BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 6/6/2018 10:52:16 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Le budget 2018 et la crise anglophone en couverture des journaux camerounais

La rectification, par voie d’ordonnance présidentielle, de la Loi de finances 2018 ainsi que les constats de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM), sur la crise anglophone, sont au menu des journaux camerounais parus mercredi.


«Paul Biya augmente le budget 2018» ; «Paul Biya revoit la Loi de finances», titrent respectivement Le Jour et InfoMatin, cette dernière publication précisant que le budget de l’année en cours, initialement arrêté en recettes et en dépenses à quelque 4,513 milliards FCFA, passe à un peu plus de 4,689 milliards FCFA.

En hausse de 176 milliards FCFA, le correctif budgétaire va impacter les recettes fiscales propres, les emprunts et dons, le paiement de la dette et les investissements, prolonge EcoMatin : ce réajustement s’imposait de lui-même afin de doter le Conseil constitutionnel et le ministère de la Décentralisation, récemment créés, de ressources.

A la lecture de l’ordonnance du chef de l’État, précise le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, les recettes fiscales vont connaître une hausse de 67 milliards FCFA, une augmentation des prévisions due aux bonnes performances observées dans le recouvrement.

Et, alors que les recettes pétrolières connaissent également un bond de l’ordre de 82 milliards FCFA, que le reliquat issu des projets à financements conjoints clôturés rapportera 40 milliards FCFA, l’on note une diminution au niveau des appuis financiers attendus des partenaires au développement de 13 milliards FCFA du fait de la fluctuation du taux de change du dollar, mais aussi du risque lié au non décaissement de l’appui venant de la Banque africaine de développement.

En l’espace de six mois, résume Le Quotidien de l’Économie, c’est la deuxième fois que le président de la République procède ainsi à la signature d’une ordonnance modifiant la Loi de finances.


Abordant les observations de la mission d’écoute de la CNPBM, qui rentre fraîchement du chaudron du Nord-Ouest, The Voice note que le président de ladite structure et ex-Premier ministre, Peter Mafany Musonge a, lors de son étape de Bamenda, «téléchargé» la vraie version du fichier anglophone qu’il doit servir en l’état au président Paul Biya : des récriminations qui plongent au cœur même du mal-vivre de cette communauté, qui se sent mal aimée par les Francophones dont elle veut désormais s’affranchir.

Et parmi les solutions suggérées, figure justement, signale Le Jour, la forme de l’État qui passe par l’ouverture sans tabous d’un débat sur le fédéralisme.

De tout ce qui a été dit, échangé et suggéré à Bamenda, résume The Rambler, le fin mot de l’histoire c’est qu’un gouvernement qui n’écoute pas le peuple est appelé à subir de mauvaises surprises.

L’écoute, le mot est également lâché par Le Jour pour qui aucune solution à la crise anglophone ne peut être envisagée sans un minimum d’attention et d’humilité, vis-à-vis d’un peuple qui a souvent été pris de haut.

La région du Nord-Ouest, jadis fer de lance de la revendication sécessionniste, semble, constate The Horizon, plus encline à une solution «politique» de sortie de crise, mais en même temps beaucoup se demandent quelle est la marge de manœuvre de la Commission Musonge pour infléchir la posture du régime de Yaoundé.

Sous le titre «Le Cameroun n’a pas besoin de Casques bleus», Repères, sous un autre angle, soupçonne fortement certaines grandes puissances, mais aussi des leaders politiques locaux, de dramatiser la situation sécuritaire et humanitaire dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest afin de légitimer une mission de maintien de la paix des Nations Unies.


«Comme un pied de nez à ceux qui, pour des desseins inavoués, militent pour le déploiement des Casques au Cameroun, fin mai, l’armée a annoncé un début de retour des populations ayant trouvé refuge au Nigeria voisin», analyse la publication, expliquant que la Force de maintien de la paix de l’ONU a notamment pour mission de surveiller l'application d'un cessez-le-feu, de désarmer et de démobiliser les combattants, de protéger les populations civiles, de faire du maintien de l'ordre, de déminer, de protéger les réfugiés ou d’assurer le maintien des droits de l’homme, toutes choses que parviennent encore à assurer les forces de défense et de sécurité du pays.

Au sujet de présumées violations des droits de l’homme par l’armée dans les régions anglophones, The Guardian Post et The Horizon annoncent, pour jeudi, un débat sur la question au Congrès américain, l’un des pays pointés du doigt par certains avec des soupçons de tentatives de déstabilisation.

De toutes les façons, renchérit L’Épervier, ceux qui entendent faire de la récupération politique autour de la crise anglophone devraient trouver autre chose.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
La presse camerounaise se positionne avant les résultats de la présidentielle Les journaux camerounais parus lundi, chacun selon son tempérament, anticipent sur la proclamation, attendue d’ici la fin de la semaine, des résultats de l’élection présidentielle du 7 octobre.
Les journaux camerounais en mode diversité La diversité reprend droit de cité dans les journaux camerounais parus vendredi, sans pour autant s’éloigner des lendemains tumultueux de l’élection présidentielle du 7 octobre.
L’après-présidentielle continue de préoccuper la presse camerounaise Les journaux camerounais parus jeudi continuent leurs conjectures sur l’élection présidentielle du 7 octobre avec son lot d’insolites, de polémiques et d’incertitudes.
L’autoproclamé président Maurice Kamto continue de passionner la presse camerounaise Autoproclamé, lundi président élu de la République à l’issue du scrutin de la veille, l’acte du candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, continue de passionner les journaux locaux parus mercredi.
L’auto-proclamation de Maurice Kamto comme vainqueur de la présidentielle anime les journaux camerounais La déclaration, la veille par le leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de sa victoire à l’élection présidentielle du 7 octobre fait les choux gras des journaux camerounais parus mardi.
La presse camerounaise à fond sur l’après-présidentielle Ce sont des sentiments partagés qui transpirent dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au lendemain d’une élection présidentielle tenue dans un contexte de clair-obscur du fait des forces en présence et de l’insécurité grandissante en zone anglophone en proie depuis deux ans à des violences sécessionnistes.
Les journaux camerounais à fond dans la présidentielle de dimanche Le branle-bas de combat suscité au sein de l’opinion publique, par rapport à l’élection présidentielle de dimanche prochain, se traduit avec force dans les journaux camerounais parus vendredi.
La dernière ligne droite de la campagne électorale alimente les journaux camerounais Comme s’ils s’étaient donné le mot, les titres des journaux camerounais parus jeudi focalisent essentiellement sur la dernière ligne droite de la campagne pour l’élection présidentielle de dimanche prochain.
Sept morts dans une attaque terroriste au Cameroun Sept personnes dont deux kamikazes ont été tuées à Kolofata (Extrême-nord du Cameroun) dans une attaque attribuée à la secte Boko Haram, a-t-on appris mercredi de sources sécuritaires.
Accès de fièvre sécessionniste et campagne présidentielle en couverture des journaux camerounais La célébration symbolique, sur fond de violences la veille, de l’indépendance des régions anglophones, est en vedette des journaux camerounais parus mardi, ajoutant au malaise en pleine campagne pour l’élection présidentielle du 7 octobre prochain.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous