BETA
Recherche personnalisée
English
Lundi, 19 Février 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/8/2013 6:40:44 AM ]  Lanouvelletribune

Bénin - Societe

Liberté d’expression et de presse au Bénin: l’expression sous scellée, la presse en chute libre

Bastonnade de journalistes, suspension temporaire ou définitive d’organe de presse… La liberté d’expression et de la presse est, depuis l’avènement du ‘’Changement’’, puis de la ‘’Refondation’’, bien éprouvée.


Donner son opinion sur un fait, ou informer au Bénin, relève d’un acte de bravoure. Avec l’avènement des régimes dits du ‘’Changement’’ et de la ‘’Refondation’’ qui se sont succédés à la tête de l’Etat, sans que la tête ne change pour autant, la presse vit une situation peu enviable, et sa liberté s’est considérablement dégradée.

Une liberté d’expression «mouvancière»

«Opiner sous ces cieux ‘’de tentatives d’empoisonnement et de coup d’Etat’’, est consécutif à une allégeance au pouvoir en place». Cette affirmation d’un citoyen, sous anonymat, semble s’ériger en règle d’or au Bénin, et plusieurs événements semblent la conforter.

L’accès des partis politiques de l’opposition aux médias publics, et même privés, est de plus en plus difficile voire quasiment impossible. Il y a quelques mois, en effet, une conférence de presse des avocats du docteur Cissé Ibrahim, accusé de complot dans le dossier de tentative d’empoisonnement du Chef de l’Etat, avait été passée sous silence. Quelques mois auparavant, une conférence de presse de l’Union fait la Nation, parti d’opposition, en réaction à la fameuse sortie du Chef de l’Etat du 1er août, avait été empêchée.

Dans le même temps, «les meetings et marches de soutien et les prières à l’endroit du Chef de l’Etat sont automatiquement relayés par la presse et souvent en intégralité».

Aussi, faut-il rappeler qu’un citoyen avait été condamné à plusieurs mois de prison ferme pour avoir «dit haut ce que tout le monde pense bas».

Une liberté de presse en souffrance

Le travail du journaliste béninois, depuis avril 2006 à aujourd’hui, s’est avéré de plus en plus risqué. Tant les actes de censure, les atteintes à l’intégrité morale et physique de journalistes, se sont multipliés ces sept dernières années. L’on se rappelle qu’en février et mars 2011, des journalistes en mission avaient été bastonnés par des éléments des forces de l’ordre.
Plusieurs organes de presse ont été temporairement suspendus, et ‘’Le Béninois libéré’’ a été, quant à lui, définitivement interdit de parution par la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (Haac). Les émissions d’opinion à la télévision, telles que ‘’Actu matin’’ et ‘’A palabre’’, ont été momentanément suspendues et ‘’Bonjour Citoyen’’ a été contraint à capituler.

Toutes choses qui expliquent le déclassement de la presse nationale béninoise par l’Ong internationale ‘’Reporters sans frontières’’ ces dernières années. Dans les rapports annuels successifs publiés par l’Ong qui lutte pour la liberté d’information, le Bénin a dégringolé ces 7 dernières années de la 24ème place mondiale en 2006 à la 91ème en 2011, avant de remonter aujourd’hui à la 79ème.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 BÉNIN
Politique, société et diplomatie à la une des quotidiens Béninois La démission d'un conseiller de la cour constitutionnelle, les observations de la conférence épiscopale et la participation du chef de l'État au sommet de l'Union Africaine font la une des quotidiens béninois.
Société et santé à la une des journaux béninois Les journaux béninois ont abordé ce jeudi de nombreux sujets dont la décision de l’Etat, prise en conseil des ministres, de faire bénéficier d’une assurance quelque 351.000 paysans.
Rencontre Talon-Syndicats et marche de l’opposition au menu des journaux Les journaux béninois ont traité de divers sujets dont la rencontre prévue entre le chef de l’Etat, Patrice Talon, et les centrales syndicales au sujet des derniers mouvements de grève et la marche du Front pour le Sursaut Patriotique.
Le rejet de la loi sur le droit de grève au menu des quotidiens béninois Le rappel à l’ordre par la Cour constitutionnelle des députés béninois qui ont voté la suppression du droit de grève, fait la une des quotidiens de ce jour.
Politique, social et santé au menu des quotidiens béninois Les journaux béninois parus ce jeudi au Bénin traitent de politique, de dialogue social rendu nécessaire par la série de grèves en cours et de santé à travers la détection de cas de fièvre hémorragique à virus Lassa.
La grève générale et la présentation de vœux du chef de l’Etat font la une des journaux béninois La grève générale dans l’administration publique lancée par les centrales et confédérations syndicales est diversement appréciée par les quotidiens béninois de ce jour.
L’embrassement du front social à la une de la presse béninoise L’ébullition notée sur le fonds social et qui augure d’une semaine difficile pour le gouvernement fait la une des journaux parus ce lundi au Bénin.
Social et sécurité au menu des quotidiens béninois Le Retrait du droit de grève et la nomination des directeurs de la Police Républicaine sont au menu des journaux béninois parus vendredi.
La fête du Vodum au menu des quotidiens béninois La fête du Vodum célébrée hier, mercredi au Bénin, est le sujet principal traité par les tabloïds béninois de ce jeudi.
La grève dans le secteur judiciaire au menu des quotidiens béninois Les quotidiens béninois parus ce mardi ont essentiellement traité de l’impact de la grève dans le secteur judiciaire et du non-respect de la décision de la Cour Constitution portant sur l’installation du cos-Lépi par l’Assemblée nationale.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous