BETA
Recherche personnalisée
English
Jeudi, 24 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 2/5/2018 12:40:48 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Incertitudes sur la CAN 2019 et rumeurs de décès du chef de l’Etat en couverture des journaux camerounais

Un vent d’incertitudes parcourait les colonnes des journaux camerounais parus lundi, après l’insatisfaction exprimée par le président de la Confédération africaine de football (CAF) quant aux préparatifs de la Coupe continentale de la discipline (CAN), mais aussi au lendemain de folles rumeurs donnant pour mort le chef de l’État Paul Biya.


«CAN 2019: Ahmad ne lâche pas le Cameroun» est le titre qui barre la couverture d’InfoMatin : le pays est de nouveau dans le viseur du Malgache qui fait perdre le sommeil aux autorités de Yaoundé, depuis qu’il avait démis ses réserves quant à la capacité de celles-ci à organiser sans anicroches la plus grande fête sportive africaine.

Le retard est «énorme» dans la réalisation des infrastructures, confirme Mutations, relayant également les propos tenus en fin de semaine dernière au Caire par le patron de la CAF.

C’est une «pression» de plus en plus forte qui est exercée sur le pays, souffle Le Quotidien de l’Économie alors que pour Repères «il y a une différence énorme entre les rapports d’inspection et les cahiers de charges».

Il y a péril sur la CAN 2019, s’émeut Le Messager qui confirme que le Cameroun, en rapport avec le cahier de charges librement accepté, affiche un grand retard dans la réalisation des infrastructures devant accueillir la compétition.

Il ne s’agit pas d’un simple constat, renchérit L’Anecdote, le patron de l’instance continentale menace et exige un rattrapage urgent des dysfonctionnements constaté par la mission d’évaluation.

«Si la sortie médiatique du numéro un de la CAF vient quelque peu freiner l’enthousiasme des autorités camerounaises qui avaient déclaré victoire trop tôt, au lendemain de la tournée des inspecteurs de la CAF et du cabinet d’audit indépendant, Roland Berger du 11 au 23 janvier 2018, estimant que la mission avait marqué son satisfecit à la fin de la visite des sites de Yaoundé, Douala, Limbe, Buea, Bafoussam et Garoua, il reste néanmoins vrai, analyse Repères, qu’aucune décision scellant la sort du Cameroun ne pourra être prise à la hâte. Du moins, pas avant une ou deux autres visites d’inspection.»

La situation est en réalité trouble dans ce dossier, affirme pour sa part Défis Actuels qui, plutôt que de s’en tenir aux discours accommodants, parle d’un rejet pur et simple, par Ahmad Ahmad, du rapport de la mission dont le contenu apparaît biaisé à son goût.

Et c’est The Sun qui, en une petite phrase, semble mieux résumer le climat actuel : le Cameroun vient de recevoir un carton jaune de la CAF.

La balle est dans le camp du Cameroun, affiche timidement L’Essentiel qui pour sa part préfère réserver sa principale manchette à cette annonce : «Désinformation : Paul Biya est bien vivant».

La mort présumée du chef de l’Etat fait le buzz sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, créant l’émoi à travers le pays et le monde entier.

Pour l’hebdomadaire Essingan, il s’agit de l’œuvre d’un illuminé appuyé par des activistes camerounais de France et de Suisse, qui tantôt le disent en agonie, et le lendemain programment la disparition «certaine» de Paul Biya en 2018.

Indifférent à ces manœuvres sordides, le président Biya, affirme La Nouvelle, a été aperçu au volant de sa voiture le week-end dernier dans la localité de Mvomeka’a (Sud), qui l’a vu naître il y a 85 ans.

Ce n’est pas la première fois que des ténébreux l’enterrent vivant, constate L’Essentiel qui rappelle qu’une telle rumeur avait déjà secoué le Cameroun en juin 2004, amenant le chef de l’État à sortir de sa réserve à travers une déclaration restée dans les mémoires : «J’étais en visite privée en Europe. J’ai appris comme tout le monde que j’étais mort. Il paraît qu’il y en a qui s’intéressent à mes funérailles. Eh bien, dites-leur que je leur donne rendez-vous dans une vingtaine d’années.» Et d’ajouter «que ceux qui veulent me précipiter s’habituent à me voir encore pour longtemps.»

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
Presse, politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus jeudi se penchent sur l’état des médias locaux, à l’occasion de la Journée international de la liberté de presse, sans pour autant oublier la pression présidentielle ayant obligé certains sénateurs à s’appliquer la disposition sur le non-cumul des mandats à eux imposée par le président Paul Biya, et en restant préoccupés par la situation insurrectionnelle dans les régions anglophones.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous