BETA
Recherche personnalisée
English
Mardi, 21 Aout 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 1/23/2013 7:27:46 AM ]  Lanouvelletribune

Bénin - Societe

Gouvernance au Bénin : Une révision constitutionnelle qui fait débats!

«On n’est pas obligé de réviser notre Constitution, si on n’en fait pas le choix»! Dixit le professeur Joël Aïvo, un agrégé des facultés de droit, dans notre parution du mardi 22 janvier 2013.


Cet avis du professeur Aïvo est venu nourrir le débat récurrent sur la révision constitutionnelle, débat qui retient l’attention de toute la classe politique de notre pays depuis un certain temps ; et cela commence par dater : Révisera, révisera pas? Qu’attend le Chef de l’Etat pour enclencher le processus, si tant est-il que cela lui tient vraiment à cœur, comme il l’a encore fait savoir dans son dernier discours sur l’état de la Nation? Que cachent tous ces atermoiements et ces tergiversations dans un acte prévu par la constitution elle-même? Qu’en est-il de l’opportunité de la révision, dans l’état actuel de nos institutions? La révision est-elle si urgente que l’on voudrait nous le faire croire ? Nos analyses, pour des réponses pertinentes!

Le Chef de l’Etat peut réviser quand il veut une constitution qui le dérange!

Une affirmation sentencieuse, non pour dire que le Président de la République peut amender à souhait et réviser à volonté la loi constitutionnelle du pays. Non, cette affirmation doit plutôt être comprise dans ce sens que l’initiative de la révision de la constitution est reconnue au Chef de l’Etat, par la constitution elle-même. Il peut demander quand il le souhaite, une révision de la constitution, si celle-ci est devenue caduque ou désuète en certaines de ses dispositions.

Or, ce n’est pas encore le cas de la constitution de notre pays, seulement vieille d’une vingtaine d’années (elle date de 1990), quand on sait que la constitution de certaines nations démocratiques a fait plus de cinquante ans avant d’être amendée ! La constitution de 1990, qualifiée d’une des meilleures de l’Afrique francophone par plusieurs observateurs, et dont les rédacteurs ont été salués pour leur vision du futur, cette constitution tant décriée depuis la fin du second mandat du Président Kérékou (qu’il vous souvienne qu’une première tentative de révision avait été tenue en échec par le soulèvement de toute la société civile) et actuellement avec le nouveau président, n’est pas aussi désuète qu’on veuille bien nous le laisser entendre. Et tous les principaux juristes, constitutionnalistes de haut niveau, qui se sont prononcés sur la question, sont unanimes : Dans l’état actuel de nos textes fondateurs, il n’y a aucune urgence à vouloir réviser notre constitution ; même s’il est vrai que toute œuvre humaine est perfectible et que nous devons réfléchir à comment améliorer notre arsenal de lois fondamentales, la constitution et les lois organiques de nos institutions, pour les actualiser et les mettre en adéquation avec les nouvelles réalités et exigences de la gouvernance nationale. Et ce n’es pas le cas!

Donc, l’opportunité de la révision de la constitution de notre pays n’est pas réelle, mais entièrement illusoire, une illusion entretenue à dessein, peut-être pour dissimuler d’autres motivations?!

Et, avant de continuer sur ces motivations cachées, nous souhaiterions citer, encore une fois, le professeur Aïvo qui argumente dans le même sens : « On n’est pas obligé de réviser notre constitution si on en fait pas le choix… [Notre pays] n’a pas une constitution qui, si elle n’est pas révisée, conduirait le pays vers une crise majeure. Notre constitution a montré sa solidité et, qu’elle peut tenir, même sans révision, pendant 22 ans » !

Si le Président de la République tient à réviser la constitution il n’a qu’à le demander aux représentants du peuple (procédure simplifiée avec de majorités qualifiées de 2/3 ou 4/5 requises) ou au peuple lui-même, par voie référendaire ! Dans les deux cas, le Chef de l’Etat devra se soumettre aux procédures en vigueur dans notre pays, prévues par la constitution elle-même !

Alors, qu’attend le Président pour enclencher le processus, une autorisation?

L’initiative de révision dont dispose le Président de la République, n’est soumise, selon les textes, à aucune limite constitutionnelle (les juristes en conviendront), à part peut-être une volonté de consensus, suite à une large consultation nationale, de la classe politique et de la société civile. Ce n’est pas ce que nous observons aujourd’hui, sauf les « petits conciliabules au sommet de l’Etat, entre personnes initiées » qui savent de quoi ils parlent (car ayant science infuse !), qui savent ce qu’ils disent, et surtout qui savent pourquoi ils le disent et le soutiennent !

N’est-ce pas ce qui soutient nos soupçons en donnant l’impression que les débats actuels sur la révision ou non de la constitution de notre pays, cachent d’autres motivations dont nous n’avons pas encore connaissance et que nous ne tarderons pas à savoir, telles que les choses se précipitent depuis un moment, prétendument pour réussir à mettre en jugement devant la Haute Cour de Justice, certains ministres de la République, fautifs dans leur gestion des deniers publics?!

La révision de la constitution n’est pas une urgence nationale!

En effet, à la date d’aujourd’hui, d’autres priorités doivent plutôt occuper le gouvernement et son chef, que cette question de la révision constitutionnelle qui n’est ni urgente, ni opportune. Sauf si toute la nation en fait le choix, s’il n’y avait toute l’opposition qu’elle suscite, aussi bien de certains membres de la classe politique (à part les militants bornés et obnubilés par leur grand patron qui les contrôle à coups de millions) que de la société civile, elle qui a déjà montré son efficacité par le passé, et ne manque pas une occasion pour répéter son refus de toute révision constitutionnelle opportuniste, dans le but de permettre à un Chef d’Etat de « rempiler » (sic) !

L’opinion publique nationale doit rester vigilante !

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 BÉNIN
Les journaux Béninois décortiquent le nouveau code électoral Les innovations contenues dans le nouveau code électoral adopté par la commission des lois de l’Assemblée nationale continuent de susciter des analyses et commentaires, dont notamment le quitus fiscal.
Code électoral et lutte contre les faux médicaments au menu des quotidiens Les quotidiens béninois parus mercredi s’intéressent particulièrement au travail de la commission des lois de l’Assemblée nationale sur le nouveau code électoral et au communiqué du parquet interdisant la vente illégale de faux médicaments.
L’analyse des résultats du BEPC au menu des quotidiens béninois L’état du système éducatif béninois, au lendemain de la proclamation des résultats du Brevet d’études du premier cycle, fait les choux gras de la presse béninoise parue ce lundi.
Examen scolaire et travaux routiers au menu des journaux béninois Le faible taux de réussite à l’examen du Brevet d’Etudes du premier cycle et le démarrage des travaux d’asphaltage font la une des quotidiens.
Message de Talon et lutte contre l’impunité au menu des journaux béninois Les journaux béninois s’intéressent dans leur grande majorité à la sortie médiatique que fera Chef de l’Etat ce soir, à la veille de la célébration de la fête de l’indépendance, et parlent également de la lutte engagée contre l’impunité.
Politique, éducation et immunité parlementaire au menu des journaux béninois Les journaux parus ce lundi relaient le soutien de nouveaux partis politique au régime de Talon, la demande, faite par le parquet, de la levée d’immunité de deux autres députés au Parlement et la suspension de quelques inspecteurs pédagogiques.
Charte des partis politiques et asphaltage au menu des journaux béninois Les quotidiens béninois parus vendredi mettent le focus sur l'adoption par l'Assemblée nationale de la charte des partis politiques et le lancement du projet d'asphaltage des communes du Bénin.
Politique et éducation en vedette dans la presse béninoise Les quotidiens béninois parus ce lundi évoquent pour la plupart d’entre eux le lancement du « Bloc Progressiste », un regroupement créé par des partis politiques favorables au chef de l’Etat et aussi le démarrage des examens du Brevet de technicien supérieur.
Politique et sécurité font la une des journaux béninois Les journaux parus ce vendredi font le compte rendu de l'ouverture hier au Parlement de la session extraordinaire au titre de l'année 2018, ainsi que des prouesses se la Police républicaine dans sa lutte contre l'insécurité.
Politique et Salon des mines et carrières au menu de la presse béninoise Les quotidiens parus ce jeudi parlent essentiellement de l’ouverture d’une session extraordinaire à l’Assemblée nationale et du salon international des mines, des carrières et du pétrole qui s’ouvre également à Cotonou.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous