BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 16 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 3/6/2018 12:20:07 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Politique et justice en couverture des journaux camerounais

Les premières heures du gouvernement réaménagé en fin de semaine dernière et les derniers dossiers sur le front de la gouvernance font les choux gras des journaux camerounais parus mardi.


La journée de lundi, consacrée aux passations de commandement, a été marquée, relatent Mutations et Le Jour, par des scènes contrastées ici et là, avec de nouveaux promus portés en triomphe par des proches et des partants au bord des larmes, quelques-uns quittant les lieux sous les huées de leurs anciens collaborateurs.

L’heure du devoir a sonné, signale le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune : lors de ces installations au pas de charge, le Premier ministre a prescrit aux uns et aux autres, loyalisme et dévouement, mais surtout travail d’équipe, rappelant par ailleurs le devoir de collaboration, et surtout de détermination, afin de mériter la confiance du chef de l’État.


Et pendant que les nouveaux entrants, ceux qui changent de poste ou restent au gouvernement exultent, quelques personnalités limogées ont du souci à se faire avec la justice de leur pays, prévient Le Point Hebdo : il s’agit des ex-ministres de l’Eau et de l’Energie et des Transports, Basile Atangana Kouna et Edgard Alain Mebe Ngo’o, respectivement.

Selon la publication, les deux hommes ont été dénoncés, par le leader des sécessionnistes anglophones, Sisiku Ayuk Tabe, comme étant les vrais propriétaires de La Camerounaise des Eaux (CDE), présentée comme la filiale de l’Office national de l'eau potable (ONEP) du Maroc et dont le contrat décennal de concession n’a pas été renouvelé par l’Etat camerounais pour insuffisance de résultats.

Messieurs Atangana Kouna et Mebe Ngo’o, affirme le journal, seront dans les prochains jours convoqués au Tribunal criminel spécial (TCS) en charge de juger les criminels économiques.

Ils sont en réalité «trois pour l’enfer», corrige Mutations qui ajoute à la liste Louis Max Ayina Ohandja, secrétaire d'Etat chargé des Routes au ministère des Travaux publics jusqu’à vendredi dernier et qui est rattrapé par des faits remontant au temps où il était directeur de l’Institut universitaire de technologie (IUT) de l’université de Douala, la métropole économique.

Sous le coup d’une déchéance du Conseil de discipline budgétaire et financier en 2014, il lui est lui reproché la distraction d’une somme de 91,89 millions FCFA.

Au fond, constate The Guardian Post, Paul Biya joue les «Maradona», du nom du célèbre footballeur et grand dribbleur argentin, avec le scénario de sa propre succession : tous ceux censés le remplacer à la tête de l’Etat ont été soit limogés, rétrogradés ou livrés à la justice.

A la Cameroon Telecommunications (Camtel), c’est «le début de la fin pour Nkoto Emane», le directeur général qui, à en croire Infomatin est attendu dans les jours prochains au Tribunal criminel spécial (TCS) avec, à l’origine des poursuites judiciaires, des enquêtes du Contrôle supérieur de l’Etat, de la Commission anticorruption et de la Chambre des comptes visant la période 2010-2015, et qui a mis au grand jour de graves malversations financières.

Dans ce qu’il qualifie d’«Opération moineau», The Guardian Post précise que le patron de l’opérateur public et sept de ses collaborateurs sont désormais interdits de sortie du pays jusqu’à nouvel ordre.

Selon Le Messager, c’est la présidence de la République qui a demandé à la police de s’assurer que les concernés sont disponibles pour des suites judiciaires, consécutifs à un rapport du Contrôle supérieur mettant en jeu une somme de 18 milliards FCFA, probablement distraits.

La même police, signale la même publication, est aussi aux trousses cette fois d’un célèbre pasteur d’une Eglise réveillée, Dieunedort Kamdem alias «le Général de Dieu», accusé pour sa part de coaction d’escroquerie aggravée au préjudice d’un collectif d’épargnants.

Ce curieux pasteur, note Le Quotidien de l’Economie, a bâti un empire religieux à coup de miracles et de guérisons, et a plongé dans le business à travers une société dénommée Gesem Forex Trading, dont le siège social apparent se trouve en Côte d’Ivoire et qui promettait au public un taux de rémunération de 25% sur chaque placement.

Alertée sur ce qui est alors apparu comme une arnaque, la Commission des marchés financiers (CMF) a invité les épargnants «à la plus grande vigilance» vis-à-vis de cette société ayant lancé une campagne de collecte de placements de fonds sur le marché de changes camerounais, et qui «n’offre pas, à ce jour, toutes les garanties de transparence et de fiabilité nécessaires à la conduite de telles opérations».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous