BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 19 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 10/4/2018 11:21:57 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

La dernière ligne droite de la campagne électorale alimente les journaux camerounais

Comme s’ils s’étaient donné le mot, les titres des journaux camerounais parus jeudi focalisent essentiellement sur la dernière ligne droite de la campagne pour l’élection présidentielle de dimanche prochain.


Le spectre de la fraude plane déjà sur la présidentielle de dimanche prochain, avertit d’entrée de jeu Baromètre Communautaire : malgré les engagements des acteurs du processus, qui à travers un code de bonne conduite se sont tous engagés à respecter les lois et règlements, mais aussi le résultat des urnes, force est de constater que l’obsession de la victoire pourrait pousser certains à faire appel à des manœuvres peu orthodoxes pour l’emporter.

«On entend déjà d’ici, renchérit l’hebdomadaire Le Courrier, les plaintes et les complaintes de ces illusionnistes, criant à ‘’la victoire volée’’, au ‘’trucage de l’élection’’, venant de ceux-là qui rêvaient de revêtir prématurément le costume présidentiel.»

Et la publication de s’en prendre vertement à «ces aventuriers, dont la plupart aux curriculums avenants, préfigure un règne de dictature et de tyrannie, de chasse aux sorcières, d’une nuit des longs couteaux en dépit de leurs engagements démagogiques, oniriques et surréalistes, et qui ne laisse aucun doute quant à leurs véritables desseins pour le Cameroun qu’ils entendent diriger».

Ces vainqueurs autoproclamés jouent un jeu dangereux, acquiesce le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, tançant également ces candidats qui, avant même le scrutin de dimanche, se prennent déjà pour élus et, furtivement ou ouvertement, font par anticipation passer des appels au rejet des résultats officiels.

Ce qui est clair, note perfidement Essigan, c’est que le président sortant, Paul Biya, a d’ores et déjà «englouti» cette opposition qui, sans repères, va tenter d’exister en perturbant le contentieux post-électoral à travers des revendications fantaisistes.


L’un des prétendants à la magistrature suprême, indirectement visé par ces critiques émanant de publications généralement proches du pouvoir, c’est le candidat Maurice Kamto dont le portrait trône en couverture de Le Jour.

Pour le leader du Mouvement pour la renaissance, dont la campagne électorale est par ailleurs l’une des mieux réussies jusqu’à présent, qui voit plutôt un Paul Biya, 85 ans accomplis, usé, fatigué et vieilli mais totalement pris en otage.

«Même s’il le voulait, il ne pourrait plus», déclare M. Kamto à propos de son adversaire, dont 36 à la tête de l’État et plus de 50 dans la haute administration.

Si les lieutenants de Paul Biya étaient autant assurés de la victoire de leur champion, rétorque Aurore Plus, ils ne mettraient pas autant d’énergie et de moyens pour fausser le jeu démocratique.

Et le bihebdomadaire d’égrener le chapelet de méthodes mis en place par le régime de Yaoundé : charters de votants en régions anglophones secouées par la fièvre sécessionniste, lettres de «chaleureuses félicitations», dès lundi prochain au chef de l’État réélu, venant des «figurants fabriqués et non moins prestataires de services du régime de Yaoundé pour légitimer le triomphe».

Il convient, souligne Aurore Plus, de préciser que le régime n’entend rien laisser au hasard, qui non content de vampiriser la campagne et de corrompre de pseudo-opposants, a également inonder d’argent la préfectorale, son véritable bras séculier, à travers l’octroi d’un «appui financier aux autorités administratives dans le cadre de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018».

Cet «appui» est également guetté avec circonspection par Le Quotidien de l’Économie, rappelant que la préfectorale n’a strictement rien à faire dans le processus et les opérations électorales, les tâches de gestion des scrutins et opérations référendaires étant du domaine d’Elections Cameroon (Elecam).


Un autre acteur, inattendu en faveur du chef de l’État sortant et dont le rôle suscite la controverse, c’est l’ex-capitaine de la sélection de football, Samuel Eto’o Fils, que la même publication qualifie de «joker de Paul Biya» : il vient de réussir à ramener à de meilleurs sentiments le président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad, qui menaçait de retirer l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de 2019 au Cameroun.

«Comment Samuel Eto’o a sauvé la CAN 2019», titre Défis Actuels : mis en mission par la présidence de la République en vue de l’organisation d’un tête-à-tête entre Paul Biya et Ahmad mardi dernier, l’ex-buteur des «Lions indomptables» aura démontré une nouvelle fois son degré d’implication dans le dossier de cette compétition.

Pour Le Messager, le cas Samuel Eto’o, qui est à rapprocher de celui de son ex-coéquipier Rigobert Song Bahanag, les deux apportant publiquement leur soutien au chef de l’État sortant, relève d’une dérive dans la mesure où ils jouent non plus au ballon, mais carrément à influencer le jugement des électeurs en faveur de Paul Biya.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus lundi commentent les derniers décrets présidentiels de nominations dans les sociétés publiques, mais aussi la libération, décidée par le même chef de l’État, de 289 personnes interpellées dans le cadre des activités sécessionnistes dans les régions anglophones camerounaises du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous