BETA
Recherche personnalisée
English
Mardi, 21 Novembre 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 7/13/2017 11:03:39 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Un vent de sinistrose parcourt la presse camerounaise

Que ce soit en économie, sur le front de la politique ou encore du sport, la tonalité des journaux camerounais parus jeudi prêtait généralement au pessimisme.


Le nouveau port en eau profonde de Kribi (Sud) n’est pas encore fonctionnel que sonterminal polyvalent pose déjà des problèmes, s’écrie Le Quotidien de l’Économie qui fait état de la décision, prise par le président de la République Paul Biya, d’écarter l’opérateur français Necotrans de sa gestion.


Le chef de l’État, apprend-on, constatant la carence de cette entreprise, a demandé au gouvernement de trouver une solution de remplacement au sein du groupement d’entreprises camerounaises KPMO (Kribi Port Mutiple Operators).

Necotrans, rappelle la publication, ne se satisfaisant pas de ses 51% de parts et ne souhaitant rien partager, avait déjà tenté d’éjecter le consortium camerounais pour garder la haute main sur ce juteux marché.

C’est que, explique dans Le Jour l’ancien rédacteur en chef de la radiotélévision à capitaux publics Eric Chinje, «ceux qui sont au pouvoir sont dépassés» par plus de 30 ans d’incurie, de mal-gouvernance et de combines diverses.

D’où son appel à Paul Biya à faire l’effort de marquer l’histoire de son pays en commençant à revenir à la dure réalité de ses longues années de pouvoir, dont l’un des échecs les plus retentissants et aujourd’hui la crise qui paralyse les régions anglophone depuis octobre 2016.

Ça ne va guère mieux à la Cameroon Airlines Corporation, signale la même publication qui, au lendemain d’une réunion de crise entre le personnel et l’équipe managériale, constate un véritable langage de sourds, les employés ayant rejeté en bloc les mesures de réformes proposée par la direction générale.

«Camair-Co : le personnel en zone de turbulence», renchérit Mutations qui détaille les réformes proposées et ainsi repoussées : la baisse des salaires, la suppression des avantages pour 215 salariés ainsi que la réduction des directions de 11 à 6.

Le même statu quo semble de rigueur à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), selon le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune (CT) au lendemain de la tenue, à Conakry (Guinée), d’une concertation placée sous l’égide de la Fédération internationale de football association (FIFA) et un groupe de frondeurs opposés au maintien en poste du président Tombi à Roko.

La FIFA, qui souhaitait «prendre des mesures afin d’anticiper tout risque qui pourrait mettre en danger le bon fonctionnement de l’administration du football camerounais» et «aider la famille du football camerounais à trouver une solution amiable » à la crise.

Aucune conclusion de la réunion n’a jusqu’ici filtré, se risque CT, la fameuse réunion de concertation ayant manifestement accouché d’une souris.

A Kribi, évoqué au début de ce survol de la presse camerounaise, il n’y a pas que de la controverse et des convoitises : là-bas, signale CT, toujours, il vient d’être lancé un technopole sur l’économie numérique.

Baptisé Ocean Innovation Center, piloté par un Camerounais et ancien de la firme américaine Microsoft, Jacques Bonjawo, il se donne pour ambition d’accompagner les jeunes dans la création et le développement des startups.

Le coût global de ce projet est de 607 millions FCFA, dont 156 millions FCFA supportés par l’État à travers le ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT).

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
Incendie à l’Assemblée, crise anglophone et Mugabe en couverture des quotidiens camerounais L’incendie, survenu dans la nuit de jeudi à vendredi au siège de l’Assemblée nationale est revenu hanter les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au même titre que l’escalade de la violence dans les régions anglophones où persistent des revendications sécessionnistes, sans oublier la situation confuse au Zimbabwe où le vieux président, Robert Mugabe, ne cède pas à la contestation de la rue et d’une partie de son armée.
Vent de sinistrose en couverture des journaux camerounais L’incendie, la veille au soir du bâtiment abritant l’Assemblée nationale à Yaoundé, la capitale du pays, mais aussi l’annulation spectaculaire, par le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA), Michel Ange Angouing, des admissibilités aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), faisaient les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
La politique et l’économie s’adjugent les faveurs de la presse camerounaise La rentrée mouvementée, la veille, du Parlement en session budgétaire, dans un contexte de crise anglophone aiguë, mais également des sujets à caractère économie, ont meublé les colonnes des journaux camerounais parus mercredi.
L’économie et le front de la crise anglophone font les choux gras de la presse camerounaise Des sujets à connotation économique, avec pour point d’orgue la session budgétaire du Parlement mais également la croisade contre les sécessionnistes contre qui le gouvernement vient de déclarer la guerre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, faisaient quasiment l’unanimité des sujets abordés par les journaux camerounais parus mardi.
La politique et l’économie en couverture des journaux camerounais Les inquiétudes qui continuent de monter en même temps que la violence armée dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également des sujets à connotation économique, constituaient l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus vendredi.
La brusque montée de tension en régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Les récentes attaques armées, attribuées à des activistes de la sécession des zones anglophones du pays et qui ont déjà coûté la vie à 5 personnes au moins, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’ Les journaux camerounais parus mercredi se sont majoritairement penchés sur des à caractère économique nationale et sous-régionale, sans toutefois s’éloigner des préoccupations politique interne de l’heure.
La politique se paie les couvertures des journaux camerounais Très peu de journaux camerounais, parus mardi, ont échappé à la tentation du bilan de la célébration, à travers le pays, la veille, des 35 ans de pouvoir de Paul Biya à la magistrature suprême.
Les 35 ans de pouvoir de Paul Biya en couverture des journaux camerounais Chacun avec ses mots, les journaux camerounais parus lundi ont réservé de larges espaces à la célébration, le même jour, des 35 ans de Paul Biya à la tête du pays.
Un triple infanticide émeut les journaux camerounais L’assassinat, mercredi par un père de famille, de ses trois enfants dans la capitale du pays, Yaoundé, s’affichait en lettres de sang en couverture des journaux camerounais parus vendredi, juste à côté d’autres titres à caractère sociopolitique.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous