BETA
Recherche personnalisée
English
Mardi, 20 Février 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 3/28/2017 12:04:41 PM ]  APANEWS

Bénin - Societe

La démission du ministre de la Défense et la révision de la constitution à la une des quotidiens béninois

La démission du ministre de la Défense de Patrice Talon et la marche des magistrats contre la révision de la constitution font la une de tous les quotidiens béninois parus ce mardi qui spéculent sur les raisons du départ de ce ministre parmi les premiers soutiens du candidat Patrice Talon devenu chef d’Etat le 6 avril dernier.


« Candide Azannaï claque la porte », titre sans commentaire le quotidien du service public La Nation.

« Tension au sommet de l’Etat : Enfin Azannaï quitte le gouvernement », lit-on à la Une de Matin Libre.

En pleine période de révision : Azannaï lâche Talon ! s’exclame La Nouvelle Tribune qui salue cet acte de bravoure et ressasse les causes et les conséquences d’une démission qui va secouer la République.

« Candide Azanaï quitte le gouvernement » se contente d’écrire Le Progrès quand La Priorité se demande si le ministre démissionnaire est « un ami ou un traitre ».

« Séisme de magnitude 10 sur l’échelle de la Rupture », ironise First Infos qui conclut qu’à travers cet acte Talon est démystifié et ébranlé, le régime vacille dangereusement.

« Gouvernance au Bénin : Les raisons du départ de Azannaï », explique Fraternité.

Selon les sources créditées par le quotidien, la crise couvait au sommet de l’Etat. Le désormais ex-ministre de la Défense s’était régulièrement plaint d’un trio composé du Garde des sceaux, du ministre des Affaires étrangères et de celui de l’Economie et des finances.

Parlant de révélations, Fraternité poursuit pour dire qu’aux trois ministres, il était fait grief que toutes les idées ou propositions venant du chef de l’Etat trouvaient de manière presque mécanique grâce à leurs yeux. Toute chose qui apparaissait, aux yeux du ministre démissionnaire comme une sorte d’opportunisme dont le seul dessein est de plaire à tous les coups au chef de l’Etat, détaille longuement Fraternité.

« Au sujet de l’opération de libération des espaces publics, une vive altercation avait éclaté entre le ministre Azannaï et son collègue de la justice. Altercation à la suite de laquelle l’homme avait pris ses distances pendant deux semaines », révèle le même quotidien.

La pomme de discorde, cette fois-ci est relative, selon Fraternité, au projet de révision de la constitution. Candide Azannaï tiendrait un groupe de ministres pour responsables des difficultés actuelles du gouvernement à ce sujet.

A l’interne, il ne finissait pas de s’étonner de sa mise en quarantaine tout le long du processus d’élaboration du projet de révision, renchérit le journal.

La goutte d’eau qui finira par faire déborder le vase semble dire le journal, le rappel à l’ordre que lui avait servi le chef de l’Etat au sujet des déclarations à la limite tendancieuses faites par l’honorable député Mitokpè, réputé fidèle au ministre.

Et le Matinal de rassurer que Talon reste serein malgré la démission de Candide Azannaï, le journal annonçant l’imminence d’un remaniement ministériel.

« Les magistrats marchent sur le parlement », écrit en manchette la Nation.

« Marche contre la révision de la constitution : les magistrats font le plein dans les rues de Porto-Novo », note Matin Libre.

« Les magistrats exigent le retrait du projet de révision de la constitution », rappelle pour sa part La Nouvelle tribune lorsque Matin Libre annonce que Sébastien Ajavon parle cette semaine ».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 BÉNIN
Politique, société et diplomatie à la une des quotidiens Béninois La démission d'un conseiller de la cour constitutionnelle, les observations de la conférence épiscopale et la participation du chef de l'État au sommet de l'Union Africaine font la une des quotidiens béninois.
Société et santé à la une des journaux béninois Les journaux béninois ont abordé ce jeudi de nombreux sujets dont la décision de l’Etat, prise en conseil des ministres, de faire bénéficier d’une assurance quelque 351.000 paysans.
Rencontre Talon-Syndicats et marche de l’opposition au menu des journaux Les journaux béninois ont traité de divers sujets dont la rencontre prévue entre le chef de l’Etat, Patrice Talon, et les centrales syndicales au sujet des derniers mouvements de grève et la marche du Front pour le Sursaut Patriotique.
Le rejet de la loi sur le droit de grève au menu des quotidiens béninois Le rappel à l’ordre par la Cour constitutionnelle des députés béninois qui ont voté la suppression du droit de grève, fait la une des quotidiens de ce jour.
Politique, social et santé au menu des quotidiens béninois Les journaux béninois parus ce jeudi au Bénin traitent de politique, de dialogue social rendu nécessaire par la série de grèves en cours et de santé à travers la détection de cas de fièvre hémorragique à virus Lassa.
La grève générale et la présentation de vœux du chef de l’Etat font la une des journaux béninois La grève générale dans l’administration publique lancée par les centrales et confédérations syndicales est diversement appréciée par les quotidiens béninois de ce jour.
L’embrassement du front social à la une de la presse béninoise L’ébullition notée sur le fonds social et qui augure d’une semaine difficile pour le gouvernement fait la une des journaux parus ce lundi au Bénin.
Social et sécurité au menu des quotidiens béninois Le Retrait du droit de grève et la nomination des directeurs de la Police Républicaine sont au menu des journaux béninois parus vendredi.
La fête du Vodum au menu des quotidiens béninois La fête du Vodum célébrée hier, mercredi au Bénin, est le sujet principal traité par les tabloïds béninois de ce jeudi.
La grève dans le secteur judiciaire au menu des quotidiens béninois Les quotidiens béninois parus ce mardi ont essentiellement traité de l’impact de la grève dans le secteur judiciaire et du non-respect de la décision de la Cour Constitution portant sur l’installation du cos-Lépi par l’Assemblée nationale.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous