BETA
Recherche personnalisée
English
Vendredi, 25 Mai 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/26/2018 11:19:18 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Le dilemme des cumulards au Sénat et l’«affaire MIDA» en couverture des journaux camerounais

La polémique autour des sénateurs cumulards hors-la-loi, mais aussi les suites du scandale autour de la Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique (MIDA), association présumée caritative que le gouvernement accuse d’arnaque à grande échelle, meublent les colonnes des journaux camerounais parus jeudi.


A travers le titre : «Sénat : Paul Biya demande que la loi sur les incompatibilités soit respectée», L’essentiel rend compte d’une concertation sur le sujet tenue la veille entre les «honorables» du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) et leur comité central, avant la validation des mandats par la Chambre haute.

Et ils sont nombreux, relate la publication, à être sous le coup du cumul en étant déjà soit président de conseils d’administration de sociétés publiques, ou encore dignitaires traditionnels pris en solde par le Trésor public.

Sur instructions du président national du RDPC, Paul Biya, il leur a été demandé, renchérit InfoMatin, de se conformer à la réglementation en vigueur, notamment au règlement du Sénat qui stipule que l’exercice du mandat de sénateur est incompatible avec les fonctions de membre du gouvernement et assimilé, de membre du Conseil constitutionnel, de membre du Conseil économique et social, de maire, de délégué du gouvernement, auprès d’une Communauté urbaine, de président du Conseil régional, de toute fonction publique non élective.

Voici donc «un Sénat à l’épreuve des incompatibilités», constate Baromètre Communautaire qui prédit déjà une équation plus que coriace pour beaucoup de sénateurs du parti au pouvoir, et pas n’importe lesquels, contraints et forcés de choisir entre plusieurs fonctions de prestige ou fortement lucratives.

Les faiseurs de lois ne sauraient être les premiers à tordre le coup à la loi, convient The Guardian Post qui demande aux honorables du parti au pouvoir de prêcher par l’exemple.

L’exercice auquel doivent se livrer les commissions de vérification des mandats au Sénat, appelées à rendre leur copie ce 26 avril 2018, est loin d’être une sinécure, glisse La Nouvelle Expression qui évoque, au regard des textes, «une liste d’incompatibilités longue comme le bras».

Pour mettre les choses au clair, InfoMatin publie une liste de 22 sénateurs du groupe RDPC, qui sont soit présidents de conseil d’administration, ou alors chefs traditionnels.

S’agissant de l’«affaire MIDA», L’Essentiel consacre un «grand angle» au triste sort de milliers de jeunes et moins jeunes qui, pensant à une manne tombée du ciel, ont souscrit d’énormes sommes d’argent auprès de la Mission d’intégration et de développement pour l’Afrique, avant de découvrir la grosse arnaque dont ils sont désormais les victimes à travers la fameuse pyramide de Ponzi, utilisée par les escrocs et vieille de plus de 100 ans.

Refaisant le film de la scabreuse histoire, La Nouvelle Vision révèle que cette activité frauduleuse a cours depuis 2016 à Yaoundé, la capitale du pays, au nez et à la barbe des autorités qui ont fini par suspendre ses activités qualifiées de «clandestines».

Les Camerounais ont été pris dans le piège du gain facile, constate Essingan, s’étonnant de la facilité avec laquelle les citoyens continuent de succomber à de tels miroirs aux alouettes, alors que par le passé des arnaques du même type ont laissé plusieurs citoyens sur le carreau.

Mais rien n’est perdu, rassure le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, indiquant que le gouvernement a mis sur pied une commission de recensement des victimes de la MIDA, le chef de l’État, Paul Biya, étant monté au créneau et instruit le remboursement des frais de tous ceux qui ont été victimes de l’escroquerie de la MIDA.

«L’assistance d’une banque a été requise afin de procéder au comptage de l’argent saisi. Cette opération rendue fastidieuse par la présence de petites coupures se poursuit actuellement dans la plus grande transparence. Le gouvernement informera l’opinion du montant total de la somme ainsi recouvrée à la fin de l’opération de comptage.»

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
La crise diplomatique avec les USA en couverture des journaux camerounais Les derniers développements de la montée de tension avec l’exécutif américain, dont le chef de mission à Yaoundé a été convoqué au ministère des Relations extérieures pour avoir appelé le président Paul Biya à quitter le pouvoir, occupent le haut de l’affiche des journaux camerounais parus jeudi.
La politique fait de la résistance dans les quotidiens camerounais Comme la veille, les journaux camerounais parus mercredi continuent de se passionner pour la politique, au lendemain de la célébration de la Fête nationale du 20 mai, sur fond de crise anglophone et d’appel controversé des États-Unis au président Paul Biya à quitter le pouvoir, reléguant au second plan les sujets à caractère économique et social.
La politique fait les choux gras de la presse camerounaise Les journaux camerounais parus mardi, au lendemain d’une journée fériée et chômée sur toute l’étendue du territoire, se focalisent sur la célébration contrastée de la Fête de l’unité sur fond de crise anglophone, au cours de laquelle le président Paul Biya a sorti sa dernière limousine hors de prix, mais également sur l’appel des États-Unis au même chef de l’État à passer la main après 37 ans de règne.
Les périls sur l’unité nationale en couverture des journaux camerounais A deux jours de la célébration des 46 ans de l’Unité nationale, les journaux camerounais parus vendredi braquent leurs projecteurs sur les menaces sécessionnistes qui continuent de peser sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
La presse camerounaise aux couleurs du «vivre-ensemble» A la veille de la célébration des 46 ans de l’unité nationale, et en pleine crise identitaire de la communauté anglophone d’où s’élèvent des revendications sécessionnistes, les journaux camerounais parus jeudi se focalisent sur la notion de «vivre-ensemble» censée recréer les liens de solidarité et ramener la paix.
Ambiance de malaise en couverture des journaux camerounais Les titres des journaux camerounais parus mercredi ne sont guère réjouissants, de l’économie à la politique en passant par la guerre contre l’islamisme ou l’activisme sécessionniste.
Economie et société en couverture des journaux camerounais A en croire les contenus des journaux camerounais parus mardi, les nouvelles ne sont pas reluisantes sur le front de l’économie au même moment où l’unité nationale, à la veille de la fête national de l’indépendance, reste sous la menace des troubles sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Politique et crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les batailles d’appareil avant l’élection présidentielle et la crise sécessionniste qui ne faiblit pas dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest constituent l’essentiel des contenus des journaux camerounais parus lundi.
Les journaux camerounais à fond dans la politique Au lendemain de la fête de l’Ascension, les journaux camerounais parus vendredi se focalisent sur les faits politiques, notamment la crise anglophone, la célébration de la Fête nationale et la nouvelle bataille de positionnement entre des alliés du régime.
Religion, économie et politique en couverture des journaux camerounais De la religion au social en passant par l’économie et la politique, les journaux camerounais parus mercredi affichent un menu bigarré.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous