BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 10/2/2017 12:13:24 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone

Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.


Selon L’Essentiel, l’instauration annoncée de la «République d’Ambazonie» aura été un échec cuisant, pour ses promoteurs et une victoire de l’unité nationale, pour les autres.

Cette publication fait néanmoins état de postes de gendarmerie attaqués, de 6 morts enregistrés pendant les «manifestations violentes».

L'apocalypse n'a pas eu lieu, s’enorgueillit InfoMatin, l'État du Cameroun ayant su étouffer dans l'œuf l'aventure périlleuse de la partition du pays initiée et orchestrée par quelques activistes dits de la cause «anglophone», «de véritables apprentis sorciers».

Les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs, acquiesce l’hebdomadaire L’Anecdote, qui, présentant en couverture l’ex-bâtonnier de l’Ordre des avocats, Akere Muna, dénonce «l’agenda ténébreux des pseudos-sécessionnistes», qui a plutôt fait l’effet d’une tempête dans un verre d’eau.

L’agenda secret est en effet leur mode opératoire, renchérit L’Indépendant qui salue la dénonciation, aussi bien par la classe politique dans son ensemble que les dignitaires religieux, des actes de terrorisme, d’intimidation et de vandalisme.

«Peur sur le Cameroun : les politiques se lâchent», salue à son tour Le Soir, qui lui aussi présente le panorama des réactions outrées contre les actes violents attribuées aux tenants de la partition du Cameroun.

«Toujours un et indivisible», souffle Le Quotidien de l’Economie, presque soulagé de constater qu’en dépit des marches de protestation ayant rassemblée des milliers de personnes dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, la proclamation annoncée de l’indépendance du Southern Cameroon a été un échec.

Cette publication déplore néanmoins la mort de quelques manifestants tombés sous les balles des forces de l’ordre mais aussi de blessés, dont la plupart semblent avoir été embarqués dans une moutonnerie sans lendemain.

«We are One» proclame, tout en rouge et en très gros caractères, le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune : le Cameroun est un et indivisible puisque la proclamation d’indépendance, annoncée par les sécessionnistes, n’a finalement pas eu lieu.

Par contre, «à travers le reste du pays, les Camerounais sont sortis en masse pour exprimer leur solidarité à leurs compatriotes des régions anglophones. Mais surtout pour dire haut et fort que le Cameroun reste uni et indivisible».

C’était, selon Mutations, «un 1er octobre palpitant» avec c’est vrai des «accrochages entre forces de l’ordre et manifestants dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest», mais surtout «un air de fête nationale» à travers le reste du pays, où des dignitaires du régime sont allés mobiliser la base.

«Il convient de souligner, analyse La Météo, que le choix de cette date, par certains Camerounais (égarés ou pas, là n’est pas la question) pour proclamer l’indépendance de la République chimérique d’Ambazonie, sur les frontières actuelles des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest avec le reste du pays, y est pour beaucoup, dans le déploiement humain observé par la formation de Paul Biya.»

L’Essentiel ne manque pas de saluer cette «mobilisation historique pour l’unité», et dresse la liste des nouveaux appels au dialogue venus du monde entier.

Emergence ne manque cependant pas d’exprimer sa «colère» et son «incompréhension», devant cette initiative de rassemblements de soutien à l’unité nationale, prise au pied levé, dans un contexte aussi tendu et qui s’apparente à de l’agitation stérile, qui plus est alors que le président Biya, qui aurait dû prendre le problème à bras le corps, passe paisiblement ses vacances à l’étranger.

Intégration ne semble pas partager ce point de vue, en rapport avec la «riposte» donnée le même jour par le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) : «Les pontes du régime Biya essayent de réduire le problème anglophone à une simple velléité séparatiste alors qu’un sondage, rendu public en juillet dernier, montre que l’écrasante majorité des ressortissants du Nord-Ouest et du Sud-Ouest souhaitent davantage une autonomisation desdites régions.»

The Guardian Post évoque «un dimanche de sang et de larmes» en zones anglophones et fait le décompte : au moins 15 morts, des dizaines de blessés et d’arrestations à Akwaya, Bamenda, Buea, Ikiliwindi, Kumbo, Ndop, Tombel et Wum.

Le Jour, à travers plusieurs clichés, reportages et témoignages, a procédé au même exercice dans les « zones chaudes».

L’Etat a bel et bien perdu le contrôle du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, constate Emergence qui évoque des manifestations géantes, le drapeau sécessionniste hissé à plusieurs endroits sous les yeux des forces dites de maintien de l’ordre, une armée qui perd son sang-froid et tire à balles réelles sur des manifestants.

A en croire Défis Actuels, sous le titre «Crise anglophone : mensonges et manipulations des sécessionnistes», basés à l’étranger, les vrais instigateurs de la situation actuelle publient abondamment de fausses informations et des images truquées sur les réseaux sociaux, question de faire croire aux populations qu’ils disposent de soutiens internationaux, d’une armée et d’un gouvernement prêts à prendre pied dans les régions anglophones.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous