BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 16 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 2/28/2018 12:30:37 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Social, gouvernance et football en couverture des journaux camerounais

Un mouvement d’humeur des enseignants du secteur public, brutalement dispersé par la police, un rapport d’un consortium de journalistes d’investigation sur les voyages à la fois multiples et coûteux du président Biya à l’étranger ainsi que la prorogation pour 6 mois, par la Fédération internationale de football association (FIFA), du mandat du Comité de normalisation de la Fédération nationale de la discipline (Fécafoot), font les choux gras des journaux camerounais parus mercredi.


Le Jour consacre sa principale manchette à l’interpellation, la veille dans la capitale, Yaoundé, de 300 enseignants alors qu’ils s’apprêtaient à lancer une marche de protestation pour exiger le paiement de leur salaire et l’amélioration de leurs conditions de travail.

«La police saute sur les enseignants», titre Le Messager, expliquant pour sa part que, pour avoir réclamé leur dû, les leaders du Collectif de ce corps de métier ainsi que plusieurs de leurs membres, ont passé leur mardi dans les locaux d’un commissariat de police plutôt qu’en compagnie de leurs élèves.

Le mouvement d’humeur du Nouveau collectif des enseignants indignés du Cameroun a, acquiesce Mutations, été réprimé par les forces du maintien de l’ordre qui ont interpellé une centaine de manifestants, et ce alors que des démarches en vue de l’obtention de l’autorisation de manifester ont été menées auprès de la sous-préfecture.

Cette manifestation, selon la publication, avait pour objectif d’attirer l’attention sur des problèmes tels que l'accumulation des arriérés de salaire et le refus de les payer, malgré les promesses gouvernementales après la grève du 29 mars 2017.

Et revoilà les dénigreurs ! s’exclame le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune sur un autre sujet : le rapport accablant sur les onéreux déplacements du président de la République à l’extérieur du pays.

«Le petit rapport qui trahit le grand complot», résume InfoMatin, pour qui la récente étude du consortium international de journalistes d'investigation, sur Paul Biya, cache à peine une réelle volonté de déstabilisation du régime de Yaoundé.

La bien nommée Organized Crime and Corruption Reporting Project préfère courageusement s’attaquer au Cameroun, sans doute considéré comme une proie facile, mais qui tient pourtant solidement sur ses fondements, s’emporte le journal pour qui le moment choisi par les déstabilisateurs semble couler de source : la veille d’une élection présidentielle dont Paul Biya est, selon des avis autorisés, donné largement vainqueur face à une opposition émiettée, et surtout peu expérimentée.

On peut le dire, souffle CT, que la saison des campagnes de dénigrement des institutions camerounaises, et singulièrement du chef de l’Etat, est bel et bien relancée : à la veille des échéances électorales de cette année, une nouvelle campagne est lancée contre Paul Biya, prenant prétexte de ses voyages à l’étranger.

«La démonstration, ou ce qui en tient lieu, se veut particulièrement pompeuse. Compter le nombre de jours passés par le président Paul Biya hors du Cameroun depuis son accession à la magistrature suprême, il fallait le faire. Par une multiplication dont ils semblent avoir seuls le secret, nos journalistes investigateurs nous apprennent que depuis son accession au pouvoir, le chef de l’Etat a passé ‘’au total, 1645 jours’’ en dehors du Cameroun. Mais omettent de faire la même multiplication concernant les jours passés au Cameroun, pour que le public, avide d’informations, se fasse lui-même son idée des proportions, étant entendu qu’aucun baromètre officiel ne fixe une norme en matière de séjour des chefs d’Etat à travers le monde.»

Les publications du pays n’ont pas loupé l’occasion d’évoquer le sport-roi, et particulièrement la situation de la fédération de football, dont le bail de l’instance provisoire de gestion a été rallongé in extremis.

Le Comité de normalisation de la Fécafoot a encore six mois, annoncent en chœur The Guardian Post, Le Messager, Le Jour et CT, la dernière publication citée, relayant les explications d’un émissaire de la FIFA, indiquant que pour qu’un nouvel exécutif soit élu, certains préalables doivent être respectés à savoir l’audit fiduciaire ainsi que la modification de la loi des sports et de l’éducation physique de 2011.

Désignés le 9 septembre dernier, étaye Mutations, les cinq membres du Comité avaient trois principales missions à atteindre : réécrire les statuts de la Fécafoot, organiser les élections et gérer les affaires courantes.

Mais le contexte laisse croire qu’il y a encore beaucoup à faire, les raisons de cette prorogation étant à chercher dans l’audit financier actuel des comptes fédéraux avant le limogeage du bureau exécutif pour illégitimité, mais aussi ceux de l’actuel Comité de normalisation ainsi que la revue de certains articles de la loi relative à l’organisation et la promotion des activités physiques et sportives au Cameroun.

Le président du Comité, l’avocat Dieudonné Happi et son équipe, détaille Repères, sont ainsi reconduits pour mener à bien les principales missions qui leur avaient été assignées lors de leur nomination en août 2017 et qui sont, au-delà de gérer les affaires courantes, d’œuvrer pour la restructuration de la Fécafoot, de réécrire de nouveaux textes et d’organiser les élections du bureau exécutif.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous