BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/6/2017 12:12:10 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La crise au sein de la sélection de football en couverture des journaux camerounais

Les conclusions de la réunion d’urgence, tenue la veille au ministère des Sports, après la défaite en match amical contre la Guinée (2-1), amplifiée par les factures d’hôtel non payées à Bruxelles et la colère du sélectionneur Hugo Bross, sont, ce mercredi, le sujet phare des journaux camerounais.


Comme dans un mauvais cinéma, le technicien belge, analyse InfoMatin, a été entendu dans le cadre de l’humiliation survenue à Bruxelles en présence, chose curieuse, des forces de sécurité.

Hugo Broos, accusé par des responsables de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) d’avoir «grossi l’incident» pour s’offrir une porte de sortie, s’est ainsi «dédit à coups de matraque», et il se dit qu’il aurait subi des pressions pour changer subitement de version, la présence à cette réunion de crise des éléments de la gendarmerie, de la police et de la Direction générale de la recherche extérieure (DGRE, renseignement) pouvait en dire long.

«J’ai voulu mettre les pendules à l’heure, c’est-à-dire que pendant un an, nous avons bossé pour arriver au sommet, pour arriver au point où nous sommes avec le Cameroun. Je trouvais et j’avais peur, avec ce qui s’est passé ce jour-là, que l’on retombe dans les problèmes d’avant. J’ai peut-être exagéré. J’ai peut-être humilié le peuple camerounais, mes excuses pour cela au peuple camerounais», déclare le sélectionneur dans Le Jour.

Pour lui, le Cameroun a fait de grands efforts pour se hisser de nouveau sur le toit de l’Afrique, et il faut de plus grands efforts pour y rester, tout le monde devant être conscient que l’on doit pousser le charriot du même côté et oublier des intérêts personnels.

«Hugo Bross se rétracte», titre moqueur Le Quotidien de l’Économie qui soupçonne de fortes pressions exercées sur celui qui est sous contrat avec le Cameroun jusqu’en février 2018.

L’on attendait de grandes décisions, des sanctions, renchérit le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, mais au bout de plus de quatre heures d’échanges, d’interrogatoire, dans un climat «tendu», il y a eu comme un apaisement.

Depuis le déclenchement de l’affaire des factures impayées de l’équipe nationale de football du Cameroun, nouvellement championne d’Afrique, la FECAFOOT, constate Repères, qui de tout temps a revendiqué la gestion matérielle de ce patrimoine auquel s’identifient tous les Camerounais, veut faire dire à certains que le problème se trouve du côté du gouvernement qui a mis en mission un cadre du ministère des Finances.

«Faute de clarté sur une situation confuse dans laquelle l’agent comptable devait voir clair dans le statut et le rôle des uns et des autres au sein d’une délégation dont les états lui avaient été transmis, l’homme a fini par trainer les pieds pour régler la note, l’hôtel aussi voulant clarifications sur les extras en multiplication exponentielle que personne ne voulait assumer, a fait sa réclamation spectaculaire.»

«Nous avons constaté qu’il s’agissait d’incompréhensions dans la gestion des différentes rubriques entre quelques individus de l’équipe nationale du Cameroun. Ce qui nous a conduit à cet incident malheureux qui a poussé l’hôtel à éconduire les joueurs pour leur donner le repas 1h30 après l’heure prévue», explique dans Cameroon Tribune le président de la FECAFOOT, Tombi à Roko.

Pour lui, même s’il a été constaté que c’était un simple problème de personnes ayant contribué à ternir l’image du pays, il convient d’éviter de prendre des décisions, voire des sanctions dans le feu de l’action.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
Le souvenir de la catastrophe ferroviaire d’Eséka hante les journaux camerounais Le souvenir de la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 en gare d’Eséka hantait les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que des sujets controversés à caractère sociopolitique.
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi.
Economie et politique en vitrine dans les journaux camerounais Le bras de fer entre deux acteurs du secteur des télécommunications, l’annonce de la candidature d’un acteur de la lutte contre la corruption à l’élection présidentielle et le jeu d’ombre des acteurs de la crise anglophone trônent en bonne place au menu des journaux camerounais parus jeudi.
Politique et économie en couverture des journaux camerounais Les tensions identitaires, dans le chaudron des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi les mauvaises performances sur le terrain de l’économie, constituent l’essentiel des préoccupations des journaux camerounais parus mercredi.
Forte teneur d’économie en couverture des journaux camerounais Passé les moments de grande frayeur consécutive aux troubles identitaires dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les journaux camerounais parus jeudi ont renoué avec une actualité «normale» essentiellement tournée vers l’économie.
La presse camerounaise ne lâche pas la crise anglophone Comme s’ils s’étaient passé le mot, les journaux camerounais parus mercredi sont restés focalisés sur la grande tension qui règne dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où les revendications des sécessionnistes ont fait plusieurs morts dimanche dernier.
Les journaux camerounais se penchent sur les lendemains de grande tension en zone anglophone Les journaux camerounais parus lundi se sont attelés au bilan humain, politique et psychologique de la journée mouvementée du 1eroctobre dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, au cours de laquelle des activistes de la sécession avaient annoncé la proclamation de la partition du pays.
La presse camerounaise retient son souffle devant la menace de partition du pays Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, à la veille du 1er octobre marquant les 56 ans de la proclamation de l’indépendance de la partie occidentale et la fusion des deux Cameroun, et pour laquelle des mouvements sécessionnistes projettent des actes de défiance contre l’État dans un climat de très haute tension dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.
Le non de l’Assemblée nationale à la partition du pays en vedette dans la presse camerounaise En réagissant, une année après le début des soulèvements dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le bureau de l’Assemblée nationale a provoqué un véritable tollé dans les journaux camerounais parus mercredi.
La crise sociopolitique anglophone en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une nouvelle montée de tension, à la violence et à la dérive terroriste, consécutives à des revendications sécessionnistes, font la couverture des journaux camerounais parus mardi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous