BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 26 Avril 2017
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 3/15/2017 11:19:13 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Le situation de l’économie camerounaise préoccupe les journaux camerounais

Les journaux camerounais parus mercredi ont ausculté la situation de l’économie nationale, et le moins que l’on puisse en dire est que leur avis est loin de l’optimisme.


C’est déjà l’hebdomadaire La Nation qui tire la sonnette d’alarme, prévoyant déjà «un clash» entre le pays et le Fonds monétaire international (FMI), dans le cadre des négociations pour un programme économique triennal (2017-2019) destiné au redressement d’une situation pour le moins compliquée.

Et de citer pêle-mêle un environnement plombé, une balance de paiements sinistrée, un endettement abyssal ainsi que le manque de volonté politique, qui pourraient constituer des points de friction, voire de rupture entre les parties.

Un malheur ne venant jamais seul, renchérit Le Quotidien de l’Économie, s’ajoute le fait que les réserves financières du Cameroun ont baissé de 60,3% dans le Compte d’opérations de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC).

Ainsi obligé de suspendre ses emprunts, l’Etat doit pourtant poursuivre les investissements publics avec, désormais, les contrats de partenariat comme alternative, d’où l’adoption récente d’un plan stratégique pour le développement des partenariats public-privé.

A propos dudit partenariat, La Nation, toujours aussi virulente, se demande si on peut prétendre que la 8ème session du Cameroon Business Forum (CBF), tenue lundi dernier dans la métropole économique, Douala, a permis des avancées dans le domaine de l’amélioration du climat des affaires.

A parcourir en effet le chapelet de résolutions, la publication croit ressentir comme «une forte impression de déjà entendu» au terme des travaux de cette plateforme de dialogue entre secteurs public et privé.

Ce conclave, insiste le journal, intervenait au lendemain de la publication du rapport 2017 de «Doing Business» de la Société financière internationale (SFI, groupe de la Banque mondiale) sur le climat des affaires, et qui a placé le Cameroun au 166ème rang, soit un très petit point engrangé en un an.

C’est donc un pays «qui a manifestement du mal à se défaire des vieux démons de l’inertie et du manque de volonté politique, et qui régresse dans les domaines tels que le règlement de l'insolvabilité, l’obtention d’un permis de construire et, plus inquiétant encore (-25 points) en ce qui concerne le raccordement à l’électricité».

«Le secteur privé entre déception et pessimisme», titre le bihebdomadaire Repères : la grande rencontre entre l’État, le secteur privé et la société civile s’est tenue dans un contexte particulier, marqué par la crise anglophone, la récession économique, un classement ''Doing Business'' médiocre, un ajustement structurel annoncé, des pertes abyssales consécutives à la mise en œuvre des Accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne, une intégration économique sous-régionale laborieuse, le terrorisme, la contrebande et la fraude douanière.

«Malgré un taux d’exécution de 75% des recommandations de la 7ème session de 2016, les acteurs privés de notre économie continuent d’afficher grise mine. Attitude exacerbée par la libéralisation du marché camerounais des échanges, la pression fiscale, les contraintes structurelles et le commerce illicite.»

«A chaque réunion du Cameroon Business Forum, plus de 20 recommandations sont formulées pour améliorer le climat des affaires. Ça fait quoi ?» ironise l’hebdomadaire The Spark pourtant proche du pouvoir.

Sans doute faudrait-il alors miser sur l’accélération du processus de décentralisation, ainsi que le proposent des parlementaires interrogés par le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune.

«Depuis la Constitution de 1996, l’Etat est engagé à moderniser son cadre institutionnel. Et cette modernisation passe nécessairement par une décentralisation réelle. C’est une option indispensable à la vie de notre nation, car la décentralisation va non seulement réconcilier le peuple camerounais avec les institutions, mais aussi susciter la participation des Camerounais au développement réel de notre pays », déclare ainsi Robert Bapoh Lipot, député membre de l’Union des populations du Cameroun (UPC, opposition).

Le vent de sinistrose a atteint la ville frondeuse de Bamenda (Nord-Ouest, constate InfoMatin, le dernier né des quotidiens locaux : un incendie, survenu dans la nuit de lundi à mardi dans le marché de vivres de la ville et derrière lequel on soupçonne une main criminelle, a causé d’énormes pertes matérielles.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 CAMEROUN
Le limogeage du patron des élections se paie la couverture des journaux camerounais Le limogeage, la veille au soir par décret présidentiel, du président du Conseil électoral d’Elections Cameroon (Elecam), l’organe de gestion des scrutins et opérations référendaires, Samuel Fonkam Azu’u, était à l’affiche des journaux camerounais parus mercredi.
La situation à la Camair-Co, la crise anglophone et la gouvernance en couverture des journaux camerounais Le limogeage, la veille, du président du conseil d’administration de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), Mefiro Oumarou, les nouvelles du front de la contestation anglophone mais aussi des sujets liés à la gouvernance, ont occupé une place de choix dans les journaux camerounais parus mardi.
Les journaux camerounais préoccupés par la situation de grande tension à Bamenda La situation de grande tension dans la ville frondeuse du Nord-Ouest, où doit se tenir vendredi prochain un procès contre des évêques catholiques, où la rentrée scolaire du 3ème trimestre n’est pas effective et qui doit par ailleurs accueillir les Jeux universitaires, a retenu l’attention de plusieurs journaux camerounais parus mercredi.
Les crises au sein du patronat et de la communauté anglophone préoccupent les journaux camerounais Le départ surprise du président intérimaire du Groupement inter-patronal, mais aussi les soubresauts de la crise sociopolitique dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont retenu l’attention de plusieurs journaux camerounais parus mardi.
La crise anglophone s’invite de nouveau dans les colonnes de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus lundi se sont penchés sur les nouveaux développements de la crise anglophone, marqués par des annonces de levée du mot d’ordre de grève des avocats des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest mais aussi par la poursuite du procès devant le tribunal militaire des membres du Consortium de la société civile accusés notamment d’apologie du sécessionnisme.
La crise au sein de la sélection de football en couverture des journaux camerounais Les conclusions de la réunion d’urgence, tenue la veille au ministère des Sports, après la défaite en match amical contre la Guinée (2-1), amplifiée par les factures d’hôtel non payées à Bruxelles et la colère du sélectionneur Hugo Bross, sont, ce mercredi, le sujet phare des journaux camerounais.
Vent de polémiques en couverture des journaux camerounais Le ton des journaux camerounais parus mardi ne prête guère à la sérénité, que ce soit sur le plan économique, sécuritaire ou de la gouvernance.
Un parti d’opposition dénonce l’«attentisme de la communauté internationale» sur la crise anglophone Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition) s’est ému du silence de la communauté internationale, depuis le début de la crise «devenue meurtrière» dans les régions anglophones du pays, une situation qui compromet l'avenir éducatif des jeunes desdites zones et «accroît la difficulté de vivre des populations déjà appauvries».
La grève des enseignants et le coup de gueule du sélectionneur de football en couverture des journaux camerounais L’annonce de la levée du mot d’ordre de grève parle Collectif des enseignants indignés du Cameroun, mais aussi la colère du sélectionneur de football, le Belge Hugo Bross contre la gestion chaotique des «Lions indomptables», ont retenu l’attention des journaux du pays parus jeudi.
Les journaux camerounais en mode diversité De la gouvernance à l’économie en passant par la montée de fièvre dans le secteur éducatif, les journaux camerounais parus mercredi s’inscrivaient résolument dans la diversité des sujets.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous