BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 6/15/2017 11:01:49 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La sortie musclée de l’Église catholique sur la mort d’un évêque enflamme la presse camerounaise

Les journaux camerounais parus jeudi se sont penchés sur le dernier communiqué de la Conférence épiscopale nationale (CENC), au sujet de la disparition mystérieuse de l’évêque de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché le 2 juin dernier dans les eaux de la Sanaga, à une centaine de kilomètres de la capitale, Yaoundé après trois jours de disparition.


«Mgr Bala a été assassiné», résume Le Jour qui note que c’est la première fois que le clergé réagit avec autant de spontanéité et de vigueur après le meurtre d’un de ses membres.

Le document, en 11 points de la CENC, note le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, retrace les circonstances de la mort de celui qui était jusqu’au 31 mai 2017 l’évêque du diocèse de Bafia et qui, dans l’intime conviction de ses collègues éplorés et au regard des premiers constats, «écartent l’hypothèse du suicide».

Les évêques accentuent la pression sur le régime, selon Émergence pour qui la déclaration du clergé est un véritable réquisitoire contre le laxisme et une sorte d’impunité, dans laquelle semblent désormais se complaire les dirigeants du pays face à la série d’assassinats d’hommes d’Église.

La Nouvelle Expression reprend, mot pour mot et à son compte, ce sentiment de dépit : les évêques exigent que toute la lumière soit faite sur la mort de leur collègue, réclament les conclusions officielles de l’enquête et, surtout, que les coupables soient identifiés et livrés à la justice.

«L’Église gronde et menace», confirme l’hebdomadaire L’Essentiel qui voit chrétiens et Camerounais, sans distinction de tribu ou de confession, réclamer la même chose que la Conférence épiscopale pour sortir du désarroi.

«Que l’enquête progresse et que la vérité se fasse sur la mort de Mgr Bala. Que la justice vienne mettre un peu de lumière dans ce brouillard dans lequel nous évoluons depuis la disparition de l’évêque. Dans ce contexte trouble, il n’y a effectivement que la justice qui puisse nous dire qui sont les anges et qui sont le démons.»

Pour InfoMatin, particulièrement remonté contre le clergé, l’Église catholique qui est au Cameroun «fuit le miroir», dénonçant avec vigueur la mort non élucidée des prélats, membres du clergé et personnes consacrées, abandonnant tout aux mains de l’État dont le rôle est certes régalien, mais se désengageant quant à toute obligation d’enquête parallèle, qui pourrait mettre la pression sur les autorités judiciaires publiques et contribuer à la manifestation de la vérité.

«Ce passéisme ne manquera point d’intriguer certains observateurs. Et la preuve que le clergé peut, voire qu’il en sait plus qu’il ne veut le laisser croire, se trouve dans cette affirmation sans appel : Mgr Bala ‘’ne s’est pas suicidé ; il a été brutalement assassiné’’.»

Mettre les pouvoirs publics face à leurs responsabilités, en protégeant les vies humaines, en général, et celles des autorités ecclésiastiques, en particulier, n’est que normal, mais les faits permettent de relativiser cette affirmation de la CENC, qui pourrait – à tort – laisser croire à un complot macabre contre les hommes de Dieu, toutes obédiences confondues : «On a en effet le fort sentiment que les assassinats susdénoncés – et qu’aucun humain normal ne peut tolérer – visent spécialement les bergers de l’Église catholique. Et aucun imam, ni pasteur d’une autre obédience. Une curiosité qui éveille d’autres curiosités.»

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous