BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 25 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 5/16/2018 11:17:03 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais

Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.


Le Quotidien de l’Économie arbore cette couverture sur fond sombre : «Pour des tensions de trésorerie, nous sommes en congé technique». Pour expliquer la suspension de sa parution, la publication à capitaux privés pointe le non paiement de ses factures, aussi bien par l’État que par des acteurs du secteur privé, annonçant par ailleurs se mettre sur la piste des recouvrements afin d’espérer revenir en kiosques.

A la peine aussi se trouve Elections Cameroon (Elecam), l’organe public de gestion des scrutins et opérations référendaires dont le personnel, à travers un mémorandum au président Paul Biya et que relaie Le Jour, dénonce le gel et le non-paiement des avancements en même temps qu’il dénonce les mauvaises conditions de vie et de travail.

La même publication campe l’enfer des habitants de la capitale politique, Yaoundé, confrontés qu’ils sont depuis de longs jours à des coupures longues et intempestives de l’eau potable, une denrée qui, selon de nombreuses annonces des autorités, devrait être disponible en quantité et en qualité dans les robinets.

Mais cette pénurie, constate Le Soir, n’empêche pas de continuer d’annoncer des lendemains meilleurs en la matière à l’instar du projet «Sanaga», du nom du fleuve censé apporter un supplément de 300.000 mètres cubes d'eau par jour à une ville qui tutoie désormais les 3 millions d’habitants.

Et comme si cela ne suffisait pas, répond en écho Repères, Yaoundé est également devenu, à la lecture du dernier rapport de l’Institut national de la statistique (INS), la cité où le niveau général des prix augmente au fil des mois, soit 0,4% en un an.

A près de 2000 kilomètres du siège des institutions, les populations de l’Extrême-Nord continuent, selon L’œil du Sahel, de subir les affres de la secte islamiste Boko Haram dont une importante cache d’armes vient d’être découverte dans la localité d’Amchidé frontalière avec le Nigeria.

Et, pendant que l’armée marque des points dans le septentrion, libérant par exemple trois otages dans le département du Faro, grâce à la précieuse collaboration des populations, la violence s’amplifie sur le front de la crise sécessionniste anglophone où, selon The Info, les forces de défense et de sécurité promettent des «heures chaudes et dures» aux partisans de la partition du Cameroun.

Et l’un des tests grandeur nature de ce discours de fermeté, prévient la publication, aura lieu ce 20 mai à l’occasion de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, pour laquelle les «Ambazoniens» promettent eux aussi du feu et des larmes à, tous ceux qui, de près ou de loin, s’associeront à ces manifestations dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

La crise anglophone sera en effet dans tous les esprits, lors de la Fête nationale, renchérit Le Baobab, au moment où The Guardian Post révèle des tractations, entre le gouvernement de Yaoundé et les services secrets américains (FBI), portant sur la «finalisation d’un plan» visant à interpeller et à rapatrier vers le Cameroun des meneurs du mouvement séparatiste vivant aux États-Unis.

Et la preuve que le gouvernement agit en toutes circonstances dans le respect des droits et de la dignité humaine, selon InfoMatin, c’est cette annonce du ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo.

Dans un communiqué publié la veille, il promet des sanctions exemplaires aux soldats qui, au terme de l’enquête judiciaire ouverte, seront convaincus de maltraitance à l’endroit d’un individu, activement recherché depuis plusieurs semaines pour son implication dans des actes de violences contre les populations et l’assassinat des personnels des forces de défense et de sécurité.

Le membre du gouvernement, explique le journal, réagissait ainsi à la suite d’une vidéo dans laquelle le mis en cause est malmené et ligoté par des hommes en tenue, manifestement sortis des normes et techniques légales en pareille circonstance, dans le cadre de la lutte contre les groupes terroristes armés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Revenant spécifiquement sur les revendications sécessionnistes et la Fête nationale, le journal La Veuve martèle que non seulement l’unité nationale reste non négociable, mais qu’en plus «le président Biya ne cèdera jamais au chantage de la division du pays».

«Le chef de l’État est en effet bien placé pour savoir que la paix, chérie et défendue par la majorité des Camerounais, est une condition sine qua non du développement, autre aspiration légitime de tout peuple», analyse le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune.

Se focalisant sur le thème de la 46ème édition de la Fête nationale, «Citoyens camerounais, restons unis dans la diversité et préservons la paix sociale pour un Cameroun stable, indivisible et prospère», la publication évoque «un véritable cri de ralliement lancé à l’endroit des fils et filles de ce pays, au moment où ils s’apprêtent à célébrer leur unité si chèrement acquise».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous