BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 27 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/19/2017 9:44:42 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les journaux camerounais préoccupés par la situation de grande tension à Bamenda

La situation de grande tension dans la ville frondeuse du Nord-Ouest, où doit se tenir vendredi prochain un procès contre des évêques catholiques, où la rentrée scolaire du 3ème trimestre n’est pas effective et qui doit par ailleurs accueillir les Jeux universitaires, a retenu l’attention de plusieurs journaux camerounais parus mercredi.


«L’archevêque de Bamenda appelle-t-il au soulèvement ?» s’interroge InfoMatin à propos de la plainte déposée contre trois prélats de l’Église catholique de la région anglophone au moment où Cornelius Fontem Esua, l’un d’eux, accusé d’avoir incité à l’arrêt des cours dans les écoles confessionnelles, réagit et appelle les fidèles à investir massivement le tribunal de Bamenda le 21 avril prochain.

«Il est tout à fait aussi loisible de constater que dans sa communication, Mgr Cornelius Fontem Esua n’essaie même pas de se dédouaner, face aux parents d’élèves abusés.

À aucun moment, il ne prend le peuple de Dieu à témoin d’avoir pris telle ou telle autre initiative pour un apaisement de la situation. Pire, il démontre qu’il reste solidaire aux contestataires et qu’il existe bel et bien une question politique à résoudre.»

InfoMatin, manifestement bien introduit dans ce dossier, rappelle que les évêques du Cameroun avaient adressé une longue requête au président Paul Biya, en décembre 2016, expliquant les enjeux du problème anglophone, le même type de correspondance ayant été adressé au pape, qui a évoqué le sujet avec le chef de l’État camerounais voici quelques semaines.

«Certains prélats anglophones, précisément le cardinal émérite Christian Tumi et l’archevêque Cornelius Fontem, se seraient montrés proches des revendications anglophones. Leurs déclarations, ont éveillé des soupçons de proximité avec les séparatistes.»

Achu Julius Ngu, le représentant légal du consortium des parents qui traîne des évêques catholiques devant les tribunaux, se dit sous pression et révèle, selon La Météo, que certaines personnes non identifiées le veulent mort ou vivant.

Pendant ce temps, constate Mutations dans un grand reportage, au lendemain de la rentrée pour le compte du 3ème trimestre, le vent de boycott soufflant sur les établissements scolaires privés confessionnels s’est emparé du privé laïc dans la région du Nord-Ouest, les établissements publics n’étant pas bien loin du service minimum.

La veille de ladite rentrée, affirme la publication, dans un message partagé aux fidèles, l’archevêque de Bamenda, Cornelius Fontem Esua, aujourd’hui devant la barre pour soupçons d’incitation à l’arrêt des cours, a justement demandé aux parents d’envoyer leurs enfants à l’école.

Avec pour titre «Bamenda : peur sur les Jeux universitaires», le bihebdomadaire Repères explique que la capitale régionale du Nord-Ouest, en proie à des soubresauts sociopolitiques, doit accueillir4515 personnes à cet événement, prévu du 22 au 29 avril prochain, dans un contexte marqué par des manifestations appelant à un retour au fédéralisme.

Lesdits Jeux, étaye le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, mettront en vedette des athlètes, des formateurs et des officiels venus de quelque 18 universités d’État et autres institutions privées supérieures du pays.

Tout ira bien avec 85% des infrastructures prêtes à ce jour, affirme un responsable du comité d’organisation à cette publication.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous