BETA
Recherche personnalisée
English
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/16/2018 11:08:57 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Politique et gouvernance au menu de la presse camerounaise

Les journaux camerounais parus lundi se penchent sur le nouveau Sénat, désormais au complet après le décret présidentiel nommant 30 personnalités en complément des 70 élus, mais aussi sur la poursuite de l’opération d’assainissement des mœurs publiques à travers le Tribunal criminel spécial (TCS).


Cameroon Tribune consacre un dossier spécial aux nouveaux visages de la 2ème législature de la Chambre haute, appelés à siéger dès le 24 avril prochain pour un mandat de 5 ans.


Dans le même ordre d’idées, mais dans un format plus réduit, L’Anecdote préfère s’intéresser uniquement aux «bleus de la Chambre haute», ces petits nouveaux qui auront leur mot à dire et qui, pour la plupart, semblent plus proches de la population que les dignitaires bien connus, et dont on n’attend quasiment rien.


La parité est en marche au Sénat, applaudit La Voix du Centre : le nombre de femmes y est passé de 20 en 2013 à 26 aujourd’hui.


En nommant les 30 «honorables», jeudi dernier, Paul Biya, constate Défis Actuels, avait certainement à l’esprit le souci de maintenir les équilibres politico-spatiaux en confiant respectivement 1 siège au Front du salut national du Cameroun (FSNC), au Mouvement pour la défense de la République (MDR), à l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) et à l’Union des populations du Cameroun), cependant que son éternel adversaire qu’est le Front social démocratique (SDF), avec désormais 7 élus, voit son groupe au Sénat fondre de moitié.


«Dans cette liste, note Repères, le nom d’Albert Mbida, journaliste, a sonné comme la réponse à plusieurs années de militantisme acharné et de bons et loyaux services rendus à la nation sur l’étendue du territoire» : les journalistes, élus après une investiture du président national du RDPC ou nommés par le président de la République, sont le témoin de la confiance que Paul Biya accorde de plus en plus aux hommes de médias, bien que certains attendent toujours dans l’ombre leur heure de gloire.


Et pendant que ceux-là s’installent, le chef de l’État, a profité de son décret de nomination pour se débarrasser de quelques visages bien connus du Parlement dont le tri-hebdomadaire Le Soir dresse également le portrait, emportés quant à eux par des scandales politiques et financiers.

Paul Biya ne s’est pas laissé distraire par la flagornerie de ces caciques, salue l’Épervier, faisant remarquer que le président de la République est loin de succomber aux multiples motions de soutien dont l’inondent certains cacique, y compris ceux qu’il vient de congédier à la Chambre haute.


A la vérité, renchérit Pile ou Face, en dépit d’une majorité obèse au Sénat, la sérénité n’est pas du tout de mise au Sénat où le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) est rongé par des batailles internes, révélant un parti qui sous des victoires planifiées présente de nombreuses défectuosités au niveau de sa base militante.


«Niat Njifenji fait-il encore l’affaire ?» s’interroge lourdement Repères au sujet du président du Sénat, visiblement affaibli par le poids de l’âge (84 ans) au moment où il s’apprête à rempiler au perchoir et qui, «à vue d’œil, est loin d’afficher une bonne forme physique» : «Le pas est lourd et la parole difficile. L’observateur avisé a bien noté les hésitations et bégaiements de son discours lors de l’ouverture de la session de juin 2013 de la Chambre haute. C’est avec beaucoup de peine qu’il a clôturé la dernière session du Sénat il y a quelques semaines.»

«Niat Njifenji, c’est fini», répond en écho Le Régional qui ne voit pas comment cet homme peut être reconduit à la présidence du Sénat, surtout à un moment où la communauté anglophone accentue la pression pour obtenir le poste de 2ème personnalité de la République.

La même publication, dans un autre registre, se penche sur «le cas Basile Atangana Kouna», ministre de l’Eau et de l’Énergie (MINEE) jusqu’au 2 mars dernier, surnommé «le malchanceux» pour avoir été arrêté le 22 suivant au Nigeria et extradé vers son pays le lendemain, aujourd’hui en prison pour détournement de deniers publics.


Bien avant lui, des ministres, directeurs généraux, parlementaires, magistrats municipaux et plus de 1250 suspects dans des actes de prévarication de deniers ont réussi à prendre le large sans qu’aucun déploiement du renseignement ait été opéré pour rattraper les fugitifs.


M. Atangana Kouna est peut-être un malchanceux, il a même été victime d’un malaise cardiaque pendant le week-end mais son dossier, affirme InfoMatin, vient de permettre au Trésor public, à travers le Tribunal criminel spécial, de recouvrer 1,736 milliard FCFA via le patron d’une entreprise belge, qui a accepté de payer la somme pour recouvrer la liberté, non sans dédouaner, avec force et arguments, l’ex-MINEE, victime de dénonciations «anonymes».

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le contentieux post présidentielle continue de passionner les journaux camerounais Le contentieux généré par l’élection présidentielle du 7 octobre, continue, trois jours après son ouverture devant le Conseil constitutionnel, de passionner les journaux camerounais parus jeudi.
Les journaux camerounais à fond sur le contentieux post-présidentielle Le début, la veille à la Cour constitutionnelle, des audiences portant sur le contentieux de l’élection présidentielle du 7 octobre passionne les journaux camerounais parus mercredi.
Les incertitudes post-élection présidentielle préoccupent les journaux camerounais Alors que le Conseil constitutionnel entame, le même jour, les débats sur le contentieux post-élection présidentielle, les journaux camerounais parus mardi prennent le pouls des états-majors des candidats.
La presse camerounaise se positionne avant les résultats de la présidentielle Les journaux camerounais parus lundi, chacun selon son tempérament, anticipent sur la proclamation, attendue d’ici la fin de la semaine, des résultats de l’élection présidentielle du 7 octobre.
Les journaux camerounais en mode diversité La diversité reprend droit de cité dans les journaux camerounais parus vendredi, sans pour autant s’éloigner des lendemains tumultueux de l’élection présidentielle du 7 octobre.
L’après-présidentielle continue de préoccuper la presse camerounaise Les journaux camerounais parus jeudi continuent leurs conjectures sur l’élection présidentielle du 7 octobre avec son lot d’insolites, de polémiques et d’incertitudes.
L’autoproclamé président Maurice Kamto continue de passionner la presse camerounaise Autoproclamé, lundi président élu de la République à l’issue du scrutin de la veille, l’acte du candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Maurice Kamto, continue de passionner les journaux locaux parus mercredi.
L’auto-proclamation de Maurice Kamto comme vainqueur de la présidentielle anime les journaux camerounais La déclaration, la veille par le leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de sa victoire à l’élection présidentielle du 7 octobre fait les choux gras des journaux camerounais parus mardi.
La presse camerounaise à fond sur l’après-présidentielle Ce sont des sentiments partagés qui transpirent dans les colonnes des journaux camerounais parus lundi, au lendemain d’une élection présidentielle tenue dans un contexte de clair-obscur du fait des forces en présence et de l’insécurité grandissante en zone anglophone en proie depuis deux ans à des violences sécessionnistes.
Les journaux camerounais à fond dans la présidentielle de dimanche Le branle-bas de combat suscité au sein de l’opinion publique, par rapport à l’élection présidentielle de dimanche prochain, se traduit avec force dans les journaux camerounais parus vendredi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous