BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 19 Aout 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 5/15/2018 11:06:34 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Economie et société en couverture des journaux camerounais

A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.


«Conjoncture : le Cameroun recalé dans le programme FMI» est le titre qui barre la couverture du Quotidien de l’Économie, qui alerte sur le bilan de la mission statutaire du Fonds monétaire international dans le pays.

Selon la publication, l’équipe des experts de Bretton Woods vient de délivrer le constat d’un échec cuisant des engagements pris par le Cameroun au titre du programme économique et financier conclu avec l’institution financière internationale, dans le cadre de la Facilité élargie de crédit (FEC).

Prévue pour stabiliser le cadre macroéconomique à moyen terme, en même temps que l’investissement public est appelé à descendre d’environ 8% du produit intérieur brut (PIB) en 2016 à 6,7% en 2017, et 6,6% en 2019, la conduite dudit programme se heurte à moult écueils, faisant craindre une rupture du contrat signé en juin 2017, et donc compromettre l’apport total d’environ 666,2 millions de dollars de financements attendus.

Il y a effectivement menace sur le déblocage de la deuxième tranche desdits financements d’un montant de 95 milliards FCFA prévus cette année, acquiesce Mutations, et pour cause : le FMI demande au gouvernement camerounais d’intégrer, dans un délai de deux mois, les dépenses en carburants et à la sécurité dans la Loi de finances 2018.

Cette injonction, selon le quotidien à capitaux privés, sera d’autant plus difficile à respecter qu’il s’agit de deux domaines budgétivores, et sur lesquels les pouvoirs publics ont généralement entretenu le flou le plus total.

Et voilà qui fait craindre, selon The Median, pour le sort de l’un des fleurons de l’agro-industrie locale, la société Pamol, spécialisée dans la production de l’huile de palme et qui, déjà en butte à des difficultés de refinancement, est aujourd’hui confrontée aux violences sécessionnistes en zone anglophone.

L’entreprise court vers la ruine, s’émeut l’hebdomadaire en langue anglaise, avec pour principale cause l’insécurité sur son site d’Ekondo-Titi (Sud-Ouest) et des ventes qui régressent depuis novembre 2017, des employés qui réclament 7 mois d’arriérés de salaire et un staff managérial parti trouver refuge dans la métropole économique, Douala.

Le gouvernement, sur un autre terrain qu’inspecte The Guardian Post, vient d’ordonner la réouverture des écoles dans la région du Nord-Ouest, fermées depuis le début de la crise séparatiste.

Ce sera plus facile à décréter qu’à appliquer, prévient le seul quotidien intégralement en anglais du pays : la situation s’est tellement envenimée, ces dernières semaines, que les attaques sécessionnistes, souvent accompagnées de prises d’otages et d’opérations répressives de l’armée, confinent au scepticisme à quelques semaines de la fin de l’année scolaire.

Mais le gouvernement, à en croire Le Point Hebdo, a le contrôle de la situation avec, comme défi immédiat, l’organisation pacifique des manifestations marquant la 46ème édition de la Fête nationale, dimanche prochain à travers toute l’étendue du territoire.

«Les principaux responsables des forces de sécurité et de défense, détaille InfoMatin, se donnent pour feuille de route non seulement de garantir le bon déroulement des manifestations sur toute l’étendue du territoire, mais davantage assurer la sécurité du président de la République dimanche, lors de la grande parade au Boulevard du 20 mai à Yaoundé.»

Les services de sécurité assurent ainsi, selon le journal, avoir pris des mesures pour éviter tout attentat et acte de terrorisme durant la célébration de l’unité nationale, un dispositif d’observation pour contrôler les accès dans ces régions ayant été mis en place et qui est complété par des patrouilles fréquentes, de jour comme de nuit, pour rassurer les populations et surveiller l’évolution de la situation.

Et dépit de quelques appels à la partition, le pays, selon le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, cultive patiemment le vivre-ensemble, en même temps que les citoyens se réjouissent de cette particularité d’être bilingues.

Avec deux langues officielles (l’anglais et le français), des centaines de langues nationales, une multitude d’ethnies et d’influences culturelles, «le Cameroun est un véritable modèle, que certains obscurantistes tentent de mettre à mal».

«Il ne vient à l'esprit de personne, renchérit InfoMatin, que la vie d'une nation serait un long fleuve tranquille. Du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, le vécu quotidien, marqué par des vicissitudes, depuis la période précoloniale à nos jours, n'est pas toujours rose. Les réalités différentes d'une région à une autre tout comme les spécificités en sont la marque de cette diversité.»

Pour le journal, le vivre-ensemble est donc une quête permanente, fondée sur l’histoire commune des Camerounais, de 1961 à nos jours, faite de joies et de peines partagées.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Gouvernance et crise sécuritaire en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi soulèvent quelques cas controversés de marchés publics, trempent leur plume dans la polémique au sujet d’exécutions extrajudiciaires imputées à l’armée pour s’arrêter, de nouveau, dans les régions ensanglantées du Nord-Ouest et du Sud-Ouest où sévissent des activistes sécessionnistes.
La presse camerounaise en mode diversité Des exécutions présumées de l’armée contre des civils au football en passant par la présidentielle du 7 octobre, l’économie ou encore l’interminable crise anglophone, les journaux camerounais parus jeudi s’inscrivent indubitablement en mode diversité.
La sécurité au menu des journaux camerounais La recherche, par le gouvernement, des solutions de sécurité pour les hommes et les biens, à la veille de l’élection présidentielle et au moment où l’armée est accusée d’exécutions extrajudiciaires sur des civils, suscite les commentaires des journaux camerounais parus mardi.
Fait divers et crise anglophone au menu des journaux camerounais Un braquage manqué, dans la nuit de vendredi à samedi à la résidence du secrétaire général de la présidence de la République (SG/PR), Ferdinand Ngoh Ngoh, anime les colonnes des journaux camerounais parus lundi, avec juste à côté les demi-aveux du gouvernement sur une vidéo controversée d’exécutions sommaires de civils par l’armée ainsi que le week-end sanglant, sur le front de la revendication sécessionniste anglophone.
Les journaux camerounais passent en revue les candidats à la présidentielle Les journaux camerounais parus mercredi passent au scanner les 9 candidats, dont les dossiers ont été retenus la veille par Elections Cameroon (Elecam), appelés à participer à l’élection présidentielle du 7 octobre prochain.
Politique et football font les choux gras des journaux camerounais L’attente de la publication de la liste des candidats retenus pour l’élection présidentielle du 7 octobre prochain et la crise anglophone passionnent ce mardi les journaux camerounais qui commentent encore la nomination d’un duo néerlandais à la tête de la sélection de football.
Football et politique en couverture des journaux camerounais La nomination, samedi dernier, du duo hollandais Seedorf-Kluivert sur le banc de touche de la sélection de football suscite des commentaires contrastés dans les journaux camerounais parus lundi, avec en prime les nouveaux développements de la crise sécessionniste anglophone sur fond de veillée d’armes pour l’élection présidentielle du 7 octobre.
L’insolite s’invite dans les journaux camerounais Le côté insolite de l’actualité fait les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.
Fait divers, éducation et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Un fait divers, survenu quelques heures plus tôt à Yaoundé, a éveillé la curiosité des journaux camerounais parus jeudi, avec juste à côté les résultats aux examens officiels et la crise sécessionniste qui perdure dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique, économie et social au menu des journaux camerounais La polémique autour de l’idée d’organisation, par des leaders religieux, d’une conférence en vue d’explorer les voies d’un retour à la normale en zone sécessionniste anglophone continue d’animer les journaux camerounais parus mercredi, avec un bon zeste de sujets à caractère économique et social.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous