BETA
Recherche personnalisée
English
Mercredi, 19 Septembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 4/9/2018 11:00:52 AM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Gouvernance, économie et politique en couverture des journaux camerounais

Les nouvelles cibles de l’«Opération épervier», destinée à donner la chasse aux criminels économiques, s’affichent en couverture des journaux camerounais parus lundi à côté de sujets à caractère économique et politique.


Dans un bel ensemble, L’Anecdote, Le Soir, L’œil du Sahel, L’Essentiel et Mutations publient les mêmes photos de quelques ex-dirigeants et gestionnaires de crédits de sociétés publiques, depuis quelques jours frappés par une mesure d’interdiction de sortie du territoire national prise par la hiérarchie de la police.

Ils sont 40, au total, précise The Guardian Post, dont l’arrestation et la mise sous mandat de dépôt est d’ores et déjà programmée.

«La liste des interdictions s’allonge», renchérit La Nouvelle Expression, qui signale au passage que des expatriés sont désormais concernés par la croisade contre le détournement de deniers publics au Cameroun.

Dans le groupe aussi, notent en chœur The Median et Eden, se trouve un ancien gouverneur de province, Faï Yengo Francis, désormais englué dans les affaires alors que certains l’annonçaient comme futur Premier ministre.

Le plus cocasse de l’histoire, s’exclame La Météo, c’est qu’un beau-père du chef de l’État, oncle maternel de Chantal Biya, Roger Bella, est sérieusement menacé par les serres de l’«Épervier» : ancien tailleur à Maroua (Extrême-Nord), l’homme s’est reconverti dans la prestation de services, «dans le champ des marchés publics» tout en clamant à qui veut l’entendre sa filiation avec la première dame camerounaise.

A la maison d’arrêt de Yaoundé-Kondengui, précise l’hebdomadaire, des dizaines de prisonniers viennent d’être transférés dans d’autres prisons pour laisser la place à de nouveaux pensionnaires, dans le cadre de l’«Opération épervier».

Délaissant les sujets qui fâchent, le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune préfère s’intéresser aux futures mutations dans le domaine du service public de l’eau potable, avec la fin le 30 avril prochain du contrat d’affermage signé avec la Camerounaise des Eaux (CDE), filiale de l’Office national de l'eau potable (ONEP) du Maroc et dont le bail n’a pas été renouvelé par l’État camerounais pour insuffisance de résultats.

Ici, rapporte le journal qui évoque «le virage du 30 avril», le nouveau ministre de l’Eau et de l’Énergie (MINEE), Gaston Eloundou Essomba, qui multiplie les rencontres avec le management du partant mais également avec les responsables de la Cameroon Water Utilities Corporation (Camwater), la société de patrimoine appelée à reprendre de service de la distribution jusque-là dévolu à l’entreprise fermière.

Le gouvernement est en train de définir une nouvelle feuille de route au secteur de l’eau potable, désormais renationalisé, répond en écho L’Anecdote.

Mais là où ça va moins, bien, selon Le Quotidien de l’Économie et EcoMatin, ce sont les règles d’origine des Accords de partenariat économique (APE) signés avec l’Union européenne et sur lesquelles le Cameroun émet de sérieuses réserves.

Avec les chaînes d’approvisionnement mondialisées, explique la deuxième publication citée, un véhicule ou un téléphone portable importé d’Europe n’est pas forcément européen, et la définition des règles d’origine peut avoir des répercussions importantes sur les exportateurs.

Sur le champ de la politique, Le Jour ose un bilan des élections du 25 mars dernier : avec 8600 conseillers municipaux, qui constituaient le corps électoral, membres du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), contre seulement 1000 à l’opposition, il ne fallait pas s’attendre au miracle.

Autant dire, analyse le journal, que toutes les conditions étaient réunies pour une razzia du régime en place dont les adversaires, en réalité, s’engageaient en leur âme et conscience pour un fiasco programmé.

L’Anecdote, quant à elle, s’intéresse au nouveau statut du Front social démocratique (SDF), le premier parti de l’opposition parlementaire «désormais à l’étroit au Sénat» après avoir perdu la moitié de ses 14 élus au terme des élections du 25 mars dernier.

Pour Eden, il reste à cette formation d’espérer que le président Biya, qui doit nommer les 30 autres sénateurs pour viendront s’ajouter aux 70 élus, dont 63 du RDPC, aura le souci des équilibres en octroyant trois sièges supplémentaires du SDF afin de lui permettre de constituer un groupe parlementaire.

Et le journal d’abonder dans les questionnements : le chef de l’État pourra-t-il assumer une majorité obèse au Parlement sans susciter de vives critiques ? et si, dans un souci de pluralité, il faisait enfin appel à d’influents membres du monde des affaires ou de la société civile à l’instar du cardinal Christian Tumi ?

Le suspense, reconnaît L’Essentiel, est à couper au couteau en attendant le décret présidentiel, qui doit intervenir en cours de semaine.

Le leader du SDF, Ni John Fru Ndi et ses lieutenants, ironise The Median, comptent désormais sur la magnanimité de Paul Biya pour continuer d’exister au niveau de la Chambre haute.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Le départ massif des populations des régions anglophones préoccupe les journaux camerounais Le départ massif des populations des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, plus que jamais otages ou victimes collatérales des combats entre les séparatistes et forces de défense et de sécurité, fait les choux gras des journaux camerounais parus lundi.
La presse camerounaise à fond dans la politique Les journaux camerounais parus vendredi s’intéressent particulièrement aux faits à caractère politique, et l’imminence de l’élection présidentielle n’y est certainement pas pour rien.
Crise anglophone et présidentielle font de la résistance en couverture des journaux camerounais L’escalade de la crise sécessionniste dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, suivie d’une tentative de reprise en main par le pouvoir de Yaoundé, font les choux gras des journaux camerounais parus jeudi à côté de l’actualité liée à l’élection à la magistrature suprême du 7 octobre prochain.
Présidentielle sur fond de crise anglophone en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi scrutent avec inquiétude l’ambiance sécuritaire autour de l’élection présidentielle du 7 octobre prochain, à l’heure où la crise sécessionniste prend de l’ampleur dans les régions anglophones.
La nouvelle escalade de la crise anglophone au menu des journaux camerounais Plus que le livre controversé inscrit au programme des classes de 5ème, et bien loin du bien décevant match nul de la sélection de football en déplacement samedi aux Comores, c’est davantage la nouvelle escalade de la crise anglophone qui tient le haut de l’affiche dans les journaux camerounais parus lundi.
Violence sécessionniste et livre scolaire controversé en vedette dans les journaux camerounais La nouvelle escalade de la violence sécessionniste en zone anglophone préoccupe les journaux camerounais parus vendredi, au même titre que le chapitre d’un manuel scolaire consacré à l’éducation à la sexualité les enrage.
Des sujets à controverse en couverture des journaux camerounais Que ce soit en économie, sur l’interminable conflit sécessionniste anglophone ou dans le domaine du football, les contenus des journaux camerounais parus jeudi transpirent l’incompréhension et l’angoisse.
Rentrée scolaire sur fond de crise anglophone et difficultés financières en Une des journaux camerounais La rentrée scolaire de lundi dernier, sur fond de violences en zone anglophone, continue de préoccuper les journaux camerounais parus mercredi, qui s’attardent également sur une actualité peu reluisante sur le front des finances publiques.
Rentrée scolaire à problèmes, sommet Chine-Afrique et présidentielle au menu des journaux camerounais Un début d’année scolaire mouvementée dans les régions anglophones, un sommet Chine-Afrique controversé dans un bouillonnement politique pré-élection présidentielle constituent le menu des journaux camerounais parus mardi.
Les journaux camerounais aux couleurs de la rentrée scolaire, de l’économie et de la présidentielle La rentrée scolaire dans le primaire et le secondaire du jour retient l’attention des journaux camerounais parus lundi, au même titre que les premières retombées économiques de la visite du chef de l’État en Chine, l’élection présidentielle du 7 octobre et la crise anglophone.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous