BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 14 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 3/12/2018 11:30:19 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Galerie de portraits au menu des journaux camerounais

Des visages de personnalités locales, majoritairement pontes du régime, ornent la couverture des journaux camerounais parus lundi.


Sur le front de la crise anglophone, le quotidien de langue anglaise The Guardian Post évoque « le cruel sort du délégué régional des Affaires sociales pour la région du Nord-Ouest, Aaron Ankiambom », enlevé le 10 mars 2018 par les Forces de défense de l’Ambazonie (ADF), une faction sécessionniste.

Ce mouvement, qui a revendiqué l’acte, vient, selon le journal, de diffuser une vidéo d’une petite minute postée sur les réseaux sociaux, et dans laquelle l’otage présente les revendications de ses ravisseurs, qui donnent 48 heures au gouvernement pour donner signe de vie des sécessionnistes extradés du Nigeria voisin en janvier dernier.


C’est une vidéo bien troublante pour la famille du captif, autant qu’elle est embarrassante pour le pouvoir de Yaoundé qui n’a jamais, appuie Mutations, communiqué ni sur son sort, encore moins le lieu de détention des 49 activistes sécessionnistes.

Chez La Météo, c’est le nouveau ministre de l’Administration territoriale qui trône tout en haut de l’affiche : «En moins d’une semaine en effet, le MINAT a communiqué à deux reprises à l’endroit du grand public. De l’inédit sous nos cieux : M. Atanga Nji a ainsi prescrit aux gouverneurs de région l’élaboration de bulletins d’information à l’intention du sommet de l’État, qui peut ainsi, en temps réel et en toute connaissance de cause, prendre la décision idoine».

Il s’agit sans conteste, analyse la publication, du fruit de longues années d’apprentissage à l’ombre de Jean Fochivé, l’homme qui pendant des décennies a façonné le domaine du renseignement au Cameroun, et le nouveau venu, redouté par les opposants, est également un inconditionnel du président Biya, celui-là qui, sans doute mieux que bien d’autres, a la maîtrise du système et connaît le traitement à administrer aux détracteurs du régime de Yaoundé.

Paul Atanga Nji, renchérit L’Essentiel, à la tête depuis le 2 mars dernier d’un ministère stratégique, fait face à un défi majeur, lui qui a fait savoir, au début de la crise anglophone voici 18 mois dans sa posture de secrétaire permanent du Conseil national de la sécurité (CNS), que les revendications sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont un complot ourdi depuis l’extérieur pour déstabiliser les institutions du pays.

«Mais une certain opinion croit savoir que le successeur de René Sadi n’est pas lui-même étranger à ce complot, qu’il doit aujourd’hui éventrer. Il resterait alors aux tenants de cette thèse de démontrer comment une partie prenante au projet pouvait le dénoncer alors même qu’il n’était pas encore mis en route.»

C’est la récompense du courage politique, affirme L’Orphelin, le MINAT imprimant déjà ses marques à travers le renforcement du renseignement, gage d’une gouvernance efficace pour la sécurité du pays.

En leur exigeant deux notes d’information quotidiennes, le nouveau MINAT vient, constate Le Messager, de transformer les gouverneurs de région, les préfets et autres sous-préfets en agents de renseignement sociopolitique et sécuritaire au service du régime Biya.

Un autre cacique dudit régime est en couverture d’InfoMatin, le ministre du Travail et non moins secrétaire général adjoint du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), Grégoire Owona, qui en quelques heures dans son fief de Mbalmayo (Centre), a réussi à collecter une somme de 21 millions FCFA devant servir à battre campagne pour les scrutins (présidentiel, législatifs et municipaux) venir.

Il s’agit, a-t-il martelé devant ses sympathisants, d’occuper rationnellement le terrain aux fins de maximiser les efforts de réussite, chaque militant étant appelé à se demander ce qui reste à faire, par rapport à l’appel lancé à Paul Biya de se présenter pour un nouveau mandat à la tête de l’État.

Dans un kaléidoscope à 10 profils, L’Essentiel ambitionne de présenter «les hommes du Président», ceux-là qui mèneront sa campagne électorale, des personnalités aux parcours différents au sein de la haute administration, dans les milieux associatifs, au sein du microcosme politique national.


Ces femmes et ces hommes, détaille la publication, sont fidèles, loyaux, engagés, déterminés, prêts à aller en mission pour l’intérêt supérieur de la nation et surtout pour satisfaire les attentes placées en eux par le président Paul Biya.

Mais tout n’est pas rose entre gens du sérail, tempère l’hebdomadaire Essingan avec pour sa part 12 visages de frères-ennemis au sein d’un même système qui se battent, y compris dans la proximité directe au chef de l’État «au risque de perturber sa quiétude» et «la sérénité qu’exigent ses hautes responsabilités», alors qu’ils sont censés être ses boucliers.

Hors RDPC, répond en écho Émergence, ça bouge également dans les autres états-majors de partis, dont les candidats déclarés à la magistrature suprême et qui ne jouissent pas des moyens de l’État ou de la manne des élites ratissent pourtant large, ne comptant que sur la foi de leurs interlocuteurs pour impulser l’alternance et le changement.

Là où ça coince, par contre, c’est chez le nouveau ministre des Finances, Louis Paul Motaze qui va devoir gérer plusieurs patates chaudes : un manque à payer aux fournisseurs de l’État frôlant les 1000 milliards FCFA, l’enveloppe allouée au paiement des salaires qui atteindra bientôt 100 milliards FCFA par mois ainsi qu’un accroissement substantiel des charges publiques.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous