BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 25 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/27/2018 11:44:32 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Politique et «affaire MIDA» en couverture des journaux camerounais

La grosse pression sur les sénateurs cumulards et la grande arnaque dénommée Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique (MIDA) font les choux gras des journaux camerounais parus vendredi.


Sous le titre : «Sénat : la vérification des incompatibilités a commencé», le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune annonce la constitution de quatre bureaux, depuis la veille, en charge de traquer et statuer sur de potentiels cas de cumul.

Voici donc les sénateurs cumulards dans l’embarras, ironise Le Soir : tous membres du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), leur hiérarchie vient de les obliger à choisir entre leurs multiples casquettes publiques et la fonction de parlementaire.

En dehors de leur propre parti, la pression contre eux vient également du Conseil constitutionnel dont le président, Clément Atangana, interrogé par Le Jour, affiche sa neutralité et sa fermeté.

Ceux des membres de la Chambre haute, nommés ou élus, exerçant les fonctions de président de conseil d’administration ou autres, afin de se conformer au règlement du Sénat et au Code électoral, ont pris l’engagement, selon InfoMatin, de renoncer à leur charge au sein des entreprises publiques et parapubliques.

«D’où vient-il donc, s’insurge Le Messager, que le président de la République, la haute autorité de notre pays, garant de la Constitution de la République du Cameroun, ait pensé à nommer au Sénat des hommes à qui il avait déjà conféré des nominations à des postes d’autorité et de gestion à la tête d’entreprises publiques et parapubliques ?»

Qui plus est, poursuit la publication, tous ces sénateurs, aujourd’hui sous le coup du cumul et que la Cour constitutionnelle devrait naturellement interpeller, ont déjà siégé en toute impunité au Sénat lors de la précédente législature.

A ceux qui le soupçonnaient d’être inféodé au RDPC au lendemain des élections sénatoriales du 25 mars dernier, le président de ladite Cour, Clément Atangana, donne des gages de crédibilité en jurant, dans Le Jour, que son institution ne tergiversera jamais avec la légalité républicaine : «Moi, je n’appartiens à aucun parti politique. Moi, le président, j’ai gardé mon indépendance de magistrat.»

Mais cette polémique parlementaire, selon Le Quotidien de l’Économie, semble un détail à côté du scandale MIDA et du drame annoncé des centaines de personnes ayant souscrit à ses alléchantes offres financières, le bilan de l’opération de saisie des souscriptions auprès de la nébuleuse suspendue d’activités, faisant état d’un trou de 9 milliards FCFA.

«Escroquerie de masse : 9 milliards FCFA introuvables à la MIDA», renchérit Le Jour, sur la foi d’un décompte rendu public jeudi par le gouvernement.

Cette opération de comptage, rappelle InfoMatin, fait suite à une instruction du chef de l’État au gouvernement de prendre toutes les dispositions nécessaires à l’effet de procéder au remboursement intégral des sommes extorquées aux victimes de cette vaste et abominable escroquerie.

Il y a péril sur le remboursement des souscripteurs, acquiesce Mutations : l’opération de comptage de l’argent saisi abouti au montant de 3,6 milliards FCFA, soit une différence de 9,2 milliards FCFA par rapport à la somme collectée.

Ce sont les promoteurs de la nébuleuse MIDA qui sont également en charge du remboursement des personnes flouées par leur vaste escroquerie, rassure Cameroon Tribune.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous