BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 12 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 12/18/2017 11:23:08 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

L’arrestation de l’écrivain Nganang et la crise anglophone préoccupent les journaux camerounais

La controverse autour de la mise aux arrêts de l’écrivain et activiste Patrice Nganang, accusé d’avoir proféré des menaces de mort contre le chef de l’Etat et des obscénités contre le couple présidentiel, mais également la crise sociopolitique sans fin dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ont continué d’animer les pages des journaux camerounais parus lundi.


S’agissant du premier sujet évoqué, le quotidien à capitaux privés Le Messager, rendant compte de son premier rendez-vous, vendredi dernier chez le juge, indique que l’audience a été renvoyée au 19 janvier 2018, ce qui veut dire que Patrice Nganang en a au moins pour un mois derrière les barreaux.

Mais, avance Le Jour, l’écrivain a d’ores et déjà plaidé non coupable, de quoi ambarrasser quelque peu le juge du tribunal de première instance de Yaoundé-centre administratif, qui risque de se retrouver face à un prévenu refusant toute collaboration.

Pour son avocat, Emmanuel Simh que cite Défis actuels, M. Nganang, arrêté le 6 décembre dernier à l’aéroport de Douala et écroué depuis le 13 suivant à la prison centrale de Yaoundé, est simplement «victime d’un règlement de comptes politique».

Et M. Nganang, selon InfoMatin, a déjà trouvé un autre avocat qui en a fait «sa mascotte» pour l’année électorale à venir : le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition) qui, en pleine récupération politique et son «soutien» affiché au «kamikaze», espère draguer l’électorat des déçus du régime, une technique est vieille comme le monde, mais qui par les temps qui courent révèle une ficelle trop grosse pour faire illusion.

S’agissant de la crise anglophone, et dans la bataille contre les sécessionnistes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, L’Essentiel annonce les «bonnes nouvelles du front» : la semaine dernière, les forces de défense et de sécurité ont repris un important fief séparatiste, et continuent de ratisser le terrain dans les zones où les «rebelles » projetaient d’établir l’«Etat d’Ambazonie».

Prises pour cibles pendant des attaques armées, les forces spéciales donnent du répondant aux assaillants qui sont, à chaque tentative d’incursion, pris au dépourvu, arrêtés ou tués, l’arsenal saisi représentant quant à lui un véritable butin de guerre.

«Nord-Ouest et Sud-Ouest : l’armée et la police écrasent les assaillants», jubile InfoMatin : confrontés à la puissance de feu de l’armée camerounaise, plusieurs insurgés de l’Ambazonian Defence Forces (ADF) ont été tués, pendant que d’autres ont battu en retraite, «et le processus va se poursuivre jusqu’à ce que cette situation incommode que nous vivons soit éradiquée».

Ce renforcement des moyens de défense, explique le bihebdomadaire Repères, participe sans doute de la riposte vigoureuse annoncée par le président de la République le 30 novembre 2017, dans une déclaration faite à son retour du 5ème sommet Union africaine-Union européenne tenu à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Loin de cette euphorie guerrière, et selon The Sun, le gouvernement se met sérieusement à dos les influents chefs traditionnels des zones en conflit, qui condamnent les atrocités commises sur les sécessionnistes, réels ou supposés.

Le 13 décembre dernier à Mamfe (Sud-Ouest), étaye Repères, 5 responsables de l’Association des chefs traditionnels du département de la Manyu, dans une démarche républicaine, ont signé une déclaration condamnant avec véhémence les assassinats d’éléments des forces de défense et de sécurité, tout comme leurs exactions.

Tout en militant pour un retour à la normale, ils ont lancé un appel fort aux activistes de cesser les hostilités contre les forces de défense et de sécurité, et appelé le gouvernement à prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité des populations, faire régner un climat de sécurité dans le but de permettre aux réfugiés de regagner leurs domiciles.

«Pour les chefs traditionnels, ‘’la violence conduit à la violence’’. Le dialogue apparait dès lors que l’unique moyen qui garantit la paix.»

Les bavures sont d’autant plus à redouter, s’inquiète pour sa part The Post, que l’armée ne fait pas de quartier lors de ses opérations de ratissage, comme cela a été le cas dans le quartier Fiango à Kumba (Sud-Ouest) où des innocents ont été brutalisés sans ménagement.

Selon Le Messager, les députés du Front social démocratique (SDF), premier parti de l’opposition, ont déjà annoncé une rencontre entre leur leader, John Fru Ndi et le chef de l’État Paul Biya, question de s’entendre sur un minimum de conditionnalités permettant de ramener le calme dans ces zones tourmentées.

Le SDF, confirme The Sun, est en train de pousser les feux jusqu'à ce que Biya se rende aux appels pour un dialogue national visant au premier chef la question anglophone, dont la communauté ne cesse ne dénoncer sa marginalisation.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
Faits de société, gouvernance et CAN dames en couverture des journaux camerounais Les faits de société s’inscrivent en bonne place dans les journaux camerounais parus mercredi, avec tout à côté une actualité tout aussi sulfureuse en ligne droite de la gouvernance, juste au lendemain de la demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football dames perdue en terre ghanéenne contre le Nigeria.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous