BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 10/8/2018 10:46:49 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La presse camerounaise à fond sur l’après-présidentielle

Ce sont des sentiments partagés qui transpirent dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au lendemain d’une élection présidentielle tenue dans un contexte de clair-obscur du fait des forces en présence et de l’insécurité grandissante en zone anglophone en proie depuis deux ans à des violences sécessionnistes.


Vint enfin ce fameux dimanche 7 octobre, souffle le tri-hebdomadaire L’Essentiel : non seulement le chaos promis n’a pas eu lieu, mais le seul événement majeur de la journée de dimanche était la tenue du scrutin présidentiel qui s’est déroulé sur toute l’étendue du territoire national.

La psychose de la veille, qui a vidé les boulangeries et réduit les stocks dans les magasins de riz, a cédé la place à une journée radieuse au cours de laquelle les Camerounais se sont rendus aux urnes dans le calme et la sérénité pour élire un nouveau président de la République parmi 9 candidats, détaille la publication, précisant que le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, a confirmé le bon déroulement des opérations de vote dans tout le pays.

Ce fut un scrutin dans le calme et la transparence, renchérit le bihebdomadaire Repères, affirmant qu’aucun incident majeur, de nature à fausser le résultat des urnes, n’a été signalé dans les 10 régions du pays, l’Union africaine n’ayant d’ailleurs pas hésité à exprimer son satisfecit.

«On a voté en paix», confirme le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune qui évoque «un climat globalement serein» ayant prévalu sur toute l’étendue du territoire.

Signalant «un incident» à Makénéné (Centre) et à Baham (Ouest), InfoMatin est aussi d’avis que le scrutin a eu lieu «sans perturbation majeure» dans les 360 arrondissements du Cameroun et dans les 24.988 bureaux de vote.

Ce fut une élection libre et transparente, écrit également L’Épervier : aucune entrave de nature à impacter la crédibilité de l’élection n’a été enregistrée.

Il y a pourtant eu des coups de feu sporadiques dans les zones anglophones le jour du vote, insiste The Guardian Post qui a décompté 3 sécessionnistes tués par l’armée, alors qu’un convoi officiel était attaqué par les activistes et que d’autres actes de vandalisme étaient signalés ça et là.

Les terroristes avaient menacé d’empêcher le bon déroulement du scrutin présidentiel dans ces régions où ils veulent créer leur État indépendant qu’ils appellent «Ambazonie», explique L’Essentiel, ajoutant que les forces de défense présentes dans ces régions ont neutralisé ces fauteurs de trouble, le vote s’étant finalement déroulé dans ces régions, malgré la peur qui règne au sein de la population.

Pour Mutations, le vote ayant été entaché de dysfonctionnements, d’incidents et d’irrégularités avec 3 morts enregistrés dans le Nord-Ouest, un Sud-Ouest voisin transformé en région fantôme, c’est désormais le brouillard qui s’accumule à l’horizon avec un pays plus que jamais culturellement fracturé, un nouveau président qui sera élu par 8 des 10 régions.

Quant à la proclamation des résultats officiels de l’élection présidentielle, elle relève, tempête Paul Atanga Nji dans InfoMatin, de la compétence exclusive du Conseil constitutionnel, personne n’a le droit de se substituer à cette instance juridictionnelle et toute forme de remise en cause, en dehors des voies légales ne sera pas tolérée.

Parmi les candidats directement visés par cet avertissement sans frais figure Maurice Kamto, qui selon Repères a une stratégie «pour fomenter des troubles post-électoraux» : le candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a prévu, de longue date, de s’autoproclamer vainqueur de l’élection de dimanche et de provoquer une insurrection populaire pour défendre su supposée victoire.

Il n’en reste pas moins, selon L’essentiel, que les candidats les plus en vue pendant la campagne pourraient se disputer le leadership dans un quarté, que forme déjà l’opinion et qui, dans l’ordre, est constitué du président sortant, Paul Biya, de Maurice Kamto, de Cabral Libii et de Joshua Oshi.

Rien n’est joué d’avance, ose également L’Indépendant : les jeux étaient très ouverts dans les urnes, après une campagne sans doute la plus animée de toutes les présidentielles organisées jusqu’ici au Cameroun.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La presse camerounaise anticipe sur la victoire de Biya à la présidentielle Pour beaucoup de journaux camerounais parus lundi, il ne fait aucun doute que le chef de l’État sortant, Paul Biya, sera proclamé vainqueur, vers la mi-journée par le Conseil constitutionnel siégeant en audience publique, de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018.
Le contentieux post présidentielle continue de passionner les journaux camerounais Le contentieux généré par l’élection présidentielle du 7 octobre, continue, trois jours après son ouverture devant le Conseil constitutionnel, de passionner les journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais à fond sur le contentieux post-présidentielle Le début, la veille à la Cour constitutionnelle, des audiences portant sur le contentieux de l’élection présidentielle du 7 octobre passionne les journaux camerounais parus mercredi.
Les incertitudes post-élection présidentielle préoccupent les journaux camerounais Alors que le Conseil constitutionnel entame, le même jour, les débats sur le contentieux post-élection présidentielle, les journaux camerounais parus mardi prennent le pouls des états-majors des candidats.
La presse camerounaise se positionne avant les résultats de la présidentielle Les journaux camerounais parus lundi, chacun selon son tempérament, anticipent sur la proclamation, attendue d’ici la fin de la semaine, des résultats de l’élection présidentielle du 7 octobre.
Les journaux camerounais en mode diversité La diversité reprend droit de cité dans les journaux camerounais parus vendredi, sans pour autant s’éloigner des lendemains tumultueux de l’élection présidentielle du 7 octobre.
L’après-présidentielle continue de préoccuper la presse camerounaise Les journaux camerounais parus jeudi continuent leurs conjectures sur l’élection présidentielle du 7 octobre avec son lot d’insolites, de polémiques et d’incertitudes.
L’autoproclamé président Maurice Kamto continue de passionner la presse camerounaise Autoproclamé, lundi président élu de la République à l’issue du scrutin de la veille, l’acte du candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, continue de passionner les journaux locaux parus mercredi.
L’auto-proclamation de Maurice Kamto comme vainqueur de la présidentielle anime les journaux camerounais La déclaration, la veille par le leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de sa victoire à l’élection présidentielle du 7 octobre fait les choux gras des journaux camerounais parus mardi.
La presse camerounaise à fond sur l’après-présidentielle Ce sont des sentiments partagés qui transpirent dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au lendemain d’une élection présidentielle tenue dans un contexte de clair-obscur du fait des forces en présence et de l’insécurité grandissante en zone anglophone en proie depuis deux ans à des violences sécessionnistes.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous