BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 23 Février 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 1/23/2013 7:27:46 AM ]  Lanouvelletribune

Bénin - Societe

Gouvernance au Bénin : Une révision constitutionnelle qui fait débats!

«On n’est pas obligé de réviser notre Constitution, si on n’en fait pas le choix»! Dixit le professeur Joël Aïvo, un agrégé des facultés de droit, dans notre parution du mardi 22 janvier 2013.


Cet avis du professeur Aïvo est venu nourrir le débat récurrent sur la révision constitutionnelle, débat qui retient l’attention de toute la classe politique de notre pays depuis un certain temps ; et cela commence par dater : Révisera, révisera pas? Qu’attend le Chef de l’Etat pour enclencher le processus, si tant est-il que cela lui tient vraiment à cœur, comme il l’a encore fait savoir dans son dernier discours sur l’état de la Nation? Que cachent tous ces atermoiements et ces tergiversations dans un acte prévu par la constitution elle-même? Qu’en est-il de l’opportunité de la révision, dans l’état actuel de nos institutions? La révision est-elle si urgente que l’on voudrait nous le faire croire ? Nos analyses, pour des réponses pertinentes!

Le Chef de l’Etat peut réviser quand il veut une constitution qui le dérange!

Une affirmation sentencieuse, non pour dire que le Président de la République peut amender à souhait et réviser à volonté la loi constitutionnelle du pays. Non, cette affirmation doit plutôt être comprise dans ce sens que l’initiative de la révision de la constitution est reconnue au Chef de l’Etat, par la constitution elle-même. Il peut demander quand il le souhaite, une révision de la constitution, si celle-ci est devenue caduque ou désuète en certaines de ses dispositions.

Or, ce n’est pas encore le cas de la constitution de notre pays, seulement vieille d’une vingtaine d’années (elle date de 1990), quand on sait que la constitution de certaines nations démocratiques a fait plus de cinquante ans avant d’être amendée ! La constitution de 1990, qualifiée d’une des meilleures de l’Afrique francophone par plusieurs observateurs, et dont les rédacteurs ont été salués pour leur vision du futur, cette constitution tant décriée depuis la fin du second mandat du Président Kérékou (qu’il vous souvienne qu’une première tentative de révision avait été tenue en échec par le soulèvement de toute la société civile) et actuellement avec le nouveau président, n’est pas aussi désuète qu’on veuille bien nous le laisser entendre. Et tous les principaux juristes, constitutionnalistes de haut niveau, qui se sont prononcés sur la question, sont unanimes : Dans l’état actuel de nos textes fondateurs, il n’y a aucune urgence à vouloir réviser notre constitution ; même s’il est vrai que toute œuvre humaine est perfectible et que nous devons réfléchir à comment améliorer notre arsenal de lois fondamentales, la constitution et les lois organiques de nos institutions, pour les actualiser et les mettre en adéquation avec les nouvelles réalités et exigences de la gouvernance nationale. Et ce n’es pas le cas!

Donc, l’opportunité de la révision de la constitution de notre pays n’est pas réelle, mais entièrement illusoire, une illusion entretenue à dessein, peut-être pour dissimuler d’autres motivations?!

Et, avant de continuer sur ces motivations cachées, nous souhaiterions citer, encore une fois, le professeur Aïvo qui argumente dans le même sens : « On n’est pas obligé de réviser notre constitution si on en fait pas le choix… [Notre pays] n’a pas une constitution qui, si elle n’est pas révisée, conduirait le pays vers une crise majeure. Notre constitution a montré sa solidité et, qu’elle peut tenir, même sans révision, pendant 22 ans » !

Si le Président de la République tient à réviser la constitution il n’a qu’à le demander aux représentants du peuple (procédure simplifiée avec de majorités qualifiées de 2/3 ou 4/5 requises) ou au peuple lui-même, par voie référendaire ! Dans les deux cas, le Chef de l’Etat devra se soumettre aux procédures en vigueur dans notre pays, prévues par la constitution elle-même !

Alors, qu’attend le Président pour enclencher le processus, une autorisation?

L’initiative de révision dont dispose le Président de la République, n’est soumise, selon les textes, à aucune limite constitutionnelle (les juristes en conviendront), à part peut-être une volonté de consensus, suite à une large consultation nationale, de la classe politique et de la société civile. Ce n’est pas ce que nous observons aujourd’hui, sauf les « petits conciliabules au sommet de l’Etat, entre personnes initiées » qui savent de quoi ils parlent (car ayant science infuse !), qui savent ce qu’ils disent, et surtout qui savent pourquoi ils le disent et le soutiennent !

N’est-ce pas ce qui soutient nos soupçons en donnant l’impression que les débats actuels sur la révision ou non de la constitution de notre pays, cachent d’autres motivations dont nous n’avons pas encore connaissance et que nous ne tarderons pas à savoir, telles que les choses se précipitent depuis un moment, prétendument pour réussir à mettre en jugement devant la Haute Cour de Justice, certains ministres de la République, fautifs dans leur gestion des deniers publics?!

La révision de la constitution n’est pas une urgence nationale!

En effet, à la date d’aujourd’hui, d’autres priorités doivent plutôt occuper le gouvernement et son chef, que cette question de la révision constitutionnelle qui n’est ni urgente, ni opportune. Sauf si toute la nation en fait le choix, s’il n’y avait toute l’opposition qu’elle suscite, aussi bien de certains membres de la classe politique (à part les militants bornés et obnubilés par leur grand patron qui les contrôle à coups de millions) que de la société civile, elle qui a déjà montré son efficacité par le passé, et ne manque pas une occasion pour répéter son refus de toute révision constitutionnelle opportuniste, dans le but de permettre à un Chef d’Etat de « rempiler » (sic) !

L’opinion publique nationale doit rester vigilante !

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 RUBRIQUES
Actualités
Chroniques
Documentaires et Analyses
 
Opinions et Interviews
 
 BÉNIN
Politique, société et diplomatie à la une des quotidiens Béninois La démission d'un conseiller de la cour constitutionnelle, les observations de la conférence épiscopale et la participation du chef de l'État au sommet de l'Union Africaine font la une des quotidiens béninois.
Société et santé à la une des journaux béninois Les journaux béninois ont abordé ce jeudi de nombreux sujets dont la décision de l’Etat, prise en conseil des ministres, de faire bénéficier d’une assurance quelque 351.000 paysans.
Rencontre Talon-Syndicats et marche de l’opposition au menu des journaux Les journaux béninois ont traité de divers sujets dont la rencontre prévue entre le chef de l’Etat, Patrice Talon, et les centrales syndicales au sujet des derniers mouvements de grève et la marche du Front pour le Sursaut Patriotique.
Le rejet de la loi sur le droit de grève au menu des quotidiens béninois Le rappel à l’ordre par la Cour constitutionnelle des députés béninois qui ont voté la suppression du droit de grève, fait la une des quotidiens de ce jour.
Politique, social et santé au menu des quotidiens béninois Les journaux béninois parus ce jeudi au Bénin traitent de politique, de dialogue social rendu nécessaire par la série de grèves en cours et de santé à travers la détection de cas de fièvre hémorragique à virus Lassa.
La grève générale et la présentation de vœux du chef de l’Etat font la une des journaux béninois La grève générale dans l’administration publique lancée par les centrales et confédérations syndicales est diversement appréciée par les quotidiens béninois de ce jour.
L’embrassement du front social à la une de la presse béninoise L’ébullition notée sur le fonds social et qui augure d’une semaine difficile pour le gouvernement fait la une des journaux parus ce lundi au Bénin.
Social et sécurité au menu des quotidiens béninois Le Retrait du droit de grève et la nomination des directeurs de la Police Républicaine sont au menu des journaux béninois parus vendredi.
La fête du Vodum au menu des quotidiens béninois La fête du Vodum célébrée hier, mercredi au Bénin, est le sujet principal traité par les tabloïds béninois de ce jeudi.
La grève dans le secteur judiciaire au menu des quotidiens béninois Les quotidiens béninois parus ce mardi ont essentiellement traité de l’impact de la grève dans le secteur judiciaire et du non-respect de la décision de la Cour Constitution portant sur l’installation du cos-Lépi par l’Assemblée nationale.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous