BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 19 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 10/5/2018 11:08:59 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Les journaux camerounais à fond dans la présidentielle de dimanche

Le branle-bas de combat suscité au sein de l’opinion publique, par rapport à l’élection présidentielle de dimanche prochain, se traduit avec force dans les journaux camerounais parus vendredi.


«Aux urnes, ce 7 octobre !» ; «Aux urnes dimanche !» ; «Aux urnes citoyens !» ; «Vivement dimanche !» ; «7 octobre… ça va se jouer» ; «Présidentielle 2018 : la vérité des urnes», titrent respectivement Intégration, Cameroon Tribune (CT), Le Jour, Mutations, Le Quotidien de l’Economie (LQE) et L’Indépendant.

A 48 heures du rendez-vous avec les urnes, LQE procède à un dernier round-up au sein des états-majors de campagne des 9 candidats en lice et se garde bien de tirer des conclusions péremptoires quant au résultat final.

Et Intégration de renchérir : depuis la présidentielle de 1992, jamais scrutin n’avait suscité autant d’effervescence, au propre comme au figuré, à ce scrutin qui fait courir et à raison  : face au président sortant, candidat à sa succession, Paul Biya, huit challengers dont les profils et les projets ne manquent pas d’intérêt.

A l’observation, analyse Intégration, un vote par dépit ne se justifierait pas avec 6,5 millions de Camerounais appelés à choisir le prochain chef d’Etat du pays : «L’alternance par les urnes ou le statu quo ? Voilà l’équation à résoudre par le scrutin de ce dimanche 7 octobre sur toute l’étendue du territoire national.»

Pour CT, aucune inquiétude à se faire au plan de la crédibilité et de la transparence du processus électoral, les pouvoirs publics, s’appuyant sur les dispositions légales et réglementaires, ayant pour leur part tout mis en œuvre pour assurer l’équité entre les compétiteurs.

Il y a pourtant des menaces dans l’air, répond en écho L’Essentiel, au vu des messages de haine qui fusent ici et là, particulièrement dans le camp de l’opposition et qui vont avec la déstabilisation et tout ce que cela entraîne comme violence, les envies humaines et des pertes économiques énormes.

Dans la course vers le palais d’Etoudi, tous les candidats, anciens briscards ou jeunes loups, sont tous conscients de leur poids électoral, ils savent jusqu’où ils peuvent aller mais faute de sincérité, certains brouillent les pistes.

Sous le titre «Aucune victoire ne sera volée», le tri-hebdomadaire lance «un rappel à l’ordre» aux coaches des différentes équipes de campagne et aux présidents des partis politiques qui les ont investis, qui devront garder la tête froide pour éviter des tacles irréguliers et même des bagarres rangées sans motif.

Les problèmes pourraient en effet survenir, insiste Mutations, lorsque viendraient à survenir des soupçons de fraude. D’où la nécessité, pour chaque citoyen, de tout faire pour protéger son vote de l’isoloir au décompte des votes en passant par la signature des procès-verbaux par tous les scrutateurs, ou encore le monitoring permanent tout au long de la journée de dimanche.

Rien ne dit en effet que les crocs-en-jambe ne pourraient pas venir du camp du président-candidat Biya, relève The Guardian Post, face à une opposition qui, quoique émiettée, a déjà monter sa capacité à faire vaciller les certitudes du pouvoir de Yaoundé.

Il est même possible, avance le quotidien de langue anglaise, que les candidats Akere Muna et Maurice Kamto, qui sont parmi les challengers les plus sérieux, dans un sursis de lucidité, annoncent dans la journée une coalition qui pourrait sérieusement ébranler le système en place.

Mais pour le secrétaire général adjoint du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc, au pouvoir), Grégoire Owona, interrogé par InfoMatin, aucune inquiétude à nourrir : «Je doute que cela arrive, car nous sommes à 48 heures du scrutin et les candidats ont montré plus de divergences dans leurs offres, leurs postures personnelles que de convergences susceptibles de s’exprimer dans une coalition.»

Et d’ajouter que son camp reste toutefois attentif et poursuit son appel au vote, le défi pour le pouvoir étant désormais que tous les militants qui se sont inscrits et ont tous retiré leurs cartes d’électeur, aillent voter, que les soutiens exprimés par les alliés et sympathisants se manifestent effectivement dans les urnes et, si cela se produit, même une coalition des 8 candidats n’ébranlera pas Paul Biya.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus lundi commentent les derniers décrets présidentiels de nominations dans les sociétés publiques, mais aussi la libération, décidée par le même chef de l’État, de 289 personnes interpellées dans le cadre des activités sécessionnistes dans les régions anglophones camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous