarité qui a prévalu au sein du groupe.

Ici, analyse ce journal, les ego individualistes ont cédé le pas à une performance collective qui a produit les résultats au profit et en l’honneur du seul Cameroun.

Et de faire un clin d’œil au contexte particulièrement difficile que connaît le pays sur d’autres fronts : face aux multiples défis sécuritaires qui interpellent le pays, de nombreux Camerounais ont montré par le passé déjà, l’exemple à suivre dans des situations similaires.

Les «Lions indomptables» constituent donc des sources d’inspiration des populations, d’où qu’elles soient, pour la défense de la patrie.

Pour une leçon, c’est une leçon, conclut Intégration : ceux qui avaient boudé l’équipe avant le coup d’envoi du tournoi ne peuvent que s’en mordre les doigts, alors que la sélection vient d’imposer à tout un peuple la joie à sens unique obligatoire.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Les journaux camerounais toujours à fond sur le rapport de la catastrophe ferroviaire d’Eséka Les journaux camerounais parus vendredi, au lendemain d’un jour férié du fait de l’Ascension, sont amplement revenus sur les contours du rapport publié trois jours plus tôt par la présidence de la République et relatif à l’accident ferroviaire du 21 octobre 2016 à Eséka, qui a fait 79 morts et plus de 500 blessés.
Le rapport de l’accident ferroviaire d’Eséka en couverture des journaux camerounais La publication, hier, par la présidence de la République, du rapport d’enquête sur l’accident ferroviaire d’Eséka (Centre), le 21 octobre 2016 et qui avait fait 79 morts et plus de 500 blessés, a particulièrement retenu l’attention des journaux camerounais parus mercredi.
L’insécurité financière en couverture des journaux camerounais Les conclusions pessimistes, rendues la veille par le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) sur les économies de la sous-région, mais aussi d’autres préoccupations financières locales, trônent en bonne place en couverture des journaux camerounais parus mardi.
Économie et politique en couverture des journaux camerounais La remise en cause des projets économiques et sociaux gouvernementaux, dans le cadre du développement mais aussi les avancées politiques sur le front de la crise anglophone, préoccupent les journaux camerounais parus mercredi.
Le mal-être social en couverture des journaux camerounais Du malaise dans l’hôpital public à la session d’examens officiels sous haute tension dans la région du Nord-Ouest, les journaux camerounais parus mardi ont abondamment disserté sur des sujets à caractère social.
Vent de fronde en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus lundi se sont appesantis sur le front du boycott de la Fête nationale du 20 mai par plusieurs formations de l’opposition, les enjeux du prochain Conseil supérieur de la magistrature ainsi que le nouvel appel à la grève lancé par le syndicat des médecins du pays.
Les journaux camerounais résolument en mode diversité Financement du football professionnel et des infrastructures, mal-gouvernance et 45ème édition de la Fête nationale auront constitué l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
La diversité de rigueur en couverture des journaux camerounais De l’appel au boycott de la Fête nationale par le premier parti de l’opposition aux emplois jeunes en passant par l’insécurité et la crise anglophone, les sujets affichés par les journaux camerounais parus mercredi s’inscrivaient dans la diversité.
L’élection de Macron,le social et l’économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille au soir d’Emmanuel Macro à la tête de la République française, mais aussi des sujets à caractère social et économique trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus lundi.
Economie, politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Une situation de l’économie en clair-obscur, les couacs du processus de décentralisation et les dernières nouvelles sur le front de la contestation anglophone figurent en bonne place au menu des journaux camerounais parus vendredi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous