BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 19 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 10/11/2018 10:19:59 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

L’après-présidentielle continue de préoccuper la presse camerounaise

Les journaux camerounais parus jeudi continuent leurs conjectures sur l’élection présidentielle du 7 octobre avec son lot d’insolites, de polémiques et d’incertitudes.


Mais qui a donc accrédité les fameux observateurs du scrutin présidentiel de dimanche dernier, se réclamant de l’organisation non gouvernementale de lutte contre la corruption Transparency International ? Le Jour a entrepris de fouiller, dans ce qui apparaît plutôt comme une arnaque politique, l’ONG affirmant ne pas se reconnaître en ces personnes.

La lumière, espère le quotidien à capitaux privés, viendra sans doute au terme du procès annoncé sur le sujet par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition) dont le candidat, Maurice Kamto, annonce la saisine des tribunaux compétents.

Le bihebdomadaire Essingan, lui, ne se pose pas de questions, qui sous le titre «Faux observateurs électoraux : la gaffe d’Atanga Nji», pointe un doigt accusateur sur le ministre en charge de l’Administration territoriale qui, en qualifiant ces personnages douteux pour l’observation électorale, et en leur permettant de tenir une conférence de presse pour certifier du bon déroulement des opérations sur le terrain, est pris en flagrant délit d’instrumentalisation de l’opinion au profit du régime dont il est l’un des caciques.

Vent debout, renchérit The Guardian Post, le MRC ne s’en prend pas seulement à cette grossière tentative d’escroquerie politique : il menace également de traduire en justice l’office audiovisuel public, qui a amplement relayé le «satisfecit» des faux représentants de Transparency pour remettre sur orbite le président sortant, Paul Biya.

Ces menaces ne semblent pas de nature à réfréner l’ardeur du quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, qui se fait l’écho de «la satisfaction des observateurs» électoraux, tant nationaux qu’étrangers et dont «la plupart (…) saluent une organisation qui a respecté les principaux canons en la matière», aussi pendant la campagne que lors du scrutin proprement dit.

Question sans doute d’adoucir un peu le jeu, on retrouve, en principale manchette de Baromètre Communautaire, les portraits de Maurice Kamto et d’un autre prétendant à la magistrature suprême, Cabral Libii (Parti Univers), qui s’en remettent au Conseil constitutionnel en charge de proclamer les résultats définitifs du scrutin dans une dizaine de jours.

«Après s’être déclarés vainqueurs de la présidentielle au mépris de la loi, les deux challengers de Paul Biya reviennent à de meilleurs sentiments et adoptent une démarche républicaine. La désapprobation générale, par le peuple de tout passage en force n’a laissé aucun autre choix aux candidats.»

Il n’empêche que, constate Défis Actuels, si le candidat du MRC, critiqué par la classe politique pour son empressement à s'autoproclamer élu avant même le verdict des instances compétentes, clame sa bonne foi et se prépare pour le contentieux, le compétiteur investi par le Parti Univers, lui, continue de dénoncer de nombreux cas d’irrégularités orchestrés par les cadres du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) en vue d’assurer la victoire de leur candidat.

«Nous sommes sûrs d’aller à un conflit post électoral», souffle, dans les colonnes du bihebdomadaire, le candidat à la présidentielle pour le compte du Peuple uni pour la rénovation Sociale (Purs), Serge Espoir Matomba : «Les données que nous avons et que nous voyons circuler, démontre à suffisance que non seulement il y a eu manipulation des chiffres mais il y a des officines qui se sont préparées à avoir certains chiffres, qui ne reflètent pas la réalité du terrain.»

M. Matomba ne figure pas dans le probable «tiercé gagnant» déjà constitué par Mutations, qui voit dans l’ordre le chef de l’État sortant, Paul Biya, Maurice Kamto et Cabral Libii mais sans le représentant du Front social démocratique (SDF), Joshua Osih, pourtant issu du premier parti de l’opposition dont le déclin, sur la scène politique, ne se dément pas depuis quelques années.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus lundi commentent les derniers décrets présidentiels de nominations dans les sociétés publiques, mais aussi la libération, décidée par le même chef de l’État, de 289 personnes interpellées dans le cadre des activités sécessionnistes dans les régions anglophones camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous