BETA
Recherche personnalisée
English
Dimanche, 16 Décembre 2018
 
Imprimer | Envoyer par email | Commenter  
[ 2/23/2018 12:50:05 PM ]  APANEWS

Cameroun - Societe

Le congrès du principal parti de l’opposition passionne les journaux camerounais

Le congrès électif du Front social démocratique (SDF), le principal parti de l’opposition parlementaire du Cameroun, ouvert la veille dans la ville sous couvre-feu de Bamenda (Nord-Ouest) retient l’attention des journaux camerounais parus vendredi.


«SDF : congrès dans une ville morte» est la principale manchette du quotidien à capitaux privés Le Jour, dont l’envoyé spécial décrit l’état de siège, dans un contexte de couvre-feu décrété par les autorités à la suite de nombreux cas de violences et d’assassinats contre des civils et des éléments des forces de défense et de sécurité.


Afin de se parer contre des risques d’attentats sécessionnistes, le SDF, acquiesce The Post, a dû déplacer ses assises initialement programmées dans une concession confessionnelle pour le Palais des congrès de la cité entièrement verrouillé par les forces de maintien de l’ordre lourdement armées.

Ce sont des assises sous haute sécurité qui se tiennent dans cette ville en proie à la terreur sécessionniste, renchérit The Guardian Post qui rapporte des cas de fouille au corps des participants aux assises et une tension palpable alentour, les activistes de la partition du Cameroun ayant juré, par voie de tracts, de s’en prendre physiquement à tous qui oseraient violer leur mort d’ordre de «ville morte».

En dehors de la renonciation du leader du parti, Ni John Fru Ndi, à faire acte de candidature pour la prochaine élection présidentielle, la publication a également noté la présence, dans la salle, non seulement du gouverneur de la région du Nord-Ouest, Adolphe Lele Lafrique, de l’ambassadeur des États-Unis au Cameroun, Peter Henry Barlerin et, surtout, d’un ancien proche collaborateur et confident du chef de l’État, Titus Edzoa.

En effet, jadis présenté comme le médecin personnel de Paul Biya, la «super star» des assises du SDF, prolonge Mutations, fut également tout-puissant secrétaire général de la présidence de la République puis éphémère ministre de la Santé publique avant de démissionner avec fracas pour se déclarer candidat à la magistrature suprême et de purger 17 années de prison, suite à des accusations de détournement de deniers publics.

Le Messager, qui lui non plus ne manque pas de souligner cette présence insolite, s’attèle par ailleurs à décrypter le discours bilan de celui que ses militants appellent affectueusement «The Chairman» : une formation politique née dans la répression et le sang, le 26 mai 1990 à Bamenda, au moment où personne n’osait défier le monopartisme régnant et qui, en dépit des écueils d’un régime autocratique a permis d’obtenir des avancées en matière de libertés.

Il s’agit donc d’une sorte de testament politique, constate La Nouvelle Expression au moment où celui que Le Quotidien de l’Économie qualifie de «non partant», John Fru Ndi justement, a décidé de passer le flambeau : «Je ne présenterai pas ma candidature à l’investiture du parti pour la présidentielle. J’ai décidé de céder ma place à mes jeunes cadets dans le parti, et je me tiens ici pour dire clairement que je passe le flambeau à la personne que vous allez choisir.»

«Biya n’infligera pas une 4ème défaite à Fru Ndi», résume InfoMatin qui évoque un «petit séisme dans la ville de Bamenda» : le Chairman du SDF s’est présenté à trois scrutins présidentiels, se classant chaque fois à la deuxième position, avec des scores se réduisant comme peau de chagrin au fil des épreuves, un éternel second dont la prouesse aura été de conserver le titre honorifique de leader de l’opposition.

Passé la surprise, il convient de rester lucide, avertit la publication qui pressent comme un retrait tactique d’un homme qui, jaloux de son pouvoir, pourrait être à la manœuvre pour observer la bataille d’appareil qu’immanquablement se livreront ses dauphins pour l’investiture du principal parti d’opposition à l’élection présidentielle.

C’est un contexte d’animosité qui, insiste InfoMatin, est susceptible de favoriser l’émergence de clans et de laisser planer le spectre d’un SDF en rangs dispersés, Fru Ndi intervenant alors en garant de l’unité et, sous un tombereau de supplications, consentira à conduire le parti à la bataille pour la magistrature suprême : une belle revanche pour celui que les jeunes loups ont poussé à la sortie.

 

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 REGIONS - PAYS
Afrique du Nord
Afrique de l'Ouest
Afrique Centrale
Afrique de l'Est
Afrique Australe
Ocean Indien

 CAMEROUN
Football et économie en couverture des journaux camerounais L’élection, la veille du bureau exécutif de la Fédération nationale de football (Fecafoot) et des sujets d’économie, constituent l’essentiel du menu des journaux camerounais parus jeudi.
L’élection du président de la Fecafoot passionne les journaux camerounais Bien plus que les arènes politiques, sociales et économiques, c’est davantage l’assemblée générale élective du lendemain, à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), qui passionne les journaux du pays parus mardi.
La tension du retrait de la CAN 2019 ne retombe pas dans les journaux camerounais Avec virulence, les journaux camerounais parus lundi dénoncent ceux qui, à leurs yeux, sont les responsables du retrait au pays de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2019, un sujet supplantant de loin les autres sujets d’actualité.
La politique s’impose en couverture des journaux camerounais La politique irrigue les colonnes des journaux camerounais parus vendredi, sur les plans aussi bien de la crise anglophone que du football, de l’économie ou encore de la gouvernance.
Les journaux camerounais à fond sur le camouflet de la CAN 2019 Passées les grandes émotions du retrait, en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF) au pays, de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) de la discipline pour 2019, les journaux camerounais parus jeudi s’emploient à décrypter les démarches du gouvernement pour arrondir les angles.
Menu diversifié dans les colonnes des journaux camerounais Des suites du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football au pays à la crise anglophone, en passant par la politique et l’économie, les journaux camerounais parus mercredi se sont offert une petite cure de diversité.
Lendemains douloureux de dessaisissement de la CAN 2019 et crise anglophone au menu des journaux camerounais Les journaux camerounais parus mardi continuent d’épiloguer sur les conséquences du retrait, décidé en fin de semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale de la discipline (CAN) pour 2019 en même temps qu’ils reviennent sur la création, par décret présidentiel, d’un Comité de désarmement, de démobilisation et de réintégration à l’intention des sécessionnistes et des ex-combattants de la secte islamiste Boko Haram.
Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun fait les choux gras de la presse locale Les journaux camerounais parus lundi sont inconsolables après le retrait au pays, en fin de semaine à Accra (Ghana) par la Confédération africaine de football (CAF), de l’organisation de la Coupe continentale des nations (CAN) 2019 de la discipline.
Can 2019 et économie en couverture des journaux camerounais Les journaux camerounais parus vendredi retiennent leur souffle, en attendant la décision dans la journée, par le Comité exécutif (CoMex) de la Confédération africaine de football (Caf), du maintien ou du retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 au pays, lequel ne se porte guère mieux au plan de l’économie.
Economie, politique et foot à la une des journaux camerounais Le fait économique côtoie allègrement la politique, le football et le social dans les journaux camerounais parus jeudi.
.
Plus de Nouvelles

Actualité
Annonces classées
Rencontres
Contactez-nous